Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

letchimy

  • Lu, vu, entendu : vont-ils crier "haro sur le Millet" ?.....

            Horreur, enfer et damnation, il n'y a pas de mots pour le décrire : ce Mardi 7 février, chez Frédéric Taddéi (France 3) Richard Millet a osé le dire ! Si, si, il l'a dit ! Il a  osé ! Mais, quoi, direz-vous ? Qu'a-t-il dit ? Oh, rien d'autre que ce que tout le monde sait, que tout le monde voit, que tout le monde dit....

            A savoir que, quand il se trouvait au Métro Châtelet les Halles, en plein coeur de Paris, il ne savait plus trop où il était....

            Les bobos/gauchos/trotskos vont-ils demander la réouverture d'un Goulag-à-usage-unique-pour-cet-irrécupérable-richard-millet ?  Et l'innénarable Serge Letchimy va-t-il nous dire qu'il a vu les SS défiler sur les Champs-Elysées ?......

  • Les propos indécents d'un député : insanité, ou très grosse fatigue ?

            Serge Letchimy, député apparenté PS de Martinique, a évoqué les "camps de concentration" et le "régime nazi" en dénonçant les récents propos de Claude Guéant sur les civilisations : "Vous, M. Guéant, vous privilégiez l'ombre, vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration".

            Il n'y a que deux réponses à une telle indécence et une telle insanité : soit la déchéance du mandat de député pour indignité de parole et de comportement; soit une proposition de séjour longue durée dans un centre de repos, pour grosse, grosse, mais alors très, très grosse fatigue... "Hénaurme" fatigue, comme dirait Flaubert..........

            Quant à notre pauvre Pays Légal, entre un ex Président condamné et des députés qui se ridiculisent en discréditant le Pays tout court, il s'enfonce inexorablement, chaque jour un peu plus, dans le grotesque, le minable, le misérable; "fluctuat", et de plus en plus; mais il est des descentes que l'on ne remonte pas : quand un "prestige", un "respect" est définitivement atteint, qu'il est mort, c'est toujours grave pour la personne, la chose ou l'autorité en question : nous en sommes là, pour le Pays légal, avec la Crise en toile de fond : fluctuat, fluctuat, fluctuat.....

            Il a comme devise celle de Fouquet, mais à l'envers : pour Fouquet, c'était "Quo non ascendet ? (Jusqu'où ne montera-t-il pas ?). Le Pays légal de notre pauvre république idéologique c'est : Quo non descendet ? Jusqu'où ne s'abaissera-t-il pas ?