UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Procès Fofana : Il y a du ménage à faire en France !…

            Ca commence bien ! Le procès du "gang des barbares" (27 jeunes accusés...) s'est ouvert mercredi  28 avril devant la cour d'assises des mineurs de Paris, et leur chef présumé, Youssouf Fofana, a d'emblée défié les juges...

FOFANA.jpg

            Collier de barbe et crâne rasé, Fofana, 28 ans, d'origine ivoirienne et accusé d'avoir porté les coups fatals à Ilan Halimi, est arrivé tout sourire dans le box, vêtu d'un sweat-shirt blanc et levant un poing vers le ciel en criant "Allah vaincra".

YOUSSOUF FOFANA.jpg

             Et dès l'appel des accusés effectué par la présidente, il a continué la provocation. En guise de date de naissance, il a répondu: "le 13 février 2006, à Sainte-Geneviève-des-Bois", donnant ainsi la date et le lieu de la découverte du corps agonisant de Ilan Halimi, qui devait mourir pendant son transfert à l'hôpital. On apprécie l'humour...

             Son nom ? "Mon nom c'est Arabs: "Africaine Révolte Armée  Barbare Salafiste"...

             Bref, c'est peu de dire qu'il se moque de tout le monde, de la Justice, de la France...

             « Qousque tandem, Catilina…» s’écria un jour Cicéron, en plein Sénat de Rome, lassé et révolté des intrigues et de l’arrogance de Catilina. Que ne devrions-nous pas dire, aujourd’hui, devant une attitude pareille ?

              Besancenot pense, et dit, que ce qu’il nous faut c’est « une bonne vieille révolution ». Il nous permettra, bien évidemment, de ne pas être d’accord avec lui et, en l’occurrence, lorsqu’on voit ce que le Pays Légal a laissé, et laisse encore, prospérer en France, de penser et de dire que ce qu’il nous faut, avant toute chose, et d'une façon urgentissime, c’est un bon et un grand coup de balai, un bon nettoyage général…..

               Ce personnage-là, on le dit partout, est d'origine ivoirienne. Qu'est-ce qu'il fiche chez nous ? Si la République, qui la donne à n'importe qui, lui a donné la nationalité française, qu'on l'en déchoie, puisqu'il a montré, à l'évidence , qu'il n'en était pas digne et que, pour parler comme on le fait dans le jargon, c'était une erreur de casting. Et s'il n'a pas la nationalité française, alors à plus forte raison, qu'on l'expulse !

               Que devient la France avec des gens pareils ?...

YOUSSEG FOFANA 1.jpg

Commentaires

  • Qu'on l'expulse, dites-vous ? Après ce qu'il a fait ? J'avoue ne pas très bien comprendre.

  • Qu'il soit jugé, et qu'il reçoive de la Justice la sanction qu'appellent ses actes. Mais après, qu'il ne reste pas chez nous. Soit il est ivoirien, et qu'on l'expulse vers la Côte d'Ivoire; soit la république lui a follement donné un rectangle de plastique: qu'on lui retire alors cette nationalité, donnée d'une façon irresponsable, et qu'on l'expulse. Où il voudra, n'importe où, mais qu'on ne le garde pas. Entre le tiers et les deux tiers de nos prisons, selon les endroits, sont peuplées d'étrangers ou de "français de plastique", naturalisés de fraîche date. Et on se plaint de la surpopulation carcérale ! Notre position est claire: déchoir, lorsqu'ils se tiennent mal, ceux qu'on a fait français -sans demander son avis au peuple souverain- et les expulser...

Les commentaires sont fermés.