UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Alain Minc, finalement, renvoie au Maurras de Kiel et Tanger…

          Alain Minc vient de publier Une Histoire de France (1).

          Au journaliste qui l'interroge ( Quel est aujourd'hui le problème de la France ? ) il répond ceci, qui ne manque pas d'intérêt :

( 1 ) : Alain Minc, Une histoire de France, Grasset, 486 pages, 20,80 euros.

           9782246728719.gif                                    "C'est une banalité de le dire, mais son problème, c'est le monde. Après des siècles de grandeur, tant par la démographie que par l'influence politique, nous avons eu du mal à comprendre que le monde existait. Par la suite, nous avons cru que, par notre universalisme, une forme de talent intrinsèque, nous serions un pays missionnaire qui le dominerait. Eh bien non ! Comme l'a dit avec justesse, mais trop tôt, Valéry Giscard d'Estaing, « la France est une grande puissance moyenne ». Il lui faudra désormais raisonner comme en aïkido où la prise est celle du faible au fort. Pour être plus précis, celle du faible qui sait se servir de la force de l'adversaire pour la retourner contre lui."

                Lire le XXIVème chapitre de Kiel et Tanger après avoir tenu ces propos, cela ne permettrait-il pas à Alain Minc de développer encore son point de vue ? et de nous faire part d'autres propos qui pourraient se révéler fort intéressants ?...

                Nos lecteurs savent qu'ils peuvent lire (et faire lire...) ce chapitre XXIV, dans son intégralité, en se rendant dans la Catégorie Grands Textes.

Les commentaires sont fermés.