Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 décembre 2014

Ephéméride du 9 Décembre.

1409 : Fondation de l'Université d'Aix-en-Provence.

 

AIX EN PROVENCE IEP.jpg
 
L'Université d'hier, IEP aujourd'hui....

 

 

C'est une Bulle du Pape Alexandre V qui fonde officiellement cette Université. Selon la volonté du comte de Provence,  Louis II d'Anjou, elle est sise au coeur de la ville, face à la cathédrale Saint Sauveur, dans l'hôtel actuellement occupé par l'Institut d'études politiques (IEP).

Le comte se voit ainsi récompensé de sa fidélité, lui qui a été l'un des premiers soutiens du Pape...

On y enseigne alors le droit civil, le droit canonique et la théologie.

En 1679, sur ordre exprès de Louis XIV, les enseignements qui étaient dispensés jusque là en latin sont donnés en français.

Paul Cézanne, Frédéric Mistral, Adolphe Thiers, Jean-Etienne Portalis - le co-rédacteur du Code civil - y ont étudié...


1642 : Le chancelier Séguier remplace Richelieu dans le Protectorat de l'Académie française.

 

A cette époque, l'Académie se réunissait chez le Protecteur. Après la mort de Séguier, cette dignité passa au roi, et l'Académie fut logée au Louvre. Le nouveau chancelier en occupa le premier fauteuil.

Ci dessous, le Portrait équestre du chancelier Séguier, par Charles Le Brun (Louvre).

 

300px-Charles_Le_Brun_002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

1748 : Naissance de Claude Berthollet. 

 

Chimiste, il est l'inventeur de l'eau de Javel : 

 

          http://www.sabix.org/bulletin/b23/berthollet.html 

 

berthollet.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1777 : Rétablissement du Mont de Piété par un Édit de Louis XVI.
 
 
Basé sur le principe du prêt sur gage, le Mont de piété a pour objet de lutter contre les pratiques des usuriers.
 
Le roi place Framboisier de Beaunay à la tête du nouvel établissement, qui deviendra par la suite le Crédit Municipal de Paris (en 1918).

Le Mont-de-piété était apparu en Italie, à l'initiative du moine Barnabé de Terni, en 1462. Il fut introduit en France en 1637 par Théophraste Renaudot, le fondateur de La Gazette de France. Louis XIII autorisera d'autres villes du royaume à en ouvrir mais, après la mort de Richelieu puis du Roi, le Parlement mit fin à l'Institution...

 

 

 

 

 

 

1901 : Naissance de Jean Mermoz.

 

 

          http://aerostories.free.fr/pilotes/france/mermoz/

 

MERMOZ 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

1905 : Séparation de l'Eglise et de l'Etat.

 

Voulue par Émile Combes (ci dessous), et après 9 mois de débat houleux, la Loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat est votée par le Sénat à 179 voix contre 103.

Le président de la République, Émile Loubet, proclame la nouvelle loi et le Journal Officiel la publiera dès le lendemain.  

 

 

180px-%C3%89mile_Combes.jpg

 

         

De Jacques Bainville, Histoire de France, chapitre XXI, La Troisième République. :   

"...Le ministre des Affaires étrangères de Waldeck-Rousseau, Théophile Delcassé, était d'origine radicale. Il gardait l'ancienne tradition du parti, opposé aux aventures lointaines et au rapprochement avec les vainqueurs de 1870. Il liquida l'affaire de Fachoda, et la France fut réconciliée avec le gouvernement britannique. Cette réconciliation nous associait aux intérêts de l'Angleterre et, si elle nous donnait une garantie contre l'Allemagne, nous ramenait au danger d'une guerre continentale. Telle était la situation au lendemain des agitations de l'affaire Dreyfus, quand le gouvernement de défense républicaine, placé sous la dépendance de l'extrême gauche, cédait à la démagogie anticléricale et antimilitaire.

À Waldeck Rousseau succéda, en 1902, Émile Combes, qui, appuyé sur la nouvelle majorité radicale-socialiste et socialiste sortie des élections, passa de la défense républicaine à l'offensive. Waldeck avait poursuivi les congrégations, mais non l'Église. Combes alla jusqu'au bout de l'anticléricalisme, jusqu'à la rupture des relations avec le Saint-Siège, jusqu'à la séparation de l'Église et de l'État, depuis longtemps inscrite au programme des républicains avancés et toujours différée. Cette guerre religieuse troublait et divisait le pays en faisant renaître le délit d'opinion et en créant une catégorie de suspects, écartés des emplois et mal vus des autorités, parmi les Français qui ne partageaient pas les idées du gouvernement La politique s'introduisait dans l'armée elle-même, tenue jusque-là hors des discordes civiles. La délation des « fiches » s'organisa contre les officiers qui allaient à la messe.

En même temps, les propagandes les plus démagogiques s'exerçaient librement, même celle qui attaquait l'idée de patrie. Le pouvoir, les places, tout était entre les mains d'un petit nombre d'hommes et de leurs protégés, tandis qu'Émile Combes, fanatique désintéressé, couvrait ces abus et ces désordres. Dans la majorité elle-même, quelques républicains commencèrent à s'inquiéter. Chose remarquable : ce fut Alexandre Millerand qui conduisit la lutte contre un régime qu'il appela lui-même « abject ». Un socialiste annonçait le retour vers la modération..."

 

 

 Dans notre Album Maîtres et témoins (III) : Léon Daudet , voir la photo "Waldeck l'expulseur..."...

 

 

 

 

 

 

1977  : Naissance du RER.

 

La première ligne du Réseau Express Régional (RER), la Ligne A, est inaugurée. L'idée d'aménager le RER en Île-de-France date de 1965 avec le plan Delouvrier. Quelques années plus tard les lignes B, C et D viendront compléter le réseau ferré.

Ci dessous, la gare Haussmann de la ligne Eole.     

    

RER.JPG

Écrire un commentaire