UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une simple question à Michel Onfray…

            Voici comment débute « La religion du poignard », le dernier ouvrage de Michel Onfray, dans lequel il exalte Charlotte Corday et n’a pas de mots assez durs pour Marat, on va y revenir….

MICHEL ONFRAY.JPG

            En 1789, à Caen, le vicomte Henri de Belzunce, 24 ans, conduit un convoi de blé jusqu‘au château de Guillaume le Conquérant. Comme on est en pleine période de famine, la foule s’empare du convoi et tue le comte qui va être décapité puis dépecé. On lui arrache le coeur, qui passe de main en main, et les morceaux du corps sont grillés en plein air...

            Elle est pas belle, la Révolution ? Ce n’est pas nous qui inventons, c’est Onfray qui le raconte. Il doit savoir de quoi il parle, il est de la région…..

            Après ce début vaguement hallucinant, Michel Onfray se laisse aller à sa nouvelle passion : Charlotte Corday, et à sa nouvelle détestation : Marat. Lequel, soit dit en passant, en prend pour son grade. Raté, faux médecin, mythomane, révolutionnaire parce qu’on lui a refusé la particule… Comme entreprise de déboulonnement des idoles, il est bon Onfray, il est même excellent. On devrait faire appel à lui plus souvent. A quand Robespierre, Danton et la clique vus par lui ? Ce serait un savoureux jeu de massacre…

            Un exemple, un seul qui suffira, de la façon dont il flingue Marat ? Sa mort est tout simplement le « trépas d’un chien galeux ». Et vlan dans les dents ! Ca, c’est envoyé ! Et comme ce n’est pas par nous…. Non vraiment, il y a des fois, comme ça, où il est super, le Michel. En tout cas, là, on l’aime….

CHARLOTTE CORDAY TUE MARAT.JPG
 

            Bon, mais plus sérieusement, pourquoi s’arrêter sur son bouquin, et revenir sur le trépas du chien galeux ? Tout simplement parce qu’il y a quand même autre chose dans le livre, bien sûr. Mais, là, on aimerait bien lui poser une question, une seule question, à Michel Onfray....

            Emporté par sa verve, son lyrisme et tout ce qu’on voudra, il pourfend un monde -celui d'ajourd'hui- « où triomphent le vice, l’immoralité et l’impureté »; et il juge l’exemple de cette Charlotte Corday, qu’il porte aux nues, « bien utile en nos temps déraisonnables de nihilisme triomphant ». Au risque d’en surprendre plus d’un, nous serons d’accord avec lui. Et ce n’est pas là-dessus que porte donc la question que nous aimerions lui poser. Ce n’est pas sur le constat qu’il fait. C’est sur la façon dont il peut l’expliquer.

             Comment ! Voilà une révolution qui a eu lieu, puis qui, environ un siècle après a donné naissance à la République, laquelle est toujours là. Révolution et république sont, par définition, pour nos adversaires, les deux plus belles choses du monde. Elles règnent donc, aujourd’hui, depuis plus de cent ans maintenant, leur triomphe est total et leur établissement paraît aussi solide que ne l'était celui de la royauté juste avant qu'elle ne chute.

             Nous devrions donc nager dans le bonheur ! Or, et c’est Onfray qui le dit, et c’est ce qu’il faut qu’il nous explique, c’est notre question : comment se fait-il que révolution et république aient apporté « vice, immoralité, impureté » et « nihilisme triomphant » ?

             Avec tout ce qu’on a « régénéré » par la guillotine et le génocide ! Avec toutes ces lumières qu’on nous a apportées ! Nous sommes dans l’immoralité, le vice, l’impureté et le nihilisme ? Tout çà pour çà ?....

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL