UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

(Une fois de plus !...) D'accord avec.;. : L’analyse du désastre éducatif faite par Vincent Laarman, de SOS Education...

            Nos lecteurs le savent d’expérience : prenant modèle sur Montaigne, qui ne cherchait pas à redire ce qui avait été fort bien dit déjà et ailleurs, nous n’hésitons pas -et sans vergogne car c’est pour la bonne cause !...- à piller allègrement tout ce qui passe sur le Net et qui nous partaît aller dans le bon sens.

            C’est aussi une bonne façon de mener la quête des convergences avec toutes les intelligences de l’époque, un état d’esprit qui nous est cher et auquel nos lecteurs sont, également, habitués de notre part….

            Aujourd’hui, donc, nous sommes, une fois de plus,  "d’accord avec"... Vincent Laarman. Et même beaucoup plus : "totalement d’accord avec", et en tous points, sans restriction aucune, ni d'aucune sorte, avec son excellente analyse qui, dans un texte court et percutant, résume et ramasse, sous une forme accessible au grand public, l’ensemble des causes du « désastre éducatif dans lequel nous sommes entrés ».

           C’est dans le toujours excellent Blog de SOS Éducation ( http://www.soseducation.com/ ), que nous citons régulièrement.

           Pour tout commentaire, nous nous contenterons de redire que la toute première mesure à prendre -lorsqu'on décidera d'en sortir...- sera de ramener la scolarité obligatoire à quatorze ans (au lieu des seize actuellement), comme elle l'a été pendant longtemps; et de rétablir un examen d'entrée en sixième: on luttera ainsi efficacement à la base contre la surpopulation à l'école: ce n'est pas en fin de Terminale -ou en première année de Faculté !...- qu'il faut se rendre compte que des dizaines de milliers de jeunes sont à l'école alors qu'ils ne devraient pas y être, mais c'est en début de parcours qu'il faut éviter de les faire entrer dans ce qui ne peut que se réveler une impasse pour eux, après plusieurs années de gâchées pour tout le monde.....  

sos education.jpg

« Des retraités, des étudiants… », pour remplacer les professeurs ?

L’annonce de Luc Chatel de faire appel à « des retraités, des étudiants… » pour remplacer les profs absents devrait sonner l’alarme dans tout le pays, et en particulier chez les parents et grands-parents d’enfants scolarisés.

Car cette « solution » révèle l’ampleur du désastre éducatif dans lequel nous sommes entrés : notre pays ne dispose tout simplement plus de personnel qualifié et en âge de travailler pour faire cours à nos enfants.

La plupart des secteurs de notre économie, on le sait, sont ravagés par le manque de main-d’oeuvre qualifiée : artisanat, restauration, professions médicales, ingénierie… Mais la vérité qui éclate au grand jour, c’est que le métier de professeur ne fait pas exception.

En réalité, depuis vingt ans, pour maintenir les quotas de recrutement d’enseignants, en particulier dans les matières scientifiques, il a fallu diminuer sans cesse les critères de sélection. On accorde aujourd’hui le CAPES à des candidats ayant 6/20 de moyenne au concours, et qui maîtrisent à peine les règles de base de l’orthographe.

Cette situation a été dénoncée par plusieurs ministres, dont François Bayrou, Claude Allègre, et Xavier Darcos lorsqu’il était ministre délégué à l’enseignement scolaire, en 2002. La solution de Xavier Darcos était alors d’augmenter considérablement le salaire des professeurs, pour parvenir à attirer de meilleurs candidats, solution que les difficultés budgétaires de l’État français ont rendue impossible.

Pourquoi une telle pénurie de talents pour exercer « le plus beau métier du monde » ? D’abord parce que l’Éducation nationale fait mal son travail. Elle ne forme plus assez de candidats potentiels corrects.

Après avoir imposé la « méthode globale » et imposé les « maths modernes », pédagogistes et syndicalistes militants, qui ont un poids considérable au ministère, ont supprimé le « Certif’ », dévalué le Brevet des Collèges, cassé les filières professionnelles, démoli le baccalauréat et fait de notre Université une vaste usine à chômeurs. Ils ont maintenant aussi déclaré la guerre à nos Grandes écoles, toujours au nom d’un égalitarisme fanatique, qui ne supporte pas que quiconque échappe au naufrage collectif.

Le résultat aujourd’hui est que même le recrutement de professeurs « au rabais » devient difficile. Il faut donc avoir recours aux « étudiants et aux retraités » pour boucher les trous. En attendant de proposer des postes de professeurs à des métallurgistes au chômage ???

L’autre cause, tout aussi importante, de la pénurie de professeurs qualifiés, est que le métier d’enseignant est devenu épouvantable sous le coup des réformes imposées depuis les années 1970, par ces mêmes dirigeants syndicaux et pédagogistes.

Ils ont retiré aux professeurs la liberté de prononcer les redoublements, tout en leur interdisant de faire des classes de niveau. Comment faire cours efficacement à trente enfants dont certains sont en avance sur le programme, alors que d’autres ne savent ni lire ni écrire ?

Ils leur demandent de faire de la discipline sans récompenses (bons points, classements), ni cours de morale (dépassés) ni lignes d’écriture ou zéro de conduite (trop humiliant). Comment imposer son autorité à des enfants dont certains ne sont même pas éduqués par leurs parents ?

Ils imposent aux professeurs, surtout, des méthodes pédagogiques toujours plus « innovantes » et « participatives ». Les instituteurs qui ont la sagesse de s’accrocher aux méthodes éprouvées sont tournés en dérision dans les IUFM, traités de « dinosaures » par beaucoup de conseillers pédagogiques, et mal notés par les inspecteurs. Comment peut-on supporter d’être maltraité parce qu’on fait bien son travail ?

Pour l’instant, le ministre de l’Éducation nationale Luc Chatel traite le problème du manque de professeur par des mesures administratives et techniques, en réorganisant les « procédures d’alerte » au rectorat lorsque l’absence d’un professeur est annoncée. De fait, il agit comme la direction de France Télécom qui, pour lutter contre les suicides au travail… équipe ses bureaux de barrières plus élevées aux fenêtres.

Car à moins d’une véritable refondation de notre système scolaire d’une part, qui permettrait de former de meilleurs candidats au métier d’enseignant, et de restaurer des conditions décentes de travail pour les professeurs, le « manque de profs » ne va faire que s’aggraver dans notre pays, avec des conséquences malheureusement incalculables pour nos enfants.

Vincent Laarman, Délégué général

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL