UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Expulsion de Bagnolet: Qui est "dégueulasse", et qu'est-ce qui est "dégueulasse" ?...

            ... pour reprendre (texto) l'expression favorite d'une ministre de la République (Fadela Amara, pour ne pas la nommer ?).

            Jeudi 11 février, premières heures de la journée: Marc Everbecq, maire communiste de Bagnolet (1), fait évacuer de force un squat, occupé par 80 personnes - essentiellement des Maliens - dont certaines étaient là depuis onze ans ! Le lieu servait au trafic de drogue, et à la prostitution, jure la Mairie. Résultat des courses: tout ce monde se retrouve à la rue, par moins cinq degrés...

BAGNOLET.jpg

            L'un des maliens résume la situation, au micro de France info: "Même des animaux sauvages...on doit pas les traiter comme ça...".

           Il y aurait mille et une choses à dire concernant cet épisode. On s'en tiendra ici à une seule remarque, dirigée à la CGT et au PCF (la Mairie de Bagnolet étant officiellement communiste).

           On sait l'engagement pris par ces deux organisations dans "les luttes" -comme on dit dans leur jargon- pour l'immigrationnisme forcené; et leur sanspapiérisme n'est plus -depuis belle lurette- un secret pour personne. Nous avons déjà publié le très éloquent cliché suivant:

SANS PAPIERISME.jpg

             Mais n'a-t-on pas menti à ces malheureux, au PCF et à la CGT, en leur promettant la lune, alors que rien n'est prêt ici pour en accueillir autant: ni travail stable et correctement rémunéré, ni logement décent... ? Puisque - et France info est formel là-dessus - certains de ces maliens sont dans ce squat depuis onze ans, à qui fera-t-on croire que la mairie communiste de Bagnolet ignorait dans quelles conditions de vie dégradantes ils vivaient, eux et tant d'autres ?

             C'est à "ça" qu'aboutit leur lutte ? A ce que des êtres humains vivent dans un taudis pendant onze ans, pour en être expulsés finalement un matin, par moins cinq degrés ?

             Dans son langage exquis, pour un ministre, et qui n'appartient qu'à elle, Fadela Amara a trouvé le mot juste pour les qualifier...

(1) : qui donne sa conception de la laïcité en publiant ce petit encart sur son site internet : "Ce vendredi 27 novembre est le jour saint de l'Aïd El Kébir pour tous les musulmans. Je leur souhaite tous mes meilleurs voeux et de passer une très belle fête avec leur famille et ceux qu'ils aiment. Mabrouk l'Aïd".

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL