Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A propos de Notre-Dame des Landes

 

En deux mots.jpg

A propos de Notre-Dame des Landes, nous ne jugerons pas du fond. Ce dernier est d'ordre technique. Qui peut dire, en toute certitude, des deux solutions, laquelle était la meilleure, laquelle correspondait de toute évidence au Bien Commun, ou, plus modestement, à l'intérêt général. Lequel, d'ailleurs ? En un tel domaine, un peu d'humilité ne ferait peut-être de mal ni aux uns, ni aux autres. Il est possible, en effet, comme Ségolène Royal l'a suggéré, en l'espèce avec bon sens, que chacune des deux hypothèses ait comporté un poids presque égal d'avantages et d'inconvénients. Disposons-nous d'assez d'éléments pour en juger ? Ayons l'esprit assez honnête pour reconnaître que non. 

Ce qui nous paraît clair, c'est que l'indécision, l'attentisme, la discussion indéfinie, n'avaient que trop traîné, au-delà même du ridicule et du supportable. 

L'Etat a décidé et nous nous abstiendrons de juger de la valeur de sa décision. Nous dirons simplement qu'il en fallait une, qu'il fallait sortir de l'atermoiement, de l'incapacité cinquantenaire débilitante des pouvoirs publics à agir, trancher, réaliser. 

Les pro-aéroport tentent tout de même de relancer la discussion, comme s'il n'y en avait pas eu à suffisance. La décision que l'État s'est enfin résolu à prendre serait antidémocratique : un « référendum » (local) avait approuvé le projet. Mais chacun sait que ce référendum n'en était pas un ; qu'il a connu une faible participation ; qu'on en avait exclu expressément les Vendéens hostiles à 90%.  En bref, ce référendum était « bidon ». Ce n'est aujourd'hui qu'une argutie pour prolonger le débat.  

Ces combats d'arrière-garde, comme trop souvent en régime démocratique, sont à l'évidence surtout électoralistes, clientélistes.  Sans compter l'ego des potentats locaux, qui, lui, ne faiblit jamais. 

jean-de-la-fontaine_0.jpgLa Fontaine l'avait déjà observé* en un siècle où pourtant l'autorité de l'État n'a pas manqué à la France mais fut sans-doute bien moins puissante ou « absolue » qu'on ne l'a cru plus tard : 

« Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs 

Tout petit prince a des ambassadeurs 

Tout marquis veut avoir des pages. » 

Les choses prennent d'autres proportions, des proportions bien plus inquiétantes, quand les pages sont des aéroports. Des aéroports dont la France dispose déjà en nombre très supérieur à l'Allemagne, qui compte pourtant quelque vingt millions d'habitants de plus que nous. On y est peut-être tout simplement un peu plus raisonnable et, en tout cas, comme on disait jadis dans les familles, plus près de ses deniers... Il faut relire le bon La Fontaine. 

* La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Boeuf, Jean de La Fontaine, Fables (Livre premier, fable III)

Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien suivant ... 

En deux mots, réflexion sur l'actualité

Écrire un commentaire

Optionnel