UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A Dieu Jean, par Jean Sévilla.

Source : http://kiosque.lefigaro.fr/figaro-magazine/

En 1985, douze ans après sa parution, le Camp ses saints. le roman de Jean Raspail. était réédité.

L’ouvrage décrit la crise déclenchée en Occident par le débarquement sur le littoral méditerranéen d’un million de miséreux en provenance du tiers-monde. Dans nos colonnes, Louis Pauwels, notre directeur. avait choisi de présenter lui-même ce livre. « cent navires à bout de souffle s’échouent, chargés d’un million d’affamés, analysait-il. Ils sont l’avant-garde du monde pauvre qui va déferler, sans violence, mais avec l’irrésistible force de la misère qui rêve.  Que faire ? Résister ? Comment ? Et au nom de quoi ? Nous sommes devenus moraux, incertains de nos mérites et de nos droits, d’identité fragile » (Le Figaro magazine du 23 février 1955).

1.jpgJean Raspail, disparu le 13 juin. dans sa 95e année, collaborait alors régulièrement au Figaro Magazine. L’année de cette première réédition du Camp des saints, son auteur s’était associé à l’une des plus virulentes polémiques de l’histoire du journal. « Serons-nous encore français dans trente ans ? » se demandait-on dans notre numéro du 26 octo­bre 1955. dont la sous-titre s’ornait d’une Marianne voilée d’un tchador. Derrière son accroche provocante. cette enquête sur l’immigration s’appuyait sur les calculs du démographe Gérard-François Dumont qui montrait l’inéluctable progression. au sein de la population française. du pourcentage d’habitants d’origine non européenne. « Nous nous acheminons vers l’irréversible » soulignait Raspail qui. commentant ces statistiques, prévoyait la création « d’enclaves étrangères dans l’Hexagone ». Plusieurs jours durant. ce dossier du Figaro Magazine déclenchait pleurs et grincements de dents chez tous ceux qui faisaient vertu d’antiracisme. Vingt ans plus tard. constater l’existence de « territoires perdus de la République serait devenu un lieu commun. C’est donc Raspail qui avait raison. « Je me souviens avec jubilation de ce combat » m’écrivait-il en 2018, me remerciant d’avoir évoqué cet épisode dans un article consacré aux quarante ans d’engagement de notre hebdo­madaire dans le champ des idées

Jean Raspail, qui ne cachait pas ses fidélités royalistes, était un homme de convictions fortes hanté par la crainte de la décadence de notre civilisation. Il sentit fallacieux. toutefois. de le cataloguer comme un partisan ou un mili­tant. Il était avant tout un écrivain, un créateur d’univers et de personnages. qui a laissé plus de quarante livres récompensés par d’innombrables prix. Chroniqueur et romancier, il avait commencé sa carrière par des livres qui racontaient ses rencontres, de l’Alaska à la Terre de Feu et des Caraïbes au Japon, avec des peuples menacés de disparition par la modernité. A cet ancien scout féru de jeux de piste, le Figaro magazine avait permis de sacrifier à son goût du large en publiant ses récits de voyage. En 1995. dans le cadre d’une série d’été intitulée « L’Europe au vent des îles ». il était parti pour les îles Féroé dont il avait aimé la sauvagerie. En 1996. pour la série « L’Europe des lacs oubliés » il avait découvert le lac de Neusiedl, en Autriche. En 2002, il avait parcouru les Highlands, sur les traces du roi d’Écosse, Bonnie Prince Charlie, le dernier des Stuarts, qui tenta en 1745 de reconquérir son trône. Deux siècles après, en Ecosse, se réjouissait Raspail, « on lève encore son verre à la santé  du roi au-delà de la mer ».

En 1981, l’écrivain s’était déclaré consul général de Patagonie, ultime représentant du royaume d’Araucanie et de Patagonie. fondé en 1860 par Orélie-Antoine de Tounens, un avoué de Périgueux dont deux de ses romans avaient révélé l’authentique aventure. Jean accordait la nationalité patagonne à des amis qui. comme lui. chérissaient le panache et les gants blancs, la chevalerie et l’Eglise d’autrefois, la courtoisie et la galanterie,  la mer et la brume, l’élégance des duffle-coats britanniques et des vestes autrichiennes, le tabac blond et les vieux whiskys, et surtout les légendes sans lesquelles un pays meurt de froid. Il nous manquera.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel