UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le prix de la vie, par Claude Wallaert.

Un petit livre qui en dit long, et profond ! En cette conjoncture de déboussolement mondial face à la pandémie, en à peine plus de cent pages, l’auteur nous invite à un rigoureux examen de conscience ; sans acrimonie, mais avec une belle fermeté, Alexandra Laignel-Lavastine nous dit en substance : « Arrêtons de paniquer, de nous comporter comme des papillons autour d’une lampe ! Asseyons-nous, calmons-nous et réfléchissons…

Conserver la vie mérite-t-il de perdre ainsi la tête, de fuir en avant tête baissée, d’accepter en aveugle d’être infantilisés, assignés à résidence, de voir saccager notre économie, de brader l’avenir de nos enfants ? Que leur répondrons-nous quand sonnera l’heure des comptes ? La vie est-elle vraiment le bien suprême ? Si on lui accorde avec raison l’alpha, faut-il aussi la créditer de l’oméga ? Tout cela pour quelque chose qui tue six mille fois moins que le cancer, et trois mille fois moins que le tabac ?! »

Alexandra Laignel-Lavastine déploie ainsi son talent d’écrivain et la sage pondération du philosophe qui aide à remettre les bons repères à la bonne place.

Pour cela, outre des considérations bienvenues de bon sens, elle convoque des personnages qui aideront le lecteur à prendre le recul qui convient ; c’est ainsi qu’au fil des pages sont cités avec pertinence Tocqueville, Hannah Arendt, Bernanos, Jan Patocka et son disciple Vaclav Havel. Citons entre tous, Bernanos : « seul celui qui a perdu son âme ne pense qu’à sauver sa peau ».

Une rude leçon, bien méritée, administrée de façon concise et claire, à l’exception de deux notions que la brièveté de l’ouvrage n’a permis que de citer allusivement : l’héritage des Lumières, qui semble être considéré comme un trésor, alors que Xavier Martin a fait justice de cette anthropologie mortifère, et l’épouvantail populiste, que l’auteur agite, sans préciser en quoi il l’émeut.

Alexandra Laignel-Lavastine, La déraison sanitaire. Le Covid 19 et le culte de la vie par-dessus tout. Éditions Le Bord de l’Eau, 2020, 144 p., 12 €.

13.jpg

Source : https://www.politiquemagazine.fr/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel