Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jacques Bainville intelligemment évoqué dans Pèlerin…

            En dix semaines (nous en sommes à la huitième…) Pèlerin évoque La Grande Guerre, racontée par André Larané. C’est intéressant, sympathique et bien fait ; du bon travail, de bonne vulgarisation…

          Dans la dernière livraison (n° 6569 du 23 octobre 2008), on a, pour accompagner l’évocation, un petit billet sur Jacques Bainville, très court mais très dense : on nous y rappelle que Les conséquences politiques de la paix, de Bainville, sont disponibles en poche, couplées avec Les conséquences économiques de la paix, de J.M Keynes ( Ed Tel Gallimard, 502 pages, 14,50 euros).

          Voici le texte :

          Un traité annonciateur d’orages.

          Dès 1920, dans Les conséquences politiques de la paix, l’historien Jacques Bainville pressent les nouveaux drames en gestation : dictature hitlérienne et  Seconde Guerre mondiale. Il regrette qu’à l’Allemagne fédérale et monarchique, on ait substitué un Etat unitaire : « Il reste l’Allemagne , seule concentrée, seule homogène, suffisamment organisée encore, et dont le poids, suspendu sur le vide de l’Europe orientale, risque de faire basculer un jour le continent tout entier. » Jacques Bainville s’inquiète aussi de la création, à ses frontières, de fragiles petits Etats : « Après avoir déclaré qu’un Etat composite come l’Autriche-Hongrie était indigne de vivre, le Conseil Suprême s’est empressé de constituer, en Tchéco-Slovaquie, une Autriche nouvelle où subsistent six des huit nationalités dont se composait l’ancienne. Il n’y aura pas un seul poteau-frontière de l’Etat tchéco-slovaque qui ne soit planté selon les méthodes les plus rigoureusement scientifiques. Quant à savoir combien de temps ces bornes resteront à leur place….ce n’était pas l’affaire des géomètres-arpenteurs »

 

          

Les commentaires sont fermés.