Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephémeride du 19 juillet

Dans Le Figaro du 19 juillet 1919, Jacques Bainville et Henri Massis publient un manifeste « Pour un parti de l'intelligence ». La Revue universelle verra le jour l'année suivante 

 

1799 : Découverte de la Pierre de Rosette 

Exhumée lors de l'expédition de Bonaparte en Egypte, et aujourd'hui exposée au British Muséum, elle est l'un des documents qui permirent à Jean-François Champollion de percer le mystère de l'écriture des anciens Egyptiens. 

pierre de rosette.jpg
 

Voici ce qu'en dit Jean Leclant, secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et Belles-lettres :        

"Dans la geste de l'Expédition d'Égypte (mai 1798 à octobre 1801), parmi de nombreux acquis d'ordre scientifique consignés en particulier dans la célèbre Description de l'Égypte se distingue la découverte de la Pierre de Rosette — document fameux qui ouvrit la voie au déchiffrement des hiéroglyphes.

 

PIERRE DE ROSETTE 1.jpg

 

En juillet 1799, se poursuivaient des travaux de terrassement dans une ancienne forteresse turque édifiée à l'embouchure de la branche occidentale du Nil, non loin de la bourgade de Rachid, que nous francisons en Rosette (ci dessus et ci dessous) : une flotte anglo-turque venait de débarquer sur la plage voisine d'Aboukir une armée qu'une charge de Murat devait bientôt mettre en déroute. Les travaux étaient dirigés par un jeune officier du génie, qui avait juste passé, en Égypte même, son examen de sortie de l'École polytechnique : Pierre-François-Xavier Bouchard. Soudain son attention fut attirée par un bloc de pierre noire, haut de près d'un mètre, écorné à sa partie supérieure et sur le côté : il portait des inscriptions en trois sortes de caractères : en haut des hiéroglyphes finement ciselés, au centre 32 lignes d'une graphie cursive, en bas 54 lignes d'un texte en grec.

L'ingénieur des Ponts et Chaussées M.A. Lancret, en mission dans le Delta, adressa à ses collègues de l'Institut d'Égypte un rapport qui fut communiqué à la 31e session du 29 juillet. Le 29 fructidor an VII (15 septembre 1799), on peut lire dans le n° 37 du Courier (sic) d'Égypte : "Cette pierre offre une grand intérêt pour l'étude des caractères hiéroglyphiques; peut-être en donnera-t-elle la clef."

 

PIERRE DE ROSETTE 2.jpg 

           

Aussitôt l'orientaliste Joseph Marcel, directeur de l'imprimerie, en appliquant sa méthode de l'autographie put obtenir une reproduction du texte que le général Dugua, rentrant en France en mars 1800, communiqua à l'Institut de France; à la fin d'octobre, Bonaparte lui-même range parmi les gains majeurs de l'Expédition les fouilles d'Alexandrie, l'étude du percement de l'Isthme de Suez et la découverte de la Pierre de Rosette.

De leur côté, d'autres méthodes de reproduction avaient été mises au point par Nicolas Conté, qui traita l'inscription comme une sorte de cuivre gravé, et par Adrien Raffeneau-Delille, qui réalisa un moulage à base de soufre.Si l'Expédition recueillit d'autres documents comparables, à la fois en égyptien et en grec (à Menouf, puis au Caire même, formant le seuil de la mosquée de l'émir Khour), ce fut la Pierre de Rosette, le mieux conservé, qui connut la célébrité. Lors de la capitulation de 1801, alors que les savants français rencontraient tant de difficultés pour conserver leurs notes et papiers personnels, les Anglais, vainqueurs, exigèrent la livraison des monuments antiques.

Le texte grec fut vite traduit : c'était le décret d'un synode de prêtres égyptiens, réuni en 192 av. J.-C., instituant un culte en l'honneur de Ptolémée Épiphane; il indiquait que le texte serait aussi affiché en langue indigène — il s'agissait bien d'un bilingue. Aussitôt la sagacité des savants s'attaqua à la partie médiane, en démotique ; 1802 vit paraître deux études, l'une du célèbre Silvestre de Sacy, l'autre d'un diplomate suédois, J.-D. Akerblad ; à quelques intuitions justes se mêlaient des erreurs sans qu'on pût discerner le vrai du faux; à partir de 1814, l'illustre physicien anglais Thomas Young s'attaqua avec ardeur — et parfois succès — aux deux versions démotique et hiéroglyphique.

 

CHAMPOLLION.jpg
 
 

Il était réservé cependant à Jean-François Champollion (ci dessus) de résoudre l'énigme des hiéroglyphes (voir l'Ephéméride du 17 septembre) : enfant prodige maîtrisant toutes les langues anciennes et orientales, adolescent enthousiaste qui réalisa vite que le copte lui montrerait les chemins vers l'Égypte pharaonique, travailleur acharné jusqu'à l'obsession, joignant à l'étude de la Pierre de Rosette celle de tous les documents à sa disposition, en particulier des inscriptions nouvellement découvertes en Nubie, il identifia les noms de Thoutmosis, Ramsès et analysa les cartouches des Pharaons macédoniens et romains. s : avec deux obélisques, des sarcophages, le poing colossal de Ramsès II, la Pierre de Rosette fut considérée comme prise de guerre ; aussi est-elle aujourd'hui un des joyaux du British Museum, à Londres, où jamais ne se rendit Champollion.

À la fin de septembre 1822, par sa Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, il offrit la lecture des hiéroglyphes phonétiques ; en 1824, dans son Précis du système hiéroglyphique, il donnera la définition la meilleure "d'un système complexe, d'une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique dans un même texte, une même phrase, je dirai jusque dans le même mot". Désormais plus de trois millénaires s'ajoutaient à l'histoire de l'humanité, ceux d'un passé parmi les plus glorieux, aux admirables monuments d'éternité."

 

  La découverte de la pierre de Rosette marque traditionnellement le début de l'Egyptologie, unanimement reconnue "science française" :

 

http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/SENAC2013.pdf

 

https://rh19.revues.org/1091

 

19 juillet,degas,pierre de rosette,champollion,hieroglyphes,metro,tour de france,revue universelle,bainville,massis

 En 1880 sera créé le prestigieux Institut Français d'Archéologie orientale (IFAO), appelé d'abord "Mission permanente au Caire"; homologue en Égypte des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, il reçut tout naturellement le nom d' "École du Caire", qui consacrait sa parenté avec ses devancières. Ce n'est qu'en 1898 – à l'occasion d'une nouvelle définition de ses statuts – qu'il reçut son titre définitif d' "Institut français d'archéologie orientale", plus à même de traduire une vocation proche-orientale dépassant le cadre de la seule Egypte : voir l'Ephéméride du 28 décembre

 

 

 

18 juillet,koch,calmette,guerin,bcg,tuberculose,polonium,radium,pierre et marie curie,watteau

 

1834 : Naissance de Degas

 

DEGAS L'ETOILE.jpg
L'Etoile
 
 
 
 
 
    18 juillet,koch,calmette,guerin,bcg,tuberculose,polonium,radium,pierre et marie curie,watteau
 
 
 
1900 : Inauguration de la première ligne du Métro parisien 
 
 
Prête pour l'Exposition universelle, la ligne reliant la Porte Maillot à la Porte de Vincennes a été construite en 17 mois sous la direction de l'ingénieur des Ponts et Chaussées Fulgence Bienvenüe, et remporte un succès immédiat : elle transportera jusqu'au 31 décembre près de 16 millions de passagers...
 
 
METRO INAUGURATION ligne1-1900.jpg
Inauguration de la Ligne 1, le 19 juillet 1900 :
le premier train à la station Gare de Lyon (collection RATP)
 
 
 

 18 juillet,koch,calmette,guerin,bcg,tuberculose,polonium,radium,pierre et marie curie,watteau

 

 

1903 : Arrivée du premier Tour de France

 

19 juillet,degas,pierre de rosette,champollion,hieroglyphes,metro,tour de france,revue universelle,bainville,massisLe 1er juillet, 60 coureurs ont pris le départ du Tour, à Paris.

Organisé par le journal sportif "l'Auto", que dirige Henri Desgrange, le Tour s'est déroulé en six étapes de Paris à Paris via Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes.

L'arrivée le 18, consacrera le cycliste Maurice Garin qui remportera l'étape, et le Tour, avec trois heures d'avance sur ses concurrents.

Sur les 60 cyclistes présents au départ seuls 20 franchiront la ligne d'arrivée...

 

TOUR DE FRANCE.jpg
 
Site officiel : http://www.letour.fr/fr/
 
 
Et, dans lafautearousseau, pourquoi on ne peut qu'aimer le Tour de France, le Tour de "la" France :
 
 
 

 18 juillet,koch,calmette,guerin,bcg,tuberculose,polonium,radium,pierre et marie curie,watteau

 

 

1919 : Aux origines de la Revue universelle

         

19 juillet,degas,pierre de rosette,champollion,hieroglyphes,metro,tour de france,revue universelle,bainville,massisDans Le Figaro du 19 juillet 1919, Jacques Bainville (ci contre) et Henri Massis (ci dessous) publient un manifeste "Pour un parti de l'intelligence".

Dès 1920 sera fondée La Revue universelle, avec Bainville pour directeur et Henri Massis comme rédacteur en chef.  La revue avait pour programme : "Rassembler tout ce qui, dans le monde, prend parti contre la destruction, fortifier et étendre les relations entre les groupes dévoués à la cause de l'esprit".

19 juillet,degas,pierre de rosette,champollion,hieroglyphes,metro,tour de france,revue universelle,bainville,massisElle paraîtra jusqu'en 1944, ayant réussi, au milieu des si nombreuses tribulations de l'époque, à recueillir des articles d'esprits aussi divers et différents que Jacques Maritain, Georges Valois, Gustave Thibon, Pierre Gaxotte, Claude Roy, Pierre Boutang, Raoul Girardet, Charles Maurras, Léon Daudet, Thierry Maulnier, Robert Brasillach...

Né en 1879, Jacques Bainville a donc quarante ans au moment où il fonde cette Revue; né en 1886, Henri Massis en a trente-trois...

 

Dans notre album Maîtres et témoins...(II) : Jacques Bainville. voir les six photos qui "racontent" les origines et la vie de la Revue, à partir de la photo "La Revue universelle". 

 

 

19 juillet,degas,pierre de rosette,champollion,hieroglyphes,metro,tour de france,revue universelle,bainville,massis

 

 

18 juillet,koch,calmette,guerin,bcg,tuberculose,polonium,radium,pierre et marie curie,watteau


 

1951 : Mort du Père Jacques Sevin

 

Pour le jésuite André Manaranche, auteur de  "Jacques Sevin, une identité", le père Sevin est comme l'autre père du scoutisme, et en tout cas le véritable fondateur du scoutisme catholique :

 

"Baden-Powell avait des exigences modérées. Il voulait créer une école de caractère, basée sur la nature et sur le jeu. Le Père Sevin avait al certitude que seul le christianisme accomplissait vraiment le scoutisme. Il l’a christianisé de fond en comble."

 

Et Baden Powell, qui le connaissait et l’estimait, ne l’a pas désavoué. Au contraire, il a déclaré que "nul ne l’avait mieux compris que le jésuite"

 

http://www.jesuites.com/histoire/sevin/sevin.htm 

 

7 décembre,mermoz,la croix du sud,sacha guitry,arletty,houphouët-boigny,tristan bernard,ferdinand de lesseps,gabriel marcel

 

 

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

 

2 fevrier,capetiens,mourre,merovingiens,carolingiens,hugues capet,philippe auguste,plantagenets,croisades,bouvines,charlemagne,saint louis,senlisCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

 

Écrire un commentaire

Optionnel