UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Exil de Juan-Carlos : réaction du prince héritier de Savoie, par Frédéric de Natal.

Source : http://www.monarchiesetdynastiesdumonde.com/

« Inattendu » est le mot qui convient à ce communiqué. L’héritier au trône d’Italie, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, a réagi au départ du roi Juan Carlos et « salué une figure qui a permis le retour de la démocratie en Espagne ».

frédéric de natal.jpgCommuniqué publié aujourd’hui sur les réseaux sociaux, le prince Emmanuel -Philibert de Savoie a fait part de sa déception à l’annonce de l’exil du roi Juan-Carlos, actuellement en République dominicaine après un bref transit au Portugal. « Le départ de Juan Carlos Ier d’Espagne marque un moment de profonde détresse » a déclaré le petit-fils du roi Humbert II et qui regrette le procès qui ait fait contre le roi, accusé de blanchiment d’argent et de corruption.

« Aujourd'hui, on dépeint ce souverain comme une personne corrompue en lui donnant une image fortement négative, sous couvert de mauvaise politique » s’est désolé le prince de Venise. « La justice décidera de ses fautes comme citoyen privé. Mais en tant que Roi, je voudrais simplement rappeler que c’est exclusivement grâce à Juan Carlos Ier si l'Espagne, petit État entre les mains d'une dictature depuis près d'un demi-siècle, s'est transformée en l'une des démocraties les plus florissantes et les plus avancées. Un pays jeune, dynamique, qui a connu une croissance économique inégalée dans les années 2000, un pays où la culture fleurit et où les jeunes jouent le rôle de protagonistes tant en politique que dans la société civile » a poursuivi le prince de Savoie. Avant de surenchérir : « Si l'Espagne n'avait pas eu Juan Carlos Ier en 1975, elle n'aurait pas eu la constitution démocratique de 1978 qu'il voulait fortement, et s'il n'avait pas déjoué en [février] 1981 le coup d'état de [Antonio Tejero] Molina, l'Espagne aurait de nouveau replongée dans une dictature » a tenu à rappeler Emmanuel-Philibert de Savoie.

« Je pense que l'histoire saura donner toute la place qui mérite au travail effectué par le roi et qui se trouve injustement contraint d'un auto-exil, une fois de plus, pour le bien de son pays » a précisé en guise de conclusion le prince Emmanuel-Philibert qui sera en France, à l’automne prochain, pour présenter et introduire officiellement sa fille héritière, la princesse Vittoria. Récemment, le prince de Savoie a fondé son propre Think-Tank et pourrait se présenter de nouveau comme candidat lors des prochaines échéances électorales.

Copyright@Frederic de Natal

Commentaires

  • Juan Carlos a été désigné par le caudillo pour lui succéder et continuer un régime organique apaisé. Il a prêté solennellement serment de respecter les principes du movimiento, après quoi il a systématiquement trahi ceux qui lui étaient fidèles, en couvrant de bontés ses ennemis. Le résultat est consternant, mais non inattendu. Ne comptez pas sur nos larmes.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL