Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"chez nous", "chez vous" : c'est ainsi qu'ils parlent, ces "français de plastique" qui ne sont pas et ne seront jamais Français...

grain de sel.jpg"Répondant à l'appel de El Agnani (sic !), je vous attaque dans vos terres, afin de marquer vos esprits et de vous terroriser" écrit Inés Madani, dans un message adressé à tous, où elle dit que puisque "vous nous attaquez chez nous" (c'est-à-dire en Syrie, en Irak...), "nous vous attaquons chez vous" (c'est-à-dire en France.

Une telle mentalité, un tel état d'esprit n'étonneront que ceux qui n'ont pas entendu le précédent roi du Maroc, Hassan II, parler de la folie impossible qu'était l'intégration des musulmans en France.

Descendant du Prophète et Commandeur des Croyants ("Amir al Mouminine"), Sa Majesté le roi du Maroc sait sûrement mieux de quoi elle parle qu'un François Hollande ou tant d'autres, qui se déclarent persuadés - à tort, évidemment, amis ils n'ont pas lu le Coran , ce qui explique leur nullité en la matière !...) - que l'Islam est compatible avec la République et/ou la société française.

La vérité est qu'il faut remonter aux scélérats décrets Chirac de 75 sur le regroupement familial. L'erreur initiale vient de là : avoir forcé des centaines de milliers, des millions d'individus à être" français "légalement", par la grâce d'un petit rectangle de plastique appelé CNI. On voit bien, quarante ans après, que le roi du Maroc avait raison : vous réussirez peut-être avec la première génération, mais la deuxième, la troisième vous exploseront à la figure...

Nous y sommes, la greffe ne prend pas, et nous accueillons sur notre sol des milliers, dizaines ou centaines de milliers de terroristes islamistes potentiels. Chacun y va de sa solution : construire dix mille places de prison; enfermer tous les suspects... Mais personne ne va au fond du problème : il faut remonter à la source, reconnaître l'erreur initiale, et rendre leur "liberté" à ces fauves qui vivent au milieu de nous : vous ne voulez pas être français ? Vous avez bien raison ! Nous vous retirons ce cadeau que nous vous avons imprudemment fait - la nationalité française - et vous reprenez la nationalité de vos parents ou grands-parents, et vous quittez le territoire.

Cette Déchéance de nationalité/Expulsion de masse ce sera, de toutes façons, la solution qui s'imposera, parce que, "eux", nous l'imposeront. La seule question est de savoir si on attendra que les cathédrales de Paris et de Strasbourg (un attenta y était prévu lors d'une précédent Noël) ne soient plus qu'un tas de décombres avant de s'y mettre...

Écrire un commentaire

Optionnel