Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dreux

  • "Fin du monde", à Dreux, avec les Princes, récit de l'Echo Républicain

    Plus de 200 personnes ont découvert les monuments locaux dans les lumières de la nuit

    Article de Monsieur Ahmed Taghza publié dans l’Echo républicain

    Un jour critique pour l’avenir de l’humanité sur terre et un prince en haut d’une colline qui accueille les visiteurs. La nocturne drouaise a tenu toutes ses promesses.

    Il est 18 heures, ce vendredi, jour annonciateur de la fin du monde selon le calendrier maya, quand soudain 200 personnes déambulent dans le centre-ville de Dreux. Elles se rassemblent devant l’office de tourisme de l’agglomération drouaise, cour de l’Hôtel-Dieu. En longeant la patinoire, en Grande-Rue-Maurice-Viollette, le cortège se voit fusiller du regard par des passants ahuris, ébahis et craintifs devant un éventuel rassemblement d’une secte apocalyptique locale.

    Guidé par deux belles femmes, Estelle Marsay, et Stéphanie Landais, sa directrice, le groupe entame une exceptionnelle randonnée nocturne dans les rues de la ville, qui va l’amener sur les remparts et au pied de la chapelle royale.

    Un spectacle magique

    « Dans le cadre de sa mission d’animation, l’office de tourisme de Dreux-Agglomération et ses partenaires proposent une déambulation festive. En plein coeur des fêtes de fin d’année, l’office et la chapelle royale invitent les Drouais et les autres à découvrir, en famille et entre amis, les illuminations du centre-ville de Dreux et la superbe mise en lumière du beffroi et de la chapelle royale », explique Michel-Etienne Augustin, l’un des vice-présidents de Dreux-Agglomération, accompagnateur de la balade drouaise. Un discours qui dissipe, immédiatement les malentendus, alors que les participants se félicitent du temps clément et de l’ambiance chaleureuse qui règne le long du parcours.

    Photo: Ahmed Taghza

    Ainsi pour la troisième année consécutive, l’office de tourisme offre aux amateurs de randonnées magiques et nocturnes de faire le tour du centre-ville et surtout d’emprunter le chemin de ronde et les marches anciennes menant au sommet de la cité durocasse et au coeur de son histoire. « Nous sommes un couple de jeunes retraités, installés à Dreux depuis cinq ans. Nous adorons les visites commentées des monuments de la ville », lancent Sylvain et Nicole Ricolleau tout en marchant dans le noir du chemin de ronde, entrecoupé d’éclairages au sol.

    Une surprise de taille attend les randonneurs à la chapelle royale

    Après les explications documentées des guides de l’office de tourisme sur le merveilleux panorama nocturne de Dreux, une surprise de taille attend le public. Au pied de la chapelle royale éclairée mais entourée de noir dense, se tient le prince des lieux, Jean d’Orléans, sa femme, son fils et sa petite princesse dans sa poussette.

    Aux chuchotements succède le silence, et Jean d’Orléans se lance à raconter l’histoire des lieux qui reste inséparable de celle de la famille d’Orléans. Après un verre de vin chaud, les marcheurs allument une centaine de lampions pour descendre au point de départ. Le conte de Noël est entier et le plaisir est total !

    Rendez-vous. Vendredi prochain, la deuxième nocturne drouaise partira à 18 heures devant l’office de tourisme, cour de l’Hôtel-Dieu, jusqu’à la chapelle royale de Dreux. Visite gratuite, en présence du prince Jean d’Orléans qui racontera l’histoire de sa famille autour du monument funéraire.

    Ahmed Taghza

    ahmed.taghza@centrefrance.com 

    http://www.lechorepublicain.fr/eure-et-loir/actualite/pays/pays-drouais/dreux/2012/12/23/plus-de-200-personnes-ont-decouvert-les-monuments-locaux-dans-les-lumieres-de-la-nuit-1384533.html

    http://princejeandefrance.fr/

  • En marge de l'Assemblée générale de Gens de France : Le Parc et la Chapelle royale de Dreux : pour en savoir un peu plus...

    http://www.chapelle-royale-dreux.com/

    http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Dreux/Dreux-Chapelle-Royale.htm

     

    Et ces 7 photos envoyées par C PL, prises lors de la visite commentée par le Prince lui-même, le samedi 13 octobre, jour de l'Assemblée générale de l'Association Gens de France :

    Lire la suite

  • Les membres de Gens de France, hôtes des Princes, à Dreux ...

    Le duc et la duchesse de Vendôme ont donc réuni, samedi dernier, 13 octobre, à la Chapelle Royale de Dreux, les membres de Gens de France, pour l’assemblée générale annuelle de l’association.

    C’est dans ce cadre exceptionnel qui est, depuis plus d’un siècle, un lieu tout à fait central pour la Famille de France, que,  pour la première fois, cette rencontre s’est déroulée. Les participants ont ainsi été, cette année, les hôtes des Princes, qui les ont reçus, en quelque sorte, chez eux, avec une chaleur et une simplicité que tous ont appréciées.   

    Les réunions se sont tenues, tant au cours de la matinée que l’après-midi,  dans la très belle salle « Henri VI, comte de Paris » où, malgré la pluie et le vent, de nombreux amis des Princes et de Gens de France avaient pris place.      

    AG DREUX 033.JPG

    Au cours des deux assemblées générales (ordinaire et extraordinaire) qui ont ouvert la journée, le duc de Vendôme a fait part des orientations qu’il souhaite donner à Gens de France, dont il sera désormais président d’honneur, tandis que la princesse Philomena sera "présidente opérationnelle" de l'association et Jean-Pierre Deutsch secrétaire général, succédant à Christian Franchet d’Espérey. C’est, notamment, dans les divers domaines de l’action sociale, et pour faire connaître du plus grand nombre possible l’histoire et les traditions de notre pays, que Gens de France portera ses efforts. 

    Après cette première réunion, la plupart des participants, ont assisté, à la Chapelle Royale, à une très belle messe que servait le Prince lui-même. Certes, tous les Français d’aujourd’hui ne sont pas croyants, ni même, forcément, tous les amis de la Maison de France, mais la vocation spirituelle, naturellement catholique, de la famille royale française est constitutive de sa tradition, toujours vivante, comme il était manifeste tout au long de cette magnifique célébration…    

    AG DREUX 019.JPG

     

     Après la Messe à la Chapelle Royale, un excellent buffet campagnard était dressé dans la salle « Henri VI comte de Paris » et servi, avec élégance, par toute une équipe de jeunes-gens, tandis que les rencontres et les conversations allaient bon train.   

     dreux,gens de france

     dreux,gens de france

    L’après-midi s’est divisée en deux temps.

    En premier lieu, le prince Jean a fait visiter, par groupes de vingt à trente personnes, la Chapelle Royale et, au dessous, les différents niveaux où reposent les princes et princesses de la Famille de France.  

    dreux,gens de france

    La seconde partie de l’après-midi a été marquée par une originale et très remarquable intervention d’un invité des Princes, leur cousin, le prince Alvaro de Orleans Borbón, descendant du duc de Montpensier, le plus jeune fils du roi Louis-Philippe, qui avait épousé l’infante Louise-Fernande, fille du roi Ferdinand VII et sœur de la reine Isabelle II d’Espagne. Ainsi, la famille du prince Alvaro de Orleans Borbón a-t-elle été étroitement associée à toute l’histoire de l’Espagne – et de l’Europe - modernes ; son grand-père, passionné d’aviation dont il fut un pionnier, a été, sous le règne du roi Alphonse XIII, l’introducteur et l’organisateur de l’aviation militaire espagnole. Lui-même est grand amoureux de vol à voile, sport dans lequel il excelle. Son intervention, sans rapport apparent avec l’objet de cette journée de Dreux, à travers nombre d’anecdotes, liées à l’histoire de sa famille et contées avec beaucoup d’humour, a pourtant dit ce qui est probablement l’essentiel : en quoi les princes d’aujourd’hui peuvent être utiles aux sociétés contemporaines, dominées, non par le souci d’excellence, en quelque domaine que ce soit, qui est la définition même de toute aristocratie véritable, mais par les seuls critères de l’argent, de la consommation et du profit. Cette intervention a été, de fait, une remarquable illustration des vertus et traditions de l’aristocratie européenne, qui peuvent, d’ailleurs, avoir leurs correspondances à tous les niveaux de la société.

    Nous sommes tous conscients que l’éventualité d’une monarchie, en France, n’est pas, pour l’instant, immédiatement inscrite à l’horizon du possible, ou du probable, si nécessaire qu’elle puisse nous apparaître et, même, si, selon nous, le recours qu’elle représente peut et doit continuer d’être maintenu, proposé, explicité. Mais d’ores et déjà, ce que le duc de Vendôme a appelé « un esprit de royauté » peut être proposé à nos compatriotes. Proposé, diffusé et, à la façon du prince Alvaro de Orleans Borbón, illustré et promu.

    Sans-doute est-ce là, parmi les activités que peuvent se fixer ceux qui, comme nous, sont attachés à la tradition royale de la France, l’un des axes les plus réalistes et les plus utiles. Et les Princes en sont la représentation la plus vivante.

    Ce sont là nos impressions de cette journée particulièrement marquante de Dreux.   

    Un compte-rendu complet de cette belle journée, et d'autres très bonnes photographies, se trouvent, d'ores et déjà, sur le site officiel du prince Jean de France, auquel nous conseillons de se reporter.

    Par ailleurs, une vidéo sera disponible dans les jours qui viennent.

  • Pour la France, ce que les Princes personnifient de suprême dans son destin

    (Illustrations : les deux "chênes Saint Louis", en haut, celui de la forêt de Tronçais; en bas, celui de Saint-Maurice-sur-Dargoire. C'est de Robert de Clermont, seigneur de Bourbon, sixième et dernier fils de saint Louis et de Marguerite de Provence, que procède l'actuelle Maison de Bourbon, dont descendent, par Henri IV et Louis XIII, les actuels représentants de la Famille de France : le Comte de Paris, le Prince Jean et son frère Eudes) 

    dreux,gens de franceLe prince Jean de France a convoqué les membres et les amis de Gens de France, l'association qu'il a fondée, à l’assemblée générale, qui se tiendra le samedi 13 octobre, à la Chapelle Royale de Dreux. Le Prince indique qu'il souhaite les retrouver nombreux, souhait que, naturellement, nous faisons nôtre.

    Notre royalisme se fonde sur la conviction que l'institution monarchique - cofondatrice de la France avec le peuple français -demeure - dans l'épuisement, si net, aujourd’hui, des divers régimes issus de la Révolution - le régime politique qui conviendrait le mieux à notre pays, s'il retrouvait un jour le désir de l'ordre, de l'harmonie, et de la civilisation qui est, en réalité, la sienne, et qui lui vient du fond des âges.

    La dynastie qui a fondé notre pays s'est prolongée, malgré les révolutions, dans la Famille de France, qui en a toujours maintenu les principes, la tradition, et qui l'incarne aujourd'hui encore, notamment en la personne de son Dauphin, le prince Jean de France, qui en est l'avenir.

    La France d'aujourd'hui, chacun le sait, vit - plutôt mal - en République qui est son régime légal. Ce régime vit selon les règles de légalité qu'il s'est, lui-même données. Mais est-il légitime ? De Gaulle a pu prétendre s'exprimer "au nom de la légitimité nationale que j'incarne - disait-il - depuis vingt-ans", ignorant, d'ailleurs, purement et simplement, la IVème République. Croit-on que François Hollande pourrait, sans ridicule, se réclamer, pour lui-même, d'une quelconque légitimité nationale ? Croit-on que les Français l'en créditeraient ? Au sens vrai, la légitimité politique suppose un véritable et profond consentement populaire, une relation de confiance stable envers celui qui la détient et le sentiment spontané qu'il incarne le Bien Commun, dans le temps long. En ce sens, toute légitimité politique a, évidemment, disparu du paysage politique français.

    Les Princes, aussi, vivent dans le cadre de la République française; et peuvent, encore, sans même y détenir la moindre parcelle de pouvoir, la moindre puissance, y être utiles à leur pays, à la société française, à la place qui est la leur. Ils savent, d'ailleurs le faire, comme "de bons serviteurs de la France", avec cette générosité désintéressée que De Gaulle avait saluée, un jour, en public, lors d'une visite à Amboise. 

    dreux,gens de franceMais ils sont, aussi, un recours. Ce recours que le même De Gaulle avait évoqué dans une de ses dernières lettre au Comte de Paris, après qu'il eût quitté le pouvoir : "Vous, Monseigneur, demeurez intact, clairvoyant et permanent, comme l'est, et doit le rester, pour la France, ce que vous personnifiez de suprême dans son destin". (Lettre du 27.12.1969). On aura sans-doute noté que ce recours doit le rester, pour la France.

    Ainsi, toute action des Princes, à quelque place qu'ils se situent, quelle qu'en soit la nature, ne se réalise jamais, selon l'expression de Pierre Boutang, "indépendamment de leur qualité de fils de Saint-Louis ».

    Et c'est pourquoi, la réunion qui se tiendra ce 13 octobre prochain, à la Chapelle Royale de Dreux, est si importante. Pourquoi, aussi, dès maintenant, à notre toute modeste place, nous lui souhaitons un plein succès.  

  • Un nouveau forum sur le Net, consacré à Saint Denis...

            ...,avec, en prime, quelque chose sur la Chapelle royale de Dreux : c'est dans le Blog de Benoît de Sagazan :

            http://patrimoine.blog.pelerin.info/2011/10/07/un-forum-sur-les-necropoles-royales-et-princieres/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+PatrimoineEnBlog+%28Patrimoine+en+blog%29

             Et, puisqu'on parle de Saint-Denis, redonnons le lien pour consulter notre Album (44 photos) La Basilique de Saint-Denis, nécropole royale... (vous pouvez aussi cliquer sur l'image) :

             http://lafautearousseau.hautetfort.com/album/la-basilique-de-saint-denis-necropole-royale/ 

    saint denis,dreux