Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le patriotisme selon saint Macron ou selon Charette ?

 

Par Floris de Bonneville 

Parue sur Boulevard Voltaire le 3 avril, cette chronique oppose opportunément et de façon fort juste, à propos de Macron, la patrie abstraite, idéologique, indéfinie, des révolutionnaires, à la patrie charnelle, historique, concrète, nécessairement délimitée, des hommes et des penseurs de la Tradition. Combien de fois, dans nos veillées, nos réunions, nos articles, les royalistes que nous sommes, avons-nous récité, cité, repris, le magnifique discours que Charette avait tenu un jour à ses hommes au cours des guerres de Vendée ! C'est ce discours que Floris de Bonneville oppose ici à l'idéologie multiculturaliste d'Emmanuel Macron. Dans son récent grand article du Monde, qui nous dit que « Pierre Boutang reprend le pouvoir », Jean Birnbaum relève que « le mouvement royaliste [...] a lui-même plus d’influence sur les droites qu’on ne le croit. » Il a raison, sauf que cette influence ne se limite pas aux droites, touche aussi maints penseurs dits de gauche, comme il en donne, d'ailleurs, lui-même des exemples. C'est dans cette direction que la France devra tourner ses regards pour s'en sortir !  Lafautearousseau 

 

Floris de ....pngLe discours d’Emmanuel Macron à Marseille restera dans les annales politiques comme une anthologie de médiocrité absolue. Où l’on voit que la bête de scène compte sur l’inaudibilité par des auditeurs admiratifs de ce bout-à-bout de mots magiques qui ont fait la force, jusqu’à présent, du candidat. Car, ne nous y trompons pas, Macron est un jeune homme intelligent et opportuniste qui n’a d’ambition que pour sa carrière. S’il est élu président de la République (le summum d’une vie pour le commun des mortels), dès la fin de son mandat, il reprendra du service auprès de ses obligés de la finance. Et ce langage indescriptible, où les mots savants se suivent dans un brouillamini savant, le sert auprès des plus faibles de nos concitoyens qui ne réalisent pas qu’ils sont l’objet d’une OPA qui va lui permettre d’atteindre son but, si on ne réussit pas à l’éliminer avant le 23 avril.

Prenons l’exemple d’une évocation du patriotisme en face d’une masse de Marseillais de toutes origines qu’il a savamment identifiés un à un : « Être patriote, ce n’est pas la gauche qui s’est rétrécie sur ses utopies. Être patriote, ce n’est pas la droite qui se perd dans ses avanies et l’esprit de revanche. Être patriote, ce n’est pas le FN, le repli et la haine qui conduira à la guerre civile. Être patriote, c’est vouloir une France forte, ouverte dans l’Europe et regardant le monde. »

Tout auditeur intelligent pourrait penser : mais ce gars-là se moque de nous ! Pour qui se prend-il ? Pour le Bon Dieu, pour le centre de la France, ni gauche, ni droite… Macron, c’est une succession d’utopies… de gauche essentiellement. Macron, c’est le communautarisme qui peut conduire à la guerre civile. Être patriote, c’est être Français. Point final. Ce n’est pas être Européen. 

L’Europe n’a jamais été une patrie. Être patriote, c’est aimer d’abord sa famille, puis ses amis, puis ses voisins, puis son pays. 

Mais être patriote, c’est surtout ce qu’en a écrit François Athanase Charette de La Contrie, ce héros vendéen cher à Philippe de Villiers et à nos cœurs. Une ode au patriotisme dont Macron n’aurait pas pu en écrire une ligne. 

« Notre patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos mères ont aimé avant nous. Notre patrie, c’est notre foi, notre terre, notre roi. Leur patrie à eux*, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ? Ils veulent détruire les coutumes, l’ordre, la tradition. Alors qu’est-ce que cette patrie narguante du passé, sans fidélité et sans amour. Cette patrie de billebaude et d’irreligion ? Beau discours, n’est-ce pas ? Pour eux la patrie semble n’être qu’une idée : pour nous, elle est une terre… Ils l’ont dans le cerveau, nous nous l’avons sous les pieds : c’est plus solide. Et il est vieux comme le diable leur monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder en l’absence de Dieu… Vieux comme le diable… On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions… Faut rire. Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, nous sommes une jeunesse. Messieurs, nous sommes la jeunesse de Dieu, la jeunesse de fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver, pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur… »

Charette, bien sûr, c’est l’anti-Macron absolu, celui qui a donné sa vie pour Dieu et son roi. Saint Macron est à mille lieues d’être patriote. Un gourou sans foi ni loi que nous avons trois semaines pour éloigner du second tour.

Alors, oui, en avant, marche !   

*  Les guillotineurs 

Journaliste
Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma
 

Commentaires

  • Ce Floris de Bonnevile a bien dû fréquenter l'Action française, avoir eu en mains le merveilleux carnet de chants de Patrice Sicard , si bien illustré, avec tant de goût, et si intelligemment assorti d'ine multitude de citations si judicieusement choisies qu'après plusieurs décennies, nous les savons presque par coeur, nous les anciens.
    Merveilleuse Action française, tout de même !

Écrire un commentaire

Optionnel