UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour réintroduire Maurras dans le paysage politique : état actuel des listes pour les prochaines Municipales à Martigues...

C'est donc à une sorte de feuilleton, à la découverte de l'homme Maurras, que nous allons vous entraîner, d'ici les prochaines élections municipales.

Celles-ci, nous l'avons dit, seront peut-être décisives pour l'avenir de la Maison du Chemin de Paradis, fermé aux Français aujourd'hui par le dernier Mur de Berlin d'Europe : celui, invisible, du sectarisme haineux de la Mairie communiste, qui préfère laisser fermée (en attendant qu'elle ne s'écroule ?) une belle demeure qui pourrait être intégrée au réseau des Maisons des Illustres, et devenir un centre national et international de recherches et débats intellectuels de haut niveau sur Maurras, sa vie, son oeuvre; un lieu culturel vivant et rayonnant...

Aujourd'hui : état actuel des listes pour les prochaines Municipales à Martigues...

Jusqu'aux vacances de Noël, il y avait quatre listes en présence (voir notre note du 9 décembre : 09/12 : Municipales de mars à Martigues : les listes en présence à Martigues (pour l'instant...)

Deux listes supplémentaires ont été annoncées depuis :

5ème liste : Thierry Boissin (ci dessous) était d'abord parti avec Jean-Luc Cosme, qui, finalement, mènera une liste "sans étiquette", Boissin - qui se présente comme "progressiste" - menant, lui, une liste LREM/MODEM "Ecouter agir Martigues"

1576831309_dcmartigues-17662-122019-dec2019sgt0601.jpg

6ème liste : Bernard Niccolini (ci dessous) est en train d’installer son local de campagne au cœur du quartier de Ferrieres (le quartier de Maurras); il veut "faire changer le système" et promet "un mandat révolutionnaire". Sa liste s'intitulera ''Pour martigues 2020''.

1576831309_dcmartigues-17662-122019-dec2019sgt0601.jpg

Il s'annonce lui aussi soutenu par Larem : un flou artistique assez bizarre, puisque sur les documents officiels du parti macronien (ou macroniste ?), consultables sur internet, on voit aussi apparaître, dans la liste des candidats investis et soutenus par LaRem, une "Patricia Lopez, cheffe de file à Martigues (Bouches-du-Rhône, 13)" ? Qu'est-ce que cela veut dire, "cheffe de file", dans une ville, alors qu'on annonce, dans le même document que le candidat officiel de Larem est Thierry Boissin ? 

Mystère...

Ce qui est certain, c'est que ces deux listes (Boissin/Nicolini) et celle de Jean-Luc Cosme ne peuvent que prendre des voix à l'actuelle liste municipale d'union de la gauche (PCF/EELV/PS/LFI) de Gaby Charroux, et peut-être un peu à la liste Les Républicains : Macron ayant séduit une part de l'électorat de gauche, celui-ci restera-t-il, "perinde ac cadaver", derrière son maire, ou fera-t-il comme son président ?...

Et cela, semble-t-il, ne peut qu'affaiblir un Gaby Charroux qui ne cesse de répéter qu'il "ira jusqu'au bout". Suffisant pour le faire perdre ? Il avait été réélu en 2014 avec un confortable 58,52% :

Deuxième Tour 2014

  • M. Gaby CHARROUX LISTE UNION DE LA GAUCHE
    58.52 %
  • M. Cyril MARTINEZ LISTE FRONT NATIONAL
    22.99 %
  • M. Jean-Luc DI MARIA LISTE DIVERS DROITE
    18.47 %

 

Par contre, ce que nous disent nos amis sur place - et que nous ne pouvons bien sûr pas répéter ici... - c'est qu'il est curieux de voir la constance avec laquelle "Gaby" dit et redit "j'irai jusqu'au bout"...

Attendons encore un peu, pour voir si de nouvelles listes se déclarent, et si les électorats donnent des signes manifestes de mouvement.

Pour nous, les jeux internes du Pays légal ne nous concernent pas, mais, pour ce qui est de Martigues, ils retiennent notre attention car nous maintenons notre reproche à l'actuelle équipe municipale : celui d'avoir délibérément laisser pourrir sur pied la belle bastide du Chemin de Paradis.

Jamais aérée, jamais chauffée, dans une ville bâtie, non pas au bord de l'eau mais dans l'eau, comme le disait Alexandre Dumas, on imagine que le froid, l'humidité et tout ce qui va avec ont pu pénétrer à leur aise au coeur des boiseries, des pierres, du "liant", entraînant une dégradation pas forcément irréversible mais fatalement profonde du lieu (voir l'article révélateur de La Provence : La maison de Maurras est en piteux état, mais... à qui la faute ? A la Mairie, bien sûr !)

Et l'actuelle équipe municipale a aussi fermé au public - un vrai scandale ! - non seulement la maison mais même le jardin, et cela depuis de nombreuses années. On nous accusera peut-être de faire un procès d'intention, mais nous sommes persuadés que, si la maison s'était écroulée - ou s'écroulait un de ces jours... - il y aurait des gens à qui cela ferait plaisir : rappelez-vous qu'un humoriste/voyou a osé chanter, dans le studio de France inter, au lendemain de l'incendie de Notre-Dame...

Désolés, mais, nous, il y a des choses que nous n'oublions pas !

lafautearousseau

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL