Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festival d'Avignon : Une plainte pour apologie du terrorisme vise une pièce de théâtre sur Merah

© AFP Une plainte pour apologie du terrorisme vise une pièce de théâtre sur Merah

 

La plainte a été déposée par les avocats de proches des victimes de Merah. La représentation de la pièce avait été organisée dans le cadre de la programmation off du festival d'Avignon. C'est Europe1 qui a diffusé - hier - l'information et publié le commentaire qui suit. L'affaire donne une idée de l'esprit qui règne en Avignon lors du Festival. Nous redisons ce que nous avons déjà écrit à propos de pareilles incongruités : Si Emmanuel Macron nourrit vraiment  le dessein de redresser la France, sur tous les plans, et pas seulement en matière économique, le plan culturel, comme le plan moral et mental, le plan sociétal, comme éducatif, le plan militaire, comme géopolitique, peut-il tolérer la perpétuation de telles insanités ?  LFAR

 

BBpO6Gb.pngUne plainte pour apologie du terrorisme a été déposée contre l'auteur, Mohamed Kacimi, et le metteur en scène, Yohan Manca, d'une pièce de théâtre sur les dernières heures du djihadiste toulousain Mohamed Merah, jouée lors du Festival off d'Avignon, a-t-on appris de source judiciaire. Déposée dans un premier temps au TGI de Paris par les avocats de proches des victimes de Merah, la plainte a ensuite été transmise au parquet d'Avignon, a précisé le procureur de la République d'Avignon Philippe Guémas.

De vives protestations. La représentation de la pièce dans le cadre de la programmation off du festival d'Avignon avait suscité de vives protestations. Mardi, des avocats de proches de victimes de Mohamed Merah avaient demandé au metteur en scène et à l'auteur du texte l'annulation de la dernière représentation, qui s'était finalement déroulée sans incident.

Écrite à partir d'un verbatim. La pièce intitulée « Moi, la mort je l'aime comme vous aimez la vie », écrite par l'auteur algérien Mohamed Kacimi, retrace les dernières heures de Mohamed Merah, et a été écrite à partir du verbatim des derniers échanges entre les policiers et le tueur retranché dans son appartement, avant qu'il ne soit abattu par le Raid. « Mohamed Merah avant d'être un monstre était un être humain, un jeune homme de 20 ans qui regardait les Simpsons et mangeait des pizzas », expliquait le metteur en scène Yohan Manca sur le site du théâtre de la Manufacture à Avignon, au sujet de cette pièce qui avait déjà été jouée au théâtre de la Loge à Paris du 11 au 13 novembre 2015.

Les 11 et 15 mars 2012, Mohamed Merah, 23 ans, a tué trois militaires par balle dans la rue, à Toulouse et Montauban, puis, le 19 mars, trois enfants et un enseignant dans un établissement scolaire juif de Toulouse, avant d'être tué le 22 mars par le Raid qui assiégeait son appartement depuis la veille.

Commentaires

  • ..possible que le mec aimait les pizzas et que gamin il jouait à la marelle..., mais ces crimes restent incompatibles avec toutes formes de vie en société....- le GIGN a "répondu" à cette incompatibilité...! Faire de cet assassin un "personnage" dont on "comprendrait" l'humanité est incongru...et pernicieux! ( sans parler de la provoc que ça soulève...! )!...peut-être que d'ici une cinquantaine d'années..., il aura droit, sans soulever trop de haines...., à un passage télé..., à titre de "criminel" de l'histoire...!...

Écrire un commentaire

Optionnel