UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Communiste, la Chine ? La bonne blague !...

            Une bonne partie de la presse -écrite et parlée- semble croire encore au Père Noël. En tous cas le journaliste de France Info, qui, au réveil, ce jeudi 1er octobre, annonce tout guilleret, tout joyeux La Chine communiste fête ses 60 ans....60 coups de canons sont tirés sur la Place Tian an men... Hu Jin Tao est apparu au balcon, là-même où Mao avait proclamé la république populaire....

             N'en jetez plus ! Dieu le Père lui-même serait-il apparu ce jour-là place Tian an men, notre bon (!) journaliste n'aurait guère pu en "faire" beaucoup plus !..... Tâchons de lui dessiller les yeux, et de tempérer son enthousiasme.....

chine.jpg

Des chars de l'Armée populaire de libération (APL) défilent devant la tribune des dignitaires chinois, le 1er octobre 2009 à Pékin.

             Certes, c'est vrai -soyons honnête- elle a quand même gardé un petit quelque chose du marxisme-léninisme des origines. A savoir l'appareil répressif et dictatorial. On sait que les héritiers de la grande Révolution de 1789 -et la grande Révolution elle-même- ont fait largement pire que les régimes qu'ils dénonçaient, ont commis largement plus d'horreurs et de crimes qu'eux, et qu'ils ont inventé un système mille fois, cent mille fois plus fanatique que les régimes qu'ils combattaient, et aux errements desquels ils prétendaient mettre fin. De la Shoah hitlerienne au Goulag stalinien, en passant par les raffinements de torture dans les camps extrêmes-orientaux, on a bien vu se réaliser la sorte de prophétie de Frédéric II à Voltaire: "Nous avons connu le fanatisme de la religion, un jour peut-être connaîtrons-nous celui de la Raison, et ce sera bien pire....'

             Alors, là, oui, dans les formes d'asservissement des peuples, la Chine d'aujourd'hui a gardé -pour que les dirigeants conservent leur pouvoir- l'appareil ultra performant qui leur garantit la perpétuation de leur tyrannie et qu'ils ont hérité de Mao, digne héritier et fidèle continuateur de la Révolution française.

CHINE 1.jpg
Des femmes militaires chinoises défilent sur la Place Tian an men, le 1er octobre 2009

              Mais il ne s'agit que des formes extérieures. Pour le reste tout le monde sait bien que le marxisme-léninisme, en Chine, il y a belle lurette que ce n'est plus qu'une farce sanglante, un guignol monstrueux et grimaçant. Et si, comme l'avait prévu de Gaulle, la Russie a bu le communisme comme le buvard boit l'encre, il n'est que trop évident que le même scénario s'est reproduit en Chine. La Chine tri millénaire des Empereurs a bu le marxisme de la même façon que l'avait fait la Russie peu de temps auparavant. Seule différence, donc, les apparences extérieures, que l'on à conservé à Pékin, alors qu'à Moscou on a réhabilité les Romanov et qu'on les a canonisés. Les dirigeants chinois jugent préférable -et plus utile pour la conservation de leur pouvoir tyrannique- de maintenir intacte la structure terrifiante de prise en main et d'enrégimentement des masses héritée de Mao. C'est leur problème. Mais ils ne trompent personne....

               Depuis bien longtemps, maintenant, c'est bien la Chine traditionnelle, et ultra nationaliste, qui est aux commandes à Pékin, et les pantins sanglants qui tirent les ficelles là-bas sont tout ce qu'on voudra, sauf marxistes-léninistes. Ils peuvent bien tirer tous les coups de canon qu'ils veulent, célébrer Mao, l'assassin en chef que Giscard a cru bon, en son temps, d'appeler l'un des phares de l'humanité (!), leur(s) ruse(s) grossière(s) ne trompe(nt) plus personne.

               Sauf, peut-être, un journaliste à France info.....

 

<b>1958</b> : le ''Grand bond en avant'' fixe des objectifs de production industrielle forcée, qui se soldent par un désastre économique : trois ans de famine, 30 millions de morts.

1958 : le "Grand bond en avant" fixe des objectifs de production industrielle forcée, qui se soldent par un désastre économique : trois ans de famine, 30 millions de morts. (photo et commentaire: Le Figaro).
Notre commentaire: avec la marxisme-léninisme, le Grand bond a bien eu lieu, mais ce fut un "Grand bond en arrière !....."

Les commentaires sont fermés.