UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La France a besoin d’une révolution conservatrice !, par Christian Vanneste.

y a deux idées aussi fausses l’une que l’autre : la première est que la droite et la gauche n’existent plus, la seconde est que les premiers ministres de M.Macron seraient « de droite ». La vraie coupure entre la droite et la gauche ne réside pas dans l’appartenance à un parti qui est situé d’un côté ou de l’autre, mais dans une opposition constante depuis la Révolution entre le conservatisme et le progressisme. La vraie droite est conservatrice, et peut se vouloir réactionnaire. La vraie gauche est progressiste et peut se vouloir révolutionnaire.

christian vanneste.jpgLorsque des gens qui se disent de droite en arrivent à faire lentement et en douceur ce que la gauche fait brutalement et rapidement, ils mentent évidemment : il sont de gauche. Bien sûr le mot « progressiste » est à relativiser. Une « avancée » peut être une amélioration mais aussi la présentation avantageuse d’une décadence. Le conservateur, c’est-à-dire l’homme de droite est celui qui trie systématiquement les changements nécessaires pour conserver l’essentiel et rejette ceux qui sont superflus voire néfastes. Dès le début de ce clivage, la droite voulait conserver la monarchie et le pouvoir du roi. Elle savait parfaitement que les privilèges devenus injustifiés, que la confusion dans l’organisation du Royaume, et l’anarchie de ses finances ne pouvaient durer. Pour autant, elle ne voulait ni la république, ni la destruction de l’Eglise. Le mouvement sinistrogyre de la période révolutionnaire de 1789 à 1794 a correspondu à la victoire constante et de plus en plus sanglante du « progressisme ». L’égalité civile s’étendait à la politique et abordait le social. Le mouvement s’arrêta à ce point lorsqu’on revint du suffrage universel de 1793 au suffrage censitaire et qu’on ne suivit pas la « conspiration des Egaux » de Babeuf qui mettait fin à la propriété privée des moyens de production.

A notre époque, l’opposition entre les conservateurs et les « progressistes » s’est déplacée du domaine politique et même économique et social à ce qu’on nomme le « sociétal ». Certes il y a toujours des révolutionnaires mais l’appauvrissement relatif de notre pays endetté, et cumulant les déficits depuis plus de quarante ans, rend leurs propositions utopiques voire suicidaires. L’embardée de 1981-1983 l’a montré. C’est pourquoi le « progressisme » s’est déplacé sur des sujets moins en rapport avec l’économie. L’idée « réactionnaire » de revenir sur certains droits ou avantages pour les réajuster à l’état de notre économie et de nos finances s’impose par exemple pour les retraites. Mais la gauche réaliste tente de compenser cette évidence par des avancées sociétales en général réclamées par des communautés, des minorités. C’est la raison pour laquelle le progressisme, la gauche, s’appuient de plus en plus sur l’addition des minorités soucieuses de voir progresser leurs droits. On observera donc que chaque fois que la prétendue droite suit cette voie, elle ment : c’est la gauche avec un faux nez. Un gouvernement qui compense les limites sociales qui lui sont imposées par l’état de notre économie en développant les droits des homosexuels ou des immigrés est bien sûr de gauche, comme l’est celui qui ne revient pas sur ces mesures.

L’exclusion de François Fillon du second tour de l’élection présidentielle par les moyens douteux que l’on sait est clairement un coup du clan progressiste contre un candidat réputé « conservateur », comme si cette étiquette rendait l’accession au pouvoir impossible et justifiait tous les moyens pour s’y opposer. Le pouvoir actuel est donc à gauche et l’arrivée dans ses rangs de transfuges d’un parti qu’on situe à tort à droite n’y change rien. Il ne suffit pas de supprimer l’ISF sur les valeurs mobilières pour être « à droite ». Il faut vouloir conserver la souveraineté nationale, ou la rétablir. Il faut vouloir pérenniser l’identité française et la promouvoir. Il faut vouloir consolider et même rétablir le modèle familial qu’on s’est acharné à détruire depuis des décennies, par la loi et aussi par l’exemple offert au plus haut niveau dans le pays. Ni Juppé, ni Sarkozy n’étaient des conservateurs. Le second employait d’ailleurs systématiquement ce terme de manière péjorative. Aussi le fait de passer d’un proche de l’un, Philippe, à un proche de l’autre, Castex pour Matignon, n’altère en rien la ligne progressiste, qui change tout au plus d’obédience.

Ce qui est tragique dans cette situation c’est que ce sont les mêmes qui précipitent notre pays vers l’abîme d’une manière de plus en plus inéluctable, en laissant croire à des variantes, voire à des alternances. Président énarque, premiers ministres successifs énarques : l’épisode récent du covid-19 a pourtant montré que la France, forte de cette armée de colonels que sont les hauts-fonctionnaires à la tête de multiples fromages superflus qui entravent l’action politique plus qu’ils ne la favorisent, était devenue lourdement inefficace. Formés dans le même moule, ils sont animés de la même idéologie dont les effets pernicieux mettent la France à genoux. A l’occasion de la prochaine élection présidentielle, il faudra donc rompre avec ce mouvement suicidaire. Il faudra une révolution conservatrice, pour mettre fin à ce mécanisme sinistrogyre qui entraîne la France au déclin et à la décadence !

Commentaires

  • Christian VANNESTE toujours aussi excellent, oui il va bien falloir choisir: la destruction ou la survie, la République apatride ou la Monarchie protectrice des libertés ,les Français en sont-ils capables????????????????????????

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL