UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Giscard ? Paix aux morts, mais nous ne le pleurerons pas !...

1A.jpg

 

De Giscard, Pompidou disait qu'il ne lui confierait rien d'important, "et surtout pas la France". C'est pourtant à Giscard qu'échut la France, après la trahison par Chirac de sa famille politique d'alors, emmenée par Chaban Delmas. Torpillant la candidature de celui-ci et ralliant Giscard, Chirac le fit élire en 74, avant de se séparer de lui par la suite, avec pertes et fracas, illustrant parfaitement le "Celui qui vend sa patrie pour un shekel vendra sa nouvelle patrie pour un demi shekel"...

Ensemble - Giscard Président et Chirac Premier ministre - les deux hommes prendront, sur une période d'une seule année (75/76), trois mesures qui blesseront la France au coeur : l'avortement, le Collège unique et le regroupement familial.
Dans sa biographie, écrite par Éric Roussel, Giscard, qui s'est confié au journaliste, s'est d'ailleurs condamné lui-même, en reconnaissant "son plus grand regret" le regroupement familial. Il a été décidé en 1976 par Jacques Chirac par un simple décret. "J’ai eu le tort - déclare Giscard au journaliste - de ne pas plus surveiller l’application...L’idée en soi était juste et généreuse... mais elle a été mal appliquée, et j’ai eu le tort de ne pas plus surveiller l’application; j’en ai donc la responsabilité…Nous visions le noyau familial tel que nous le connaissons et nous avons vu arriver des noyaux familiaux totalement différents...".
C'est peu, c'est trop tard, mais accordons-lui que, au moins, il l'a reconnu...ce qui ne fut pas le cas de Chirac.
Ainsi, donc, Giscard fut le Président des trois blessures peut-être mortelles dont il faudra bien que la France guérisse un jour, si elle ne veut pas disparaître.
Que dire de plus ? Sinon en revenir à l'essentiel : à la France et à sa survie, ou à la disparition de ce qu'elle a été et qu'elle a représenté. La fin du septennat de Giscard fut assombrie par "l'affaire des diamants de Bokassa". Gardons cette image de diamant, et retenons que Giscard ne fut que l'une des facettes de cet anti-diamant qu'est le Système, qui nous déclasse, qui nous ruine, qui nous détruit. Ce n'est pas Giscard en tant que personne, pas plus que Mitterand, Chirac, Sarkozy, Hollande ou Macron qu'il faut haïr ou détester : c'est le Système qu'ils ont représenté, qu'ils ont accepté, qu'ils ont présidé, devenant ainsi, tous, collectivement, responsables et coupables, de l'abaissement, du déclassement et finalement du danger de mort dans lequel se trouve la France aujourd'hui.
Paix aux morts, donc, et nous ne nous en "prendrons" pas aux personnes, en tant que personnes. Pas plus à Giscard qu'à un autre. Mais continuons notre guerre totale contre le Système, puisqu'il mène une guerre totale, une guerre d'extermination, contre les racines et les fondements de notre France traditionnelle. Continuons jusqu'au bout à mener la seule action qui vaille de l'être, et qui est politique, dépassant évidemment, et de très loin, les simples personnes : cette action "réellement d'opposition, c'est-à-dire prônant ouvertement la subversion du Régime" à laquelle nous a appelée, une fois pour toutes, Léon Daudet et l'Action française.
 

LFAR FLEURS DE LYS.jpg

Commentaires

  • ~ Voici » un ancien président ruineux & profiteur en moins !!! !! ! .

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel