Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

montesquiou

  • 11 août 1914 ... Vous avez souvent été bien clairvoyant, me dit le sénateur des Antilles

    reveil_question_orient copie.jpgAu ministère de la Guerre, me dit Georges Deherme, qui a fait appuyer ma demande, on retient ma proposition et l'on promet de m'employer dès que nous aurons occupé le territoire allemand. On a bon espoir au ministère ! Aujourd'hui, pourtant, les nouvelles sont un peu moins sûres... Les vestibules de la rue Saint-Dominique sont pleins : les uniformes anglais presqu'aussi nombreux que les nôtres. Je rencontre Henry Bérenger.

    - Vous avez souvent été bien clairvoyant, me dit le sénateur des Antilles.

    De parti à parti on ne sait quelle politesse se faire : on présente les adversaires de la veille les uns aux autres et on se serre la main. Ma clairvoyance a consisté à calculer que l'alliance russe, par les affaires d'Orient, nous entraînerait dans une grande guerre européenne et que l'anarchie républicaine appelait, provoquait l'intervention des Allemands.

    Ils ont été tellement sûrs que l'insurrection et la grève générale rendraient la mobilisation impossible en France qu'ils l'ont annoncé. Toute l'Europe centrale a cru pendant quatre jours, sur les nouvelles transmises par Berlin, que le président Poincaré avait été assassiné, que la Commune était proclamée, Paris à feu et à sang, etc. Montesquiou, qui revient d'Orient, avait appris toutes ces gentillesses en Roumanie, où, d'ailleurs, le ministre de France, l'adroit Blondel, était si mal renseigné par son gouvernement que, le 1er août, il annonçait encore que les choses s'arrangeraient. Montesquiou est rentré par Constantinople, où il a rencontré  Georges Rémond, mobilisé aussi et cherchant à rentrer en France. Montesquiou, pariant pour la neutralité de l'Italie, est monté à bord d'un navire italien. Rémond, craignant d'être fait prisonnier par les Italiens qui lui en veulent depuis son voyage en Tripolitaine et les impressions qu'il a rapportées du camp turc où il s'était lié avec Enver et Djemal, a préféré les Messageries. Résultat : Montesquiou a débarqué tranquillement à Brindisi et, vingt-quatre heures plus tard, il était en France.

    A bord de son bateau, où tous les peuples d'Europe étaient représentés, on en venait aux mains entre tripliciens et triple-ententistes. Images de l'ancien monde tout entier...

     

    1914-le-destin-du-monde-de-max-gallo-927903138_ML copie.jpg