UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La liberté du pouvoir, par Gérard Leclerc.

© Evgeni Tcherkasski de Pixabay

Les auditeurs ont remarqué ma discrétion à propos de l’épidémie que nous subissons et dont l’ampleur s’est accrue ces dernières semaines. Je n’ai aucun mal à avouer mon incompétence totale sur le sujet, même si je suis toutes les évolutions de la maladie et les discussions auxquelles elles donnent lieu. Discussions déconcertantes souvent, à cause des désaccords des meilleurs spécialistes.

gerard leclerc.jpgJ’observe aussi comment le gouvernement est mis en accusation dans sa façon de gérer la crise, au point que certains de ses membres font l’objet de poursuites judiciaires. Là-dessus, j’avoue que ma réserve est extrême, car je doute fort que mettre les politiques sous la menace de sanctions pénales aide vraiment à résoudre des problèmes aussi graves. Ne faut-il pas laisser au pouvoir un espace de liberté pour qu’il puisse exercer son autorité sans pressions excessives ?

Il est vrai, par ailleurs, qu’il ne saurait être non plus question d’exercice solitaire du pouvoir et, que face à un défi qui met en cause l’ensemble du pays, à commencer par ceux qui sont en charge du service de santé, il y a nécessité d’une cohésion nationale qui passe par des chaînes de solidarité. Est-ce à dire qu’il faudrait suivre l’avis du député contestataire François Ruffin qui propose « une convention citoyenne sur le coronavirus » ? Ainsi le pouvoir pourrait s’inspirer de méthodes plus ouvertes, plus inclusives ? Mais l’ampleur du projet interroge. Est-il possible d’obtenir un consensus sur toutes les mesures à prendre : couvre-feu, télétravail, confinement etc. ? Consensus obtenu à partir d’un dialogue permanent avec une convention spécialisée. Peut-être, mais il faudrait de la part de ses membres un esprit civique capable de surmonter les oppositions idéologiques au service d’une même cause que l’on définira comme de salut public.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 27 octobre 2020.

Source : https://www.france-catholique.fr/

Commentaires

  • Bonjour cher ami...

    ...dont j'apprécie toujours vivement toutes les analyses et vous en félicite de tout coeur. . Etant donné que nous sommes confrontés pour la première fois de notre histoire à ce virus, dont on ne sait d'où il vient et comment il va partir et s'il a été créé par l'homme, il sera aisé de concevoir un vaccin, ce qui rapportera beaucoup d'argent.à qui le découvrira. S'il est venu comme ça d'une autre planète, pour détruire la nôtre, alors préparons-nous à survivre avec d'une façon ou d'une autre. Ayant lu dans mon jeune temps des livres de science fiction, j'ai la certitude que nous survivrons, si nous le voulons de toutes nos forces.. Et si ce n'est le cas, préparons-nous à rejoindre nos ancêtres, qui du haut du ciel, veillent sur nous. On naît pour vivre, aimer, souffrir, mourir. Et renaître - selon les religions, une fois ou plusieurs jusqu'à purification de toutes nos vies.- un concept qui me plait assez, car attendre au purgatoire l'examen final de l'humanité ne me convient pas, je dois bien le dire. Donc, pour moi, on descend autant de fois que nécessaire en partant d'Adam et Ève, dont nous sommes le produit. Ce serait d'une très grande injustice de ne venir qu'une fois sur terre, les uns, en ayant tout, les autres moyennement et certains rien du tout.. Les princes ont tout (matériellement s'entend), les gueux, dont je suis, un petit quelque chose, dont il faut se contenter ou essayer d'améliorer selon son caractère et son envie. je ne répéterai jamais assez combien il est important de donner une belle et bonne éducation aux enfants, avec des bases solides de foi, d'espérance et de charité. Et le plus important de tous : l'amour, l'amour de la vie végétale, de la vie animale et de la vie humaine. Toute vie mérite respect, amour et admiration, car toute vie est oeuvre de DIEU le Tout-Puissant, le Bienveillant, le Père Éternel,

    Le plus dur dans cette situation, c'est assurément le confinement et toutes les contraintes qui se présentent. Mais pour qui a la foi et prie, l'épreuve n'est que de passage. Il y a eu la Peste, le Choléra et autres fléaux du genre, et il y a eu des survivants. Vouloir vivre et non vivoter doit rester notre objectif premier. Alors en avant pour la conquête de la vie en 2020 et que les masques soient plus jolis à porter que ceux dont nous disposons. C'est possible et les grands couturiers pourraient nous présenter de jolies modèles. EN AVANT POUR VIVRE ET AIMER AVEC LA FORCE DE DIEU.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL