UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aura-t-on encore assez d’agriculteurs en 2030 ?, par Iris Bridier.

Paysan, un métier en voie de disparition ? Et pourtant : « Ce matin, je me lève admiratif, oui, admiratif de penser à tous mes collègues agriculteurs qui, comme moi, se lèvent pour faire le travail le plus noble qui soit, celui de nourrir la population, entretenir les paysages de notre pays et tout cela pour rien ou si peu ! » témoigne Pascal Aubry, président de la Coordination rurale des Pays de la Loire.

3.png« Être agriculteur n’est qu’un métier de passion », ajoute Éloïse de Beaucourt, souris des villes devenue souris des champs. Cette ex-Parisienne a quitté les trottoirs de la capitale pour les prairies verdoyantes et réaliser son rêve de devenir maraîchère. Les néo-paysans, ces ex-citadins en reconversion professionnelle, représenteraient aujourd’hui 30 % des installations agricoles, soit deux fois plus qu’il y a dix ans.

Une installation pour deux ou trois départs en retraite

Ce phénomène de retour à la terre qui attire de plus en plus de générations hors-sol et soucieuses de renouer avec l’écologie sera-t-il suffisant pour assurer le renouvellement de génération des agriculteurs ? « Les installations ne compenseront qu’environ deux tiers des quelque 20.000 cessations d’activité par an », précise un rapport du Conseil économique, social et environnemental de 2019. Ils étaient quatre millions en 1963, 1,6 million en 1982 ; ils ne sont plus que 400.000 agriculteurs en 2019, selon l’INSEE. Par ailleurs, plus d’un agriculteur sur deux a 50 ans ou plus et « pour deux ou trois départs à la retraite, seul un nouvel exploitant s’installe », explique Pascal Cormery, président de la Mutualité sociale agricole. Autant dire que la question du renouvellement des générations des agriculteurs est un défi majeur pour assurer notre souveraineté alimentaire. Bien conscient de cet enjeu, le ministère de l’Agriculture a lancé une campagne de communication, cet été, incitant les jeunes à s’orienter vers les « métiers du vivant ». Interrogé par 20 Minutes, Julien Denormandie rappelait que « tous ces secteurs recrutent aujourd’hui. Si on les cumule, ces métiers du vivant représentent le deuxième secteur d’emplois en France. Des dizaines de milliers d’offres sont à pourvoir en permanence. »

Et le ministre de souligner à juste titre ces deux missions « incroyablement nobles : nourrir les Français et prendre soin de l’environnement », tout en se félicitant du nombre d’élèves, cette année, « dans les formations du métier du vivant, que ce soit en lycée agricole, en enseignement supérieur, en formation professionnelle. Pour la première fois depuis bien longtemps, il a augmenté, cette année, avec plus de 200.000 inscrits. »

Toujours plus de normes 

Malgré cette campagne d’incitation et un regain d’intérêt pour la vie à la campagne fortement amplifié par la pandémie, des freins subsistent pour ces jeunes générations. Se pose la question du foncier agricole. « Les prix des terres repartent à la hausse », souligne la Fédération nationale des SAFER dans Le Figaro. Autre difficulté dénoncée par Agnès Henry, agricultrice en Seine-et-Marne : « Nous devons produire toujours plus et mieux, mais avec moins : moins de terres, moins de produits et moins de collègues. » Cet éleveur du Maine-et-Loire est très remonté et l’écrit à la Coordination rurale : « Les écologistes sont contre l’irrigation, mais faire pousser des plantes sans eau, c’est du jamais-vu dans l’histoire de l’humanité. » Il renchérit : « Il y a 100 ans, nos anciens commençaient à travailler vers l’âge de 10 à 12 ans. Pour eux, le bon sens et le savoir-faire ancestral faisaient partie des règles pour démarrer dans la vie. Ils allaient très peu à l’école et n’avaient pas beaucoup d’instruction mais ils étaient mille fois plus intelligents que tous ces bureaucrates hyper instruits, au cerveau complètement dégradé, qui imposent leur idéologie et la pensée unique obligatoire à toute la société. » Pour lui, les écologistes et l’administration sont les deux épines dans le pied de l’agriculture.

Alors le ministère de l’Agriculture aura beau développer sa plate-forme Web compilant toutes les informations utiles concernant les formations à ces métiers du vivant et les emplois à pourvoir, il précise « en même temps » qu’une « partie des aides aux revenus que toucheront désormais les agriculteurs sera conditionnée à la mise en œuvre de pratiques environnementalement vertueuses ». Et c’est peut-être aussi là que le bât blesse. Le site Pleinchamp décrypte ce nouvel écorégime prévu par la PAC en 2023, accrochez-vous : « Pour obtenir cette certification, il faudra, en plus de répondre aux exigences de la certification environnementale de niveau 2, avoir une obligation de résultat pour l’un de ces cinq critères : les quatre critères permettant actuellement d’atteindre la certification HVE via la voie A (biodiversité, stratégie phytosanitaire, gestion de la fertilisation, gestion de l’irrigation de l’irrigation) ainsi qu’un nouveau critère appelé « sobriété », combinant l’agriculture de précision et les démarches de recyclage sur l’exploitation. Les certifications AB et HVE (haute valeur environnementale) permettront de percevoir le niveau supérieur de l’écorégime. » Avec un tel jargon technocratique, c’est à se demander comment les nouvelles générations qui auront déjà accepté des conditions de travail peu valorisées pourront survivre à cette folie administrative ?

 

Iris Bridier

Journaliste

Auteur
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel