UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humeur : Faire chanter La Marseillaise une fois par an aux "jeunes", pour les intégrer ? Réponse (inspirée de Juliette Greco) à Eric Besson....

           Oui, la drôle d'idée d'Eric Besson ne fait-elle pas penser, irrésistiblement même, à ce refrain -déjà fort ancien- de Juliette Gréco: "Si tu t'imagines, fillette, fillette.... qu'est-ce que tu te goures, qu'est-ce que tu te goures !...". Ce qui donnerait, adapté à la nouvelle situation des "jeunes" des cités quelque chose comme: s'il s'imagine, le ministre, que c'est en leur faisant chanter une fois par an un hymne raciste qu'ils vont devenir de bons petits français, qu'est-ce qu'il se goure !.....

violences bandes.jpg
Leur apprendre La Marseillaise suffirait-il à en faire des civilisés ?.....

            Eric Besson n' a en effet rien trouvé de mieux, cette semaine. Il a sorti "ça" de son chapeau, et il est tout content. On va faire, au moins une fois par an, chanter La Marseillaise aux "jeunes" ! Et comme ça, hop, d'un coup (et du coup), ils se sentiront français et ils réussiront leur intégration ! Fermez le ban !...

            On ne sait trop ce qu'il faut penser de cette désolante sortie du ministre. Faut-il lui conseiller de prendre des vacances d'urgence, et de se reposer, bien, bien ?.... Soyons sérieux, s'il s'imagine vraiment, notre ministre, que là est la clé de l'intégration, alors on ne peut pas grand'chose pour lui. Et même rien du tout. 

            Car enfin, qu'est-ce que cela veut dire, ce qui est beuglé dans ce chant de guerre: "Qu'un sang impur abreuve nos sillons !" ?     

            Tout simplement -si les mots ont un sens- que le sang des ennemis est impur, et que donc celui des gens qui "chantent" (!) cela est pur. Hitler disait-il, finalement, autre chose ?

            Ironie du sort: le jour même où Eric Besson a fait cette consternante sortie, un "jeune" (Mohamed, pour les intimes) se tuait en moto, à Fréjus, en fuyant les forces de l'ordre. Ses potes, les autres "jeunes", ont saccagé la ville (ci dessous). Ils s'en fichent: c'est nous qu'on paye ! Question à Eric Besson: s'ils avaient saccagé la ville en chantant La Marseillaise, est-ce que cela aurait été un "bon" saccage ? Un saccage "républicain" (comme on dit dans le jargon...) ?

             Pauvre Système !.....

violences frejus.jpg

Commentaires

  • Les véritables causes de l'effritement de l'identité française sont en fait les mêmes que celles qui expliquent l'érosion de toutes les autres identités : épuisement du modèle de l'Etat-nation, désagrégation de fait de toutes les institutions traditionnelles, rupture du contrat de citoyenneté, crise de la représentation, adoption mimétique du modèle américain, etc.

    L'obsession de la consommation, le culte de la "réussite" matérielle et financière, la disparition des idées de bien commun et de solidarité, la dissociation de l'avenir individuel et du destin collectif, le développement de technologies désormais autonomes, l'essor des exportations de capitaux, l'aliénation de l'indépendance économique, industrielle et médiatique, ont à eux seuls infiniment plus détruit l'homogénéité de la population française que ne l'ont fait jusqu'ici des immigrés qui ne sont eux-mêmes pas les derniers à en subir les conséquences.

    Si l'identité française (et européenne) se défait, c'est avant tout en raison d'un vaste mouvement d'homogénéisation techno-économique du monde, dont l'impérialisme américain constitue le vecteur principal, et qui généralise partout le non-sens, c'est-à-dire un sentiment d'absurdité de la vie qui détruit les liens organiques, dissout la sociabilité naturelle et rend chaque jour les hommes plus étrangers les uns aux autres.

    L'immigration joue, de ce point de vue, un rôle de révélateur. Elle est le miroir qui devrait permettre aux Français de prendre la pleine mesure de l'état de crise larvée dans lequel ils se trouvent, état de crise dont l'immigration représente moins la cause qu'une conséquence parmi d'autres.

    Une identité se sent d'autant plus menacée qu'elle se sait déjà vulnérable, incertaine, et pour tout dire défaite.

Les commentaires sont fermés.