Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

buren

  • Pour Buren, on trouve cinq millions huit cent mille euros....

                On manque d'argent partout pour entretenir des merveilles de notre Patrimoine, et pour permettre à des métiers d'art de survivre et de se transmettre. La commande publique se fait rare, et pourtant....

                Pourtant, 23 ans après avoir deboursé un million d'euros pour dénaturer l'un des plus beaux endroits de Paris, l'Etat a donc su trouver -gaspîller serait plus juste...- près de six millions d'euros pour continuer à enlaidir le Palais Royal !

    L'artiste français Daniel Buren (g), le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand (c) et l'ancien ministre de la Culture Jack Lang, le 8 janvier 2009 à Paris

    8 janvier 2010 : Honneurs officiels pour les colonnes de Buren restaurées...

    Buren (à gauche) pose avec l'actuel et l'ancien Ministre de la Culture

    Lire la suite

  • Copinage "artistique" (?!)....

              Daniel Buren, qui a enlaidi le Palais Royal avec ses "colonnes", vit bien avec les commandes de la république: outre les dites colonnes -vendues fort cher...- qui défigurent un des plus beaux sites de la capitale, il a fourgué à Jack Lang sept mâts, installée en 1989 dans sept villes françaises: ces mâts étaient censés rappeler le parcours des Fédérés,et furent installés sur une diagonale allant de Marseille à Lille.

              Il ne reste aucun de ces sept mâts, facturés tout de même 100.000 euros chacun: cinq ont disparu, Avignon a monté une éolienne sur le sien, et Marseille vient de ranger le septième (ci dessous) -tout rouillé- dans ses réserves: l'"art" (!) républicain ne semble pas, en l'occurrence, avoir une très grande longévité !

              Il est scandaleux qu'un ministre en exercice -Jack Lang en l'occurrence- ait fait profiter ses copains de gauche de commandes de l'Etat, c'est à dire d'un argent public, aussi mal employé. On songe, à l'inverse, au propos de Sacha Guitry:

    "On nous dit que nos Rois dépensaient sans compter,

     Qu'ils prenaient notre argent sans prendre nos conseils,

     Mais quand ils construisaient de semblables merveilles,

      Ne nous mettaient-ils pas notre argent de côté ?" 

    buren marseille.jpg
    Le mât de Marseille, avant qu'il ne finisse, tout rouillé, dans les réserves de la Ville !