UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sont-ils tous irresponsables ?

par Louis-Joseph Delanglade 

sinistra-italiana_una-nuova-proposta-il-documento_sfondo-rosso-170204 - Copie.jpg

« Sortir de l’euro serait très risqué ; y rester dans les conditions actuelles l’est sans doute tout autant. » 

Une étude du Centre de Politique Européenne (CEP), un think tank allemand européiste et libéral, vient de confirmer, en le chiffrant, ce que tout le monde sait mais qu’il ne faut pas dire : la monnaie européenne nous a appauvris.

En effet, la disparition du franc aurait coûté, de 1999 à 2017, 56 000 euros à chaque Français. A comparer avec les deux extrêmes : l’Italie (perte de 73 605 euros par habitant pour avoir abandonné la lire) et l’Allemagne (gain de 23 116 euros pour avoir « renoncé » au mark). Les auteurs de l’étude soulignent volontiers la part de responsabilité de la France elle-même, de ses gouvernants donc qui ont privilégié la dévaluation (jusqu’en 1986) puis favorisé une désindustrialisation massive du pays avant et après le passage à l’euro, l’affaiblissant ainsi au point de le rendre incapable de profiter de la force de la nouvelle monnaie unique. 

ECH20548039_1.jpgOn peut en effet se demander pourquoi, devant bien en prévoir les exigences, les gouvernements français, qui se sont succédé sous les présidences de MM. Mitterrand à Chirac dans les années 90, ont fait le choix de l’euro. Que ce soit illusion sur notre capacité de résilience ou idéologie européiste, le résultat est le même. On a voulu penser que l’Allemagne, soucieuse de sa réunification, donnait ainsi des gages en sacrifiant son mark sur l’autel de l’union alors qu’en réalité, vu la solidité structurelle de son tissu industriel, elle ne pouvait que profiter de la nouvelle donne - gagnant ainsi sur les deux tableaux. Aujourd’hui, la France est dans le piège : sortir de l’euro serait très risqué ; y rester dans les conditions actuelles l’est sans doute tout autant. 

mike-poon.jpgCertains penseront que ce sont là les inconséquences fâcheuses d’un temps politique révolu. Qu’on se détrompe. Nous avons un exemple très actuel et très inquiétant pour l’avenir, car cela pourrait aussi nous coûter très cher. En janvier, l’annonce du désengagement de Casil Europe, l’actionnaire chinois (49,99%) de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, lequel actionnaire prétend désormais récupérer 500 millions d’euros (soit un gain d’environ 200 millions par rapport au prix d’achat de 2015), a prouvé que l’opération de privatisation (avalisée en son temps par M. Macron, alors ministre de l’Economie) risque de tourner au fiasco. L’inquiétant est que la leçon n’en soit pas tirée au plus haut niveau de l’Etat puisque M. Macron, nouvelle loi PACTE à l’appui, persiste dans son idéologie libérale de désengagement de l’Etat en privatisant d’autres sites stratégiques comme (et ce n’est qu’un exemple) Aéroports de Paris. L’opération de concession à un groupe privé pour soixante-dix années constituerait non seulement un non-sens économique et financier (pour quelques milliards d’euros, l’entreprise florissante qui rapporte jusqu’à 200 millions par an à l’État profitera à des investisseurs privés qu’il faudra encore dédommager à terme), mais aussi un non-sens sécuritaire (Aéroports de Paris est avec cent millions de passagers par an notre plus importante frontière et on ne peut raisonnablement imaginer que l’opérateur privé, qui ne recherche que le profit, ne privilégiera pas le commercial au détriment de la sécurité). Ce fol entêtement idéologique et libéral se cache derrière une motivation apparente dérisoire (gain immédiat de quelques milliards d’euros pour l’Etat). 

1280px-MarkRuttePHKBX.jpgQu’on le veuille ou non, l’État reste le seul garant possible des intérêts nationaux, comme vient de le rappeler fort à propos le gouvernement du royaume des Pays-Bas qui a fait ce qu’il fallait pour garder la main sur le stratégique aéroport d’Amsterdam-Schipol. (Photo : Mark Rutte, 1er ministre des Pays-Bas)

Désengager l’État de certaines missions régaliennes constitue donc plus qu'une faute politique grave, une sorte de trahison ; tout comme, à l’inverse et en son temps, l’engager dans une voie monétaire douteuse et de toute façon exigeante sans s’en donner les moyens.  

Commentaires

  • Bien nommer les choses !
    la politique ne se juge QUE sur ses résultats
    ILS ne sont pas des irresponsables , ILS sont des TRAITRES !!
    TRAHISON, définition (Le Petit Larousse édition 2001)
    "atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, à son indépendance, à l'intégrité et à la sécurité de son territoire"

  • Les agissements d'un groupe politique qui œuvre sciemment par cupidité à la destruction des moyens de sécurité d'un pays, par leur cession entre des mains étrangères, relèvent clairement de la haute trahison. L'addition sera, n'en doutons pas, présentée par la Nation à ces insensés, trop tard pour éviter des désastres, mais probablement avec une telle violence qu'elle marquera les mémoires... pour quelque temps. Les fous n'ont pour priorités que leurs désirs.

  • Hélas ILS ne seront jamais jugés pour leur TRAHISON !
    Les responsables du désastre de 1940 ont-ils été jugés ??
    Le communisme a-t-il été jugé ?
    et de toute façon , ILS ont pris leur précaution :
    "le crime de haute trahison d'un Président de la république a été supprimé de notre Constitution par Chirac, juste avant l'élection de 2007, au moyen de la loi constitutionnelle n°2007-238 du 23 Février 2007.
    De même, avait été supprimé de la Constitution le complot contre la sûreté de l'Etat par des membres du gouvernement et leurs complices par la loi constitutionnelle n°93-952 du 27 Juillet 1993, sous Mitterrand et le gouvernement Balladur."

  • L''argumentaire de L.J.Delanglade est sûrement excellent et correspond bien au penchant traditionnel des Français pour le "Colbertisme",qui convient bien à notre pays, à sa mentalité ainsi qu'à son expérience.
    Cependant,quelles conclusions incitatives peut-on en retirer dans la situation économique actuelle du globe-dans laquelle nous nous débattons dans un cadre très concurrentiel ?
    En choisissant délibérément la consommation et l'assistanat-par démagogie électorale-nos gouvernements républicains ont effectivement provoqué la très grave et menaçante désindustrialisation de la France,entraînant à son tour un chômage de masse pratiquement irrésorbable dans de telles conditions.....et partant,la crise des Gilets Jaunes-qu'il est illusoire et même prétentieux d' assurer résorber par la magie du verbe-après avoir pressuré les Français présents et à venir, de milliards d'Euros, sans résultats tangibles, hormis la baisse des statistiques officielles du ministre de l'Intérieur !-
    Alors que faire, puisque la crise du régime est déjà là ? Faut-il envoyer les 68 millions de Français,(sans compter les nouveaux immigrants bientôt constitutionnalisés) aux SciencesPo et à l'ENA ?
    Non vraiment ce régime est un non-sens pour la France et le bonheur des Français !

  • Ceux qui dirigent à hauts niveaux sortent de sciences po et de l'ENA, c'est plutôt à travailler dans des petites fermes et comme manœuvres dans les usines qu'il faudrait les mettre et aussi leur donner un SMIC par mois sans autres prestations et avantages pendant 6 mois pour qu'ils comprennent ce qu'est la vraie vie du peuple

  • Macron vend les bijoux de famille, mais finance l'invasion migratoire qui nous coûte plusieurs dizaines de milliards chaque année !
    De l'argent il y en a, mais pas pour les français !

  • Ce n'est que maintenant qu'on découvre que M. Macron est un traitre?
    Conseiller d'un autre président que la planète nous a envié, magouilleur sur SFR, ALsthom et bien d'autre, il a été élu très démocratiquement par les Français pour leur bonheur; Bonimenteur, il adore les débats truqués où il excelle, enfumeur professionnel il fait ce pour quoi il a été poussé à la présidence. Le prochain candidat sera surement un Toubon , un Moscovivi qui comme chacun sait œuvre pour la grandeur de la France sans relâche. Il y en a qui ne sont pas d'accord? c'est des imbéciles alors que nous sommes des visionnaires, des islamophobes , des antisionistes-antisemites , des complotistes guidés par les Russes, des frileux, des casseurs, des vestes brunes, des fachos... (rayer les mentions inutiles, mais laisser au moins 3 qualificatifs et vous pouvez en ajouter) . La prochaine étapes? tous les immigrés illégaux et autres de très fraiche date voteront! et pour qui?? suspens!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel