UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La formation du jugement, par Gérard Leclerc.

6.jpg

© Enzo Fortunato / CC by-sa

Le drame de Conflans-Sainte-Honorine oblige à revenir sur la vocation enseignante. Le professeur se doit d’initier ses élèves au sens de la critique, en abordant parfois les sujets qui fâchent. Mais l’esprit critique ce n’est pas le dénigrement, c’est l’exercice du jugement.

gerard leclerc.jpgLa tragédie de Samuel Paty renvoie à la vocation enseignante et à la difficulté pour un professeur de faire réfléchir ses élèves, sans crainte d’aborder les questions qui fâchent. Et Dieu sait que celles qui concernent l’islam sont particulièrement délicates, dès lors que l’auditoire comporte une proportion de jeunes musulmans. Peut-on prendre le risque de les blesser ? Cette expression doit elle-même être l’objet d’un discernement sérieux. S’il n’était plus possible d’aborder les sujets conflictuels, un climat généralisé de censure et d’auto-censure s’ensuivrait, avec des conséquences catastrophiques pour l’exercice même de la pensée.

Aux États-Unis l’obsession des discriminations conduit à des mesures extrêmes à l’égard de l’édition d’ouvrages susceptibles de mécontenter des segments de population. Chez nous, en ce qui concerne le système scolaire, ce sont les enseignants qui sont obligés de se surveiller. Et on les comprend d’autant mieux, suite au drame de Conflans-Sainte-Honorine.

Pourtant, Samuel Paty était entouré de beaucoup de sympathie. On le décrit comme gentil et drôle. Il était sans doute à mille lieues d’imaginer ce qui lui est tombé dessus et qui, à l’analyse, se comprend comme une enchaînement fatal dont les causes étaient devenues hors contrôle. S’il y avait eu simple explication entre lui et les parents mécontents, l’affaire aurait pu se conclure rapidement, mais la mise en ligne d’une vidéo accusatoire a déclenché le processus infernal. Nous savions bien en quoi les réseaux sociaux peuvent être nuisibles.

Mais le problème initial, sur lequel il convient de concentrer son attention, est bien celui de la formation des intelligences. On répète sur tous les tons qu’il faut apprendre aux jeunes l’esprit critique. Celui-ci passe notamment par l’usage des caricatures. Sans doute, mais ne s’agit-il pas essentiellement de revenir à ce que signifie la critique. Critiquer de krinein en grec, c’est exercer sa faculté de jugement. Apprendre à juger, exercer son discernement, c’est tout le secret de la pédagogie.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 20 octobre 2020.

 

Source : https://www.france-catholique.fr/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL