Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A ceux qui souhaitent l'entrée de la Turquie en Europe, sans autres commentaires...

            La Croix du 19 décembre dernier a fait écho à une dépêche AFP fort instructive: celle-ci rapporte un échange assez vif entre le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, qui a dénoncé des propos du patriarche orthodoxe, Bartholomée Ier, chef spirituel de l'orthodoxie, selon lequel les membres de sa communauté sont traités en Turquie comme "des citoyens de deuxième zone", et "parfois crucifiés".

bartholomee Ier.jpg

            Le Patriarche venait de déclarer à la chaîne états-unienne CBS: "Nous sommes traités... comme des citoyens de deuxième zone. Nous n'avons pas l'impression de jouir de la totalité de nos droits en tant que citoyens turcs". Le patriarche rejetait toutefois l'hypothèse d'un départ de Turquie, où il réside, déclarant : "c'est la continuation de Jérusalem et pour nous c'est une terre aussi sainte et sacrée. Nous préférons rester ici, même si (nous sommes) parfois crucifiés".

            La réponse n'a pas tardé: dans le genre plus hypocrite et plus judas, tu meurs, le ministre a déclaré - sans rire, lui qui est l'héritier et le continuateur des autorités ayant décidé et accompli le génocide arménien... -:

            "Si le patriarche Bartholomée 1er a des plaintes à formuler à ce sujet, il peut les porter à l'attention des autorités compétentes qui feront ce qu'elles jugent nécessaires" ! Brrrrr...

            Et : "Nous considérons l'utilisation de la comparaison avec la crucifixion comme étant extrêmement malheureuse... J'aimerais y voir un lapsus", a estimé M. Davutoglu. "Nous ne pouvons accepter des comparaisons que nous ne méritons pas."

            En conclusion de son article, La Croix cite un chiffre : "environ 2.000 Grecs orthodoxes vivent toujours en Turquie".

            Elle aurait pu en citer un autre, à côté de cet "environ 2000": il y avait, bien évidemment, 100% de chrétiens à Constantinople, en 1453. Un chiffre dérisoire, tendant vers le zéro pour cent aujourd'hui : faut-il commenter ?... La Turquie a été vidée de ses chrétiens comme les nazis auraient aimé vider l'Allemagne de ses Juifs !...

            Bel (!) exemple de purification (!) ethnico/religieuse..., à dédier à celles et ceux qui voudraient voir la Turquie entrer en Europe...

            Presque au même moment, on apprenait qu'un nouveau chapitre (sur l'Environnement) était ouvert par Bruxelles dans les négociations avec Ankara pour l'adhésion de la Turquie à l'Europe ! Décidément, on ne peut vraiment rien pour ceux qui ont des yeux pour voir, mais ne veulent pas voir; et des oreilles pour entendre, mais ne veulent pas entendre...

Les commentaires sont fermés.