UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nous, les enfants de harkis, “La Marseillaise”, on ne la siffle pas, on la chante avec honneur et fidélité », par André Azni.

Leurs parents se sont battus pour la France, et pourtant, après les accords d’Évian, ils ont été parqués dans des camps privés de tout confort, de travail, de liberté. Le 20 septembre, Emmanuel a demandé pardon au nom de la France. 

Un acte attendu depuis soixante ans. André Azni, président de l’association Les harkis et leurs amis, revient sur son histoire tragique au camp de Bias, dans le Lot-et-Garonne, et le récent rapport de Benjamin Stora sur la « mémoire de la et de la guerre d’Algérie ».

 

André Azni

Président de l’association “les Harkis et leurs amis”
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel