UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un policier parle des bobos et des magistrats (du moins de certains...)

            Bruno Beschizza est Secrétaire Général du Syndicat Synergie Officiers. Il n'a pas sa langue dans sa poche, et c'est tant mieux...

bruno_beschizza.jpg

             Si on lui dit que l'image de la police semblerait plutôt mauvaise dans l'opinion, il répond : "Quelle opinion ? Celle des bobos ? Comme ces parents des étudiants mis en examen pour le sabotage des TGV et qui, devant les caméras de télévision, ne semblaient offusqués que par une chose : le déploiement des forces de Police pour interpeller leurs enfants ! Pas une seconde on ne les a vus ne serait-ce qu'envisager la possibilité que l'un de ces sabotages ait pu entraîner le déraillement d'un TGV lancé à pleine vitesse et donc provoquer un massacre..."

             Et si on lui demande d'évoquer les rapports Police-Justice il fait cette analyse, fort juste et fort saine : "...cette lutte sans merci que certains magistrats mènent pour qu'au XXIème siècle seule leur "caste" échappe à tout contrôle réglementaire, administratif, politique, déontologique, voire judiciaire...est un sujet qui nous opposera toujours.

             Il est aujourd'hui impensable qu'une telle institution n'ait pas encore su faire sa révolution culturelle (ça c'est envoyé ! ndlr...)... Il n'est plus acceptable aujourd'hui que certains magistrats continuent de clamer sur la place publique qu'ils sont les seuls garants de la démocratie ! L'aveuglement en conduit certains à l'exact opposé de ce qu'ils prônent. En s'érigeant en dernier rempart des "Lumières" contre la barbarie des "autres", ils ne font que constituer le limes d'une "principauté" judiciaire d'où le peuple sera à jamais banni... 'J'ai toujours considéré qu'il y avait un grand danger pour une corporation à s'autoproclamer d'essence supérieure aux serviteurs de la nation soumis, eux, aux contingences démocratiques. La justice n'est-elle pas rendue au nom du Peuple ?..."

Les commentaires sont fermés.