Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand l’oiseau s’envole

par Louis-Joseph Delanglade 

sinistra-italiana_una-nuova-proposta-il-documento_sfondo-rosso-170204 - Copie.jpg

« Une trop belle image du fourre-tout idéologique macronien… » 

La mise en scène outrée de sa déclaration de candidature en plein direct d’un débat l’opposant à Mme Le Pen (14 mars) n’a certes pas aidé Mme Loiseau, personne n’ayant été dupe de sa prétendue volte-face, en réalité un de ces trucs de communication prisés des jeunes conseillers de l’Elysée.

B9719049448Z.1_20190327160030_000+G5QD91TRB.1-0.jpgMoins de deux semaines après (26 mars), nouveau fiasco, la présentation des candidats de la liste officielle sombrant dans le comique le plus grossier : une tête de liste endormie face à une salle quasi-vide, un directeur de campagne qui ne cesse de bafouiller, une estrade qui s’effondre au moment de la photo et fait rire la France entière : comme le dit M. Ciotti, c’est « Le Ridicule En Marche ». On n’avait pourtant pas encore tout vu : le meeting d’ouverture (Aubervilliers, 30 mars) aura permis aux mélomanes d’apprécier un remix (anglicisme pudique pour « altération d’un morceau de musique original ») du thème musical de l’ « Ode à la joie » de Beethoven ; il s’agissait, paraît-il d’une version « techno » : la barbarie ne connaît pas de limite. 

880x495_cmsv2_a0efa77a-5147-53df-836c-1019b7abedf3-3755820.jpgVoici donc Mme Loiseau en campagne. Sa liste, baptisée « Renaissance », est censée porter les convictions que M. Macron a explicitées dans une tribune publiée en mars dans les vingt-huit langues des pays de l’Union européenne : inévitable affichage de bonnes (et moins bonnes ) intentions. Reprenant à son compte le manichéisme lexical primaire de M. Macron qui oppose « forces populistes » et « offre progressiste », Mme Loiseau a choisi de privilégier l’aspect purement politicien de son entreprise : son objectif est bien d’arriver en tête, devant la liste du R.N. Du coup, et en rappelant ici que « Europe » et « Union européenne » ne signifient pas du tout la même chose, le seul intérêt de cette élection sera le match entre ce qu’il est convenu de nommer souverainistes et européistes ou, si l’on préfère, euro-sceptiques et euro-béats. 

pascal-canfin-nathalie-loiseau-et-stephane-sejourne-lors-de-la-presentation-de-la-liste-lrem-aux-elections-europeennes-mardi-26-mars_6165668.jpgCet aspect politicien est d’ailleurs conforté par le subtil panachage des personnalités de la liste de Mme Loiseau. Quelques non-engagés seulement mais surtout des personnalités venant de façon assez équilibrée de la gauche, de la droite, « des » centres, écologistes compris. Quelques noms connus dans les premières places : M. Canfin, énième écologiste en rupture de ban, Mme Keller qui fut maire UMP de Strasbourg ou encore l’ineffable M. Guetta, icône incontestée de la géopolitique médiatique dont le passé trotskiste (Jeunesse communiste révolutionnaire puis Ligue communiste) n’inquiète personne maintenant que sa dérive semble s’achever au portes du centre droit. 

JeanCchristophe_Rufin.jpgIn fine, on peut penser que la personnalité même de Mme Loiseau constitue son principal handicap. Elle est en effet une trop belle image du fourre-tout idéologique macronien. Le titre de l’article de M. Porter (Causeur, 29 mars) dit tout à ce sujet : « Nathalie Loiseau : pour la libération des femmes, le hijab, la GPA et le pape à la fois - On comprend mieux pourquoi LREM en a fait sa tête de liste européenne ». De son côté, M. Rufin, [Photo] l’académicien-ambassadeur-écrivain, pas le député agité, souligne son côté « hors sol » insupportable aux Français, tellement représentatif de tout ce que l’on reproche à l’Union : de fait, Mme Loiseau a travaillé essentiellement dans les ambassades françaises puis comme directrice de l’ENA, c’est-à-dire comme « mère supérieure des [apprentis] technocrates français » (France Inter, 25 mars). 

Quoi qu’il en soit, cui cui, l’oiseau s’est envolé. On ne peut pas dire encore que c’est cuit, tout au plus que ce ne sera pas du tout cuit.  

Commentaires

  • Au-delà des pitreries médiatiques de l'ancienne directrice par protection de l'ENA, force est de reconnaitre que la composition de la liste LREM est bien le résultat d'un ragout politicien des plus éculés. Le saupoudrage, - "pensée complexe" oblige sans doute,- dans cette liste, de politiciens aux orientations antinomiques, démontre la naïveté transgressive de cette même pensée qui en vient à se caricaturer dans l'expression de son ivresse d'elle-même. En somme, on veut se faire croire intelligent parce qu'on n'a rien à dire, et surtout pas sur l'Europe, qui n'est la même, pour quasiment aucun des membres de cet amalgame issu du "en même temps". Cette comédie à la fois désuète et ridicule prend valeur d'exemple de ce qu'est vraiment la macronie, un théâtre d'amateurs pas vraiment cortiqués, qui se servent du décalage verbal permanent pour se hisser par la trappe du souffleur, sur le devant d'une scène trop grande pour eux. Il est frappant de constater que leur discours ressemble plus à la déclamation de compliments rédigés par la cellule de normalisation du "polit-buro" macronien, et appris par cœur, qu'à des propositions nées de convictions, car pour cela il eut fallu en avoir, et que le "Conducteur" l'autorisa. On a pu déceler dans cette présentation la danse quelque peu frénétique de ces bourdons politiciens autours de concepts qu'il ne comprennent pas, et qu'ils sont conduits, par leur ignorance, à masquer derrière le bruit d'une logorrhée sociétale, émotionnelle, clivante, et discriminante, afin de capter entre deux linaires, des secondes d'attention de leurs cibles CSP. Le mépris dans la démarche est à la hauteur des ambitions, Ils parlent d'Europe, le canon à patates dans la main gauche, et l'épluche légume dans la main droite, avec l'ambition affichée, de faire remonter un soufflé au fromage, qui s'est effondré dans un four éteint. Cette triste aventure qu'ils proposent de prolonger, "toutes choses égales par ailleurs", est celle du sauvetage d'une désillusion à la fois institutionnelle, politique et économique, d'une construction incohérente avec les buts originaux officiellement affichés. L'Europe ressemble aujourd'hui à un navire de haute mer échoué dans un désert de sable, témoin d'une immobilité conceptuelle, voulue par les créateurs, utilisée par les serviteurs, défendue par les profiteurs. Le minimum en période électorale voudrait que l'on entende des propositions de réforme précises, concrètes, utiles, faisables, avec un calendrier de réalisation, sur lesquels les débats pourraient s'articuler et se sédimenter, mais il n'y en aura pas car on ne change pas le texte d'une pièce de théâtre en plein milieu de la représentation. De surcroit les scénaristes l'ont exclu, par ce que cela ne rentrait pas dans le cadre de leurs intérêts. La création de l'Europe était et reste un moyen de contrôle géopolitique de ce qui risquait de devenir un concurrent, afin de le faire rester un consommateur reconnaissant. Les élections dramatisées par les bateleurs ne sont que le miroir en trompe l’œil d'une stase affermie par l'entropie des systèmes de castes. C'était prévu.

  • Voilà un article d'une verve narquoise de grande qualité !

  • Cette liste est une goulash type Budapest. Conduite par une dame,sortie du concours Secrétaire adjoint puis Orient, qui a su habilement surfer sur la vague parité lancée par Chirac et sur son air,depuis caduc, de speakerine. Cette équipe de technos et de carriéristes à tout crin est un précipité de l'esprit Ena Strasbourg. Cette couveuse du formatage et de la langue de bois dont les rejetons persistent malgré des décennies d'échecs à mener la France au déclin et à en faire bientôt un pays sous-développé.Car, il est bien clair que pratiquement aucun secteur de ce pays n'est épargné par la décrépitude. Fort de cette déglingue généralisée les" marchistes" vont rouler des mécaniques à Bruxelles et Strasbourg, jouer les fiers-à-bras, déverser la moraline à gros bouillons avec en tête le juteux chef Loiseau. Et ce pour la plus grande joie des 26 autres Etat-membres qui se contrefichent des galimatias pompeux de Macron et de sa bande de Diafoirus !

  • Phidias puis Wargny sont terriblement drôles et justes, chacun dans son jus et la sûreté de son jugement !

Écrire un commentaire

Optionnel