Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Messieurs les policiers (et soldats), tirez les premiers !

 

Mur-bleu gds.jpgCe Grain de sel a été rédigé avant l'attaque de mardi contre un policier à Notre-Dame de Paris. Rien à changer : en ces temps d'une guerre imposée, tuer les premiers des assassins qui s'apprêtent à commettre un ou plusieurs crimes, voire un crime de masse, c'est sauver une, dix, cent vies d'innocents. C'est triste, mais c'est la guerre, qu'on nous impose : oui, sans joie, sans haine, tuer les premiers, pour ne pas être tués. 

Et, c'est dur à dire, mais tirez pour tuer. Sans haine, sans joie, mais, oui, pour tuer, car nous sommes en guerre et, en temps de guerre, le plus rapide des moyens que l'on ait trouvé jusqu'à présent pour faire finir la guerre, c'est de mettre hors de combat l'armée ennemie...

Les lâches assassins de l'ombre de Daech ont donc encore frappé, la semaine dernière. Ils ont encore tué un policier, en ont blessé deux, grièvement. Et nous, là, au milieu de ces horreurs, que sommes-nous ? Soixante-six millions d'otages permanents ! 

Car, enfin, que faisait chez nous, au milieu de nous, cette bombe humaine latente, cet assassin potentiel, lui qui, multirécidiviste, avait déjà fait treize ans de prison, avait déjà tiré sur des policiers en garde à vue (s'étant emparé de l'arme de l'un d'eux) ?

Bien entendu, notre semble-président a déclaré qu'il décorerait à titre posthume le policier mort en service, pour accomplir sa mission : défendre la population contre ces ennemis invisibles jusqu'à leur « passage à l’acte », qui se sont fondus au milieu de nous, sont parmi nous, partout, toujours.

L'assassin des Champs, vous l'avez tué : c'est très bien ainsi. Il n'encombrera pas nos prisons, ne trouvera pas un avocat pour défendre ses actes indéfendables. Resté en vie, la seule justice devant laquelle il aurait dû comparaître aurait été une Cour martiale, qui, en général, en temps de guerre, rend le même verdict pour tous les actes de trahison : fusillé. 

Qu'attend-on pour établir une Cour martiale, puisque nous sommes en guerre ?

On ne cesse de mentir en nous répétant à l'envi que tous ces assassins de Daech sont « français », ce qu'ils ne sont pas (ils ne le sont que « de plastique », nous l'avons assez souvent dit et redit) : mais, justement, quand bien même, par la grâce d'un Système fou, ils seraient devenus français, puisque possesseurs d'un petit rectangle de plastique, ils sont donc des traîtres à leur patrie, puisqu'ils ont tourné leur arme contre elle. Ils relèvent donc bien - même et surtout si l'on admet qu'ils sont Français - ce que nous n'admettons pas - d'une Cour martiale, d'un jugement et de l'exécution immédiate de celui-ci.

Comme cet assassin de Salah Abdeslam qui encombre inutilement nos prisons, insulte vivante aux morts qu'il a faits : qu'attend-on pour le juger, le fusiller ? Voilà un signal fort qui serait envoyé à l'armée ennemie, qui, de toute façon, ne comprend pas d'autre langage que celui de la fermeté, de la force.

De même, qu'attend-on pour déchoir de leur fraîche nationalité toute personne liée de près ou de loin au djihadisme, au terrorisme ? Et pour les renvoyer d'où ils viennent ? Et qu'on ne nous dise pas que cela est impossible : sans preuve contre Assad, sans enquête sérieuse, sans mandat de quiconque et alors que « l'affaire » ne concernait pas directement les Etats-Unis, Trump a bien envoyé 59 missiles Tomahawk sur un aérodrome syrien (pour un piètre résultat, d'ailleurs, ce qui est assez cher payé, mais c'est un autre sujet) ; et, nous, nous ne pourrions pas nous « permettre »  de renvoyer dans leur pays d'origine des assassins qui sont susceptibles de nous tuer à tout moment, en pleine rue ou n'importe où ?

Qu'on en finisse avec ce genre de niaiserie, d'insanité ! 

Trump s'est permis de violer toutes les lois internationales en s'immisçant dans une affaire qui ne le regardait pas directement en se justifiant par le fameux Quia nominor leo. Je suis le plus fort, donc je fais ce que je veux, quand je veux, où je veux, parce que je m'appelle lion.

Qu'on ne se méprenne pas sur notre position. Nous savons très bien qu'il y aura toujours du terrorisme sur terre, et donc en France. Nous ne pensons pas un instant qu'un jour, avec une royauté réinstaurée, il n'y aura plus ni meurtres, ni vols, ni viols, ni terrorisme etc.: le Mal - comme le Bien, du reste... - est sur terre pour jusqu'à la fin des temps.

Nous disons seulement qu'il faut ramener ce taux d'horreur incompressible à son seuil le plus bas possible ; et, pour cela, nous devons pouvoir dé-poubelliser la France, la vider de toutes ces personnes qui la haïssent, lui veulent du mal, nous veulent du mal ; cette dépoubellisation, il n'y a qu'une façon de la mener : déchoir massivement de la nationalité, et expulser immédiatement et tout aussi massivement ce vivier de terroristes que l'on a follement laissés entrer.

Mais pour cela, il faut le vouloir...

Nous, nous le voulons ! 

Commentaires

  • Pour "dé-poubelliser" la France il faudrait une volonté politique. Mais le système né de la révolution anti-française de 1789 n'y a pas intérêt car il s'agit pour lui de continuer la révolution. Les fous utiles d'Allah peuvent donc continuer à tuer des Français puisque la république maçonnique le veut. Commençons donc par "dé-poubelliser" la France de ces ordures, traîtres envers la France, fils spirituels des Robespierre and Co, au pouvoir de père en fils spirituel depuis 1877 !

  • Mao nous ayant enseigné qu'une image vaut 1000 mots, en voici deux à mettre côté à côte pour illustrer votre plaidoyer, lois de communication sur Internet obligent

    http://www.fdesouche.com/860829-attentat-de-manchester-premier-enterrement-dune-victime-eilidh-macleod-lile-de-barra-en-ecosse

    http://ripostelaique.com/la-solution-europeenne-envoyer-les-musulmans-malades-se-soigner-en-arabie-saoudite.html

Écrire un commentaire

Optionnel