Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Loisirs • Culture • Traditions ...

    LFAR WE 23.01.2015.jpg

  • LIVRES - HISTOIRE • Louis Manaranche : si elle ne connaît pas son histoire, la France est condamnée

    PHO83419920-a79e-11e4-907c-63c3b8306e5f-805x453.jpg

    Crédits photo: Martine ARCHAMBAULT/Le Figaro

    ENTRETIEN - À l'occasion de la sortie de son livre « Retrouver l'histoire », Louis Manaranche a souligné pour FIGAROVOX l'importance de la transmission de notre héritage pour faire face à la crise.

    Louis Manaranche est agrégé d'histoire et président du laboratoire d'idées Fonder demain. Son livre « Retrouver l'histoire » vient de paraître aux éditions du Cerf.

    Dans de nombreuses écoles, la minute de silence en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, n'a pas été respectée. Ces incidents ont mis en lumière une profonde crise de l'intégration. Celle-ci est-elle également selon vous une crise de l'histoire et de son enseignement ?

    Certainement. Il y a, depuis désormais plusieurs décennies, un profond malaise dans la transmission de ce qui constitue le socle de notre culture commune. Face à des élèves d'origines diverses et issus d' univers à l'identité culturelle et religieuse forte, nous peinons à dire qui nous sommes et ce qui nous a faits ainsi.

    Si l'histoire de ce pays et de cette civilisation n'est pas enseignée, nous ouvrons la voie non pas à un choc culturel mais à celui de l'inculture, pour reprendre l'expression de François-Xavier Bellamy, vectrice d'une identité refuge caricaturale. Dans cette configuration, la réaction immédiate est celle de la provocation, du défi à l'égard de la France et de ce qu'elle porte.

    Quelles sont les causes profondes de cette crise ?

    Elles sont multiples. D'un côté, on ne veut pas trop imposer l'histoire de France -et plus largement celle de la civilisation européenne- de crainte que ceux dont les histoires familiales sont autres ne s'en trouvent discriminés. Ainsi, les programmes incluent de plus en plus des excursions vers des univers lointains. Cela part d'un souci louable. Toutefois, en diluant ainsi l'enseignement d'une histoire commune, nous diluons aussi les motifs d'appartenance à une même nation, à une même culture. De l'autre, nous sommes volontiers honteux de notre histoire, qui contient évidemment des heures peu glorieuses. Il ne s'agit ni de les éluder, ni de les déplorer constamment, mais de donner la compréhension de l'histoire comme un tout, qui s'impose à nous. Les zones d'ombre d'une histoire familiale n'empêchent pas une identité assumée: il doit en aller de même pour l'histoire d'un pays.

    Quel regard portez-vous sur les lois mémorielles? Confond-on mémoire et histoire ?

    L'historien doit être le plus libre possible des contraintes extérieures pour mener sa recherche. C'est un principe fondamental. Il est toutefois inévitable qu'un discours mensonger, incitant à la haine raciale ou religieuse, justifiant ou atténuant tel ou tel crime contre l'humanité, ne puisse être produit sans conséquences légales. L'historien ne peut pas déroger à cette règle qui accompagne tout bon usage de la liberté d'expression. Une communauté, et a fortiori une nation, est légitime pour faire mémoire d'événements, de lieux et de périodes marquants. L'histoire peut irriguer cette mémoire, l'enrichir et la corriger. Elle ne peut, en revanche, en être la simple auxiliaire.

    Dans votre livre vous renvoyez dos à dos l'école de la IIIe République et l'école des «pédagogistes» née de l'après 68. Mais l'histoire républicaine, si elle contenait une part de mythe, n'avait-elle pas au moins le mérite de transmettre un héritage et de créer un sentiment d'appartenance au même titre que l'anthropologie chrétienne ?

    Ces deux écoles ne sont pas comparables. Malgré ces limites, la première n'a jamais perdu de vue l'objectif de la transmission! Simplement, là où l'histoire s'enseignait volontiers comme un roman national, on ne peut plus aujourd'hui s'adresser aux élèves de la même manière. La pluralité des sources d'information et des univers familiaux amène à enseigner une histoire qui n'élude pas les périodes compliquées. Elle doit évidemment garder une dimension chronologique et narrative, mais elle ne peut plus être lue comme fléchée d'avance. Le sentiment d'appartenance est d'autant plus fort qu'il s'appuie sur l'héritage entier, tel qu'il est, sans l'embellir ni le salir.

    «On fait l'histoire avec une ambition, pas avec des vérités. Je veux donner aux Français des rêves qui les élèvent, plutôt que des vérités qui les abaissent» disait le général de Gaulle. Sans tomber dans l'«histoire officielle», une nation n'a-t-elle pas besoin de mythes pour se construire ?

    Les mythes sont certainement, par leur valeur évocatrice et même poétique, d'une importance au moins égale à l'histoire académique. Mais ils doivent être entretenus précisément par l'univers du beau plus que par l'enseignement de l'histoire. Celle-ci donne la matière, mais c'est le génie des peuples, de ses artistes, de ses poètes, de ses musiciens, de ses architectes, qui en fait naître un mythe. L'école doit aussi transmettre ce riche héritage! L'histoire de la Résistance serait bien aride sans le chant des Partisans, sans le discours de Malraux au Panthéon, sans la puissance évocatrice des images du maquis du Vercors...

    Les attentats contre Charlie Hebdo ont ré-ouvert le débat sur la laïcité à l'école. Quel regard portez-vous sur celle-ci ?

    Elle est un facteur de paix et d'unité dans l'école de la République dans la mesure où elle ne nie pas le fait religieux. On a souvent cru, à tort, que la laïcité exigeait que l'on soit discret dans la transmission de notre patrimoine d'origine chrétienne. Vouloir transmettre des valeurs sans, avant tout et en premier lieu, faire comprendre le terreau historique, culturel et spirituel sur lequel elles ont émergé, en respectant évidemment la liberté de conscience, n'est pas digne de la mission de l'école. En outre, cette compréhension du fait religieux ne doit pas être reléguée au rang des souvenirs du passé. Il faudrait trouver une manière non-confessionnelle et respectueuse de tous de dire l'importance de la quête spirituelle et les réponses qu'y apportent les grandes religions présentes en France. Voir la laïcité comme l'expulsion du religieux hors de toute sphère publique est une caricature sans doute plus dangereuse que jamais.

    En quoi l'Europe et la mondialisation modifient-elles notre manière d'appréhender l'histoire ?

    On touche là le coeur de la démarche du livre. Il n'y est pas seulement question de la transmission académique de l'histoire mais aussi du rôle que celle-ci peut jouer face aux défis contemporains. En ce sens, ce livre a une dimension politique. L'Europe et la mondialisation nous posent la question d'une possible Cité sans frontières ni racines. Nous Français sommes particulièrement armés pour savoir que c'est une chimère, que l'universel ne va pas sans le très incarné, le local. Notre histoire offre des pistes pour penser ces articulations de manière décomplexée. Appartenant pleinement à tout Français, elle ne peut être excluante de quiconque et elle offre de nombreux critères de discernement. Sans réappropriation de notre héritage commun, avec ses perles méconnues, nous ne pourrons être capables de trouver notre place dans le cours de l'histoire. Retrouver l'histoire essaie de décliner et de développer cette idée ! 

    FIGARO VOX  - Entretien réalisé par Alexandre Devecchio

  • A SUIVRE - BON A SAVOIR • Chambord : 2015, l'année François Ier

    PHOb0691d7a-8204-11e4-a0a1-47eb19e23767-805x453.jpg

    Tourné en grande partie à Chambord en 1970 , Peau d'âne, film de Jacques Demy. Crédits photo : Rue des Archives/Cine-Tamaris

    Le château célèbre cette année le 500e anniversaire du sacre du Roi Chevalier, qui fit édifier le monument au XVIe siècle. La restauration de la chambre du souverain est aussi à l'étude.  

    En 2015, Chambord va se mettre à l'heure de Peau d'âne. Le film de Jacques Demy, qui fut en grande partie tourné à Chambord en 1970, et vient d'être restauré, a été projeté sur écran géant dans le château, les trois derniers dimanches de décembre.

    Passé cet épisode très seventies, Chambord attaquera une période faste. Le projet d'établissement, fraîchement adopté et joliment dénommé « Chambord ou la Cité idéale », prévoit que le domaine soit totalement autofinancé d'ici à 2020 (contre 86 % aujourd'hui). Et se fixe pour objectif un million de visiteurs par an dans le château, contre 770.000 visiteurs aujourd'hui, et 1,5 million dans le domaine.

    Pour ce faire, événements, festivals et restaurations sont au programme. 2015 est l'année du 500e anniversaire du sacre de François Ier. Bien que le roi séjournât très peu à Chambord, il en est tout de même à l'origine et demeure la figure célèbre du lieu. Pendant quatre ans, les équipes de conservateurs vont s'attacher à reconstituer le décor de la chambre de François Ier. Dans l'immédiat, le projet se fera de manière virtuelle. Mais à terme, la pièce sera remeublée, en partenariat avec le Musée national de la Renaissance au château d'Écouen. Cela n'a l'air de rien, mais le mobilier Renaissance ou lié au roi tout simplement est extrêmement rare.

    Chambord possède 440 pièces et l'impression de vide s'impose régulièrement pendant la visite. Dans le souci de remeubler petit à petit les pièces ou de leur donner de la vie, les cuisines XVIIIe siècle, au rez-de-chaussée seront restituées, ainsi que l'arrière-cuisine, le fruitier, l'office et le four à pain… Et des salles consacrées au comte de Chambord et à la naissance de la IIIe République vont ouvrir.

    Par ailleurs, le château s'est désormais équipé d'Histopad, des tablettes en douze langues faisant appel à la réalité augmentée: les moindres recoins de salle ou fonds de tiroir sont ainsi exploités et mis en valeur.

    En 2016, outre la construction d'une nouvelle halle d'accueil à l'entrée de la place Saint-Louis ou l'illumination des façades, le grand projet sera la restitution des jardins à la française, sur le parterre nord, et à partir de plans datant de l'époque de Louis XIV.  •  

    Dates et événements : Cliquez sur Lisez la suite.

    Lire la suite

  • LIVRES • Le nouveau livre de Bernard LUGAN : Afrique, la guerre en cartes

    afrique_la_guerre_en_cartes-ac422.jpg

    Présentation : Cet ouvrage de 278 pages tout en quadrichromie est composé d’une centaine de cartes accompagnées de leurs notices-commentaires. 

    Il s’agit d’un exceptionnel outil de documentation et de référence construit à partir des cours que Bernard Lugan dispense à l’Ecole de Guerre et aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Il est composé de deux parties. Dans la première sont étudiés les conflits et les crises actuels ; la seconde traite de ceux de demain. Sa vocation est d’être directement utilisable par tous ceux, civils et militaires qui sont concernés par l’Afrique.

    IMPORTANT : Cet ouvrage est exclusivement disponible auprès de l’Afrique Réelle.

    Prix :
    - 45€ (livraison colissimo et TVA compris)
    - 47€ pour livraison Suisse/UE
    - 50€ pour livraison monde
    - Pour toute commande à partir de 5 exemplaires, 37€ par exemplaire.

    Trouver la table des matières ou commander :

    blog.JPG

     

  • Au Maroc, la presse n'est pas tendre pour François Hollande ...

    hollande-hitler.pngFrançois Hollande en première page du journal marocain “Al Watan Al an,” grimé en Hitler ... Le patron de cette publication risque toutefois une peine d’emprisonnement car la loi marocaine punit “l’offense commise publiquement envers la personne des chefs d’État étrangers”.

     

  • Entretien Michel Houellebecq - Ruth Elkrief : Découvrez les passages qui intéressent les royalistes que nous sommes ...

     

     

    Michel Houellebecq a dit en effet des choses importantes dans son entretien avec Ruth Elkrief, mercredi soir, sur BFM TV.

    C'est ce que nous avons écrit hier et c'est pourquoi nous vous proposons d'écouter aujourd'hui les enregistrements vidéo (1 et 2) de cet entretien où plusieurs passages doivent intéresser les royalistes que nous sommes. Il nous semble superfétatoire de les signaler ou de les citer. Chacun saura les découvrir, les discerner.

    L'on pourra contester l'importance des dits propos, nous représenter - ce que nous savons déjà ! - que Houellebecq n'est pas royaliste, qu'il se dit de gauche, que son engouement pour Podemos est farfelu; on critiquera son amitié pour Bernard Maris, son élocution, son allure, sa vie personnelle, etc. Il n'empêche : un certain nombre de ses propos - qui semblent importants pour lui car il les répète et les redit sur toutes les chaînes - sont authentiquement, si l'on nous passe ces mots, réactionnaires ou contre-révolutionnaires. 

    michel-houellebecq-l-invite-de-ruth-elkrief-17-04-x240-NNQ (1).jpg

    Qu'un mouvement de réaction se dessine depuis quelques temps dans notre pays, qu'il y ait, comme le prétend Philippe de Villiers, « des signes d'un sursaut , des gens qui bougent ; des voix qui s’élèvent et qui parlent de plus en plus fort », nous paraît une évidence. Et Michel Houellebecq, dans son style, à sa manière, dans la tonalité particulière qui est la sienne, avec ses incohérences, est sans doute de ceux-là. Il ajoute sa voix à la leur et ce n'est certainement pas sans importance. Ce ne devrait pas être indifférent en particulier aux maurrassiens, lecteurs de l'Avenir de l'intelligence.  

    L'on pourra se reporter aussi à l'excellent article de Léo Pougnet que nous avons publié vendredi dernier, 23 janvier.   Lafautearousseau

     

  • Musset interpelle Voltaire démentant ce siècle-ci qui s'en réclame sans en savoir grand chose ...

     vers43_landelle_001f.jpg

     

    Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire.
    Voltige-t-il encor sur tes os décharnés ?
    Ton siècle était, dit-on, trop jeune pour te lire
    Le nôtre doit te plaire, et tes hommes sont nés...

    Voilà pourtant ton œuvre, Arouet, voilà l'homme
    Tel que tu l'as voulu...

    Et que nous reste-t-il, à nous, les déicides ?
    Pour qui travailliez-vous, démolisseurs stupides,
    Lorsque vous disséquiez le Christ sur son autel ?

    ...Vous vouliez pétrir l'homme à votre fantaisie ;
    Vous vouliez faire un monde. Eh bien, vous l'avez fait. 

     

    Alfred de Musset 

    Rolla

    Poésies nouvelles (1836-1852), Charpentier, 1857. 

    (Opportunément cité, sur son blog, par Patrice de Plunkett

     

  • La Grèce... ne nous fait pas peur ! Par Jean-Philippe CHAUVIN

    arton8470-7b8cd.jpgLa Grèce fait peur, une fois de plus : non pas que les Hellènes nous menacent d'une invasion mais plutôt d'une implosion du système de l'union monétaire européenne, à en croire les élites libérales et la Commission européenne elle-même qui oscille entre ton d'une rare fermeté et une certaine prudence, comme pour ne pas insulter l'avenir mais en se préparant à une confrontation musclée avec le gouvernement de la Gauche radicale issu des urnes grecques. 

    Bien sûr, et c'est le discours officiel que l'on entend partout dans les sphères bruxelloises, les Grecs ont exagéré, par le passé : ils ont cru que la société de consommation que venait leur « offrir » la Communauté économique européenne (devenue Union européenne au début des années 1990) était un cadeau que l'on n'oserait pas leur reprendre puisque « l'Europe », c'était la paix, la prospérité et, surtout, la solidarité, et qu'ils en profiteraient toujours...

     

    PHOe8ba4cfc-a582-11e4-8e5e-1683cc9e89f2-805x453.jpg

     

    Cadeau empoisonné car la société de consommation et de croissance ne fait jamais rien gratuitement et ce qu'elle « offre » un jour devient la dette du lendemain. Les Grecs, tout heureux d'être acceptés dans cette Europe à laquelle ils avaient donné son nom à travers un mythe ancien, ont joué les cigales et, croyant les européistes qui annonçaient à longueur de colonnes la fin des États remplacés par une Europe fédérale bruxelloise, n'ont rien fait pour construire un État, des institutions et un appareil politiques dignes de son histoire et de son destin. Mais, quand manque l’État, le chaos n'est pas loin, conjugué à l'injustice et à la corruption : c'est d'ailleurs une leçon que la Grèce, depuis l'Antiquité, nous donne à travers sa propre histoire.  

    La Grèce a connu une véritable descente aux enfers durant ces dernières années : bien sûr, elle avait fauté mais le châtiment n'était-il pas, en fait, injuste car frappant tous les Grecs et non, d'abord, les responsables politiques et économiques du pays qui l'avaient, par démagogie et carriérisme, mené à la catastrophe ? Certains me rétorqueront que les électeurs étaient tout aussi coupables que ceux qu'ils avaient élus, justement parce que, par le simple jeu démocratique et électoral, ils les avaient portés au pouvoir... Certes ! Mais, dans ce cas, que la démocratie est brutale ! Or, la politique n'a pas pour seul but de sanctionner mais de décider, de guider, mais aussi d'accorder les citoyens entre eux, de leur apporter les « hautes conditions du bonheur », non le Bonheur totalitaire d'un Saint-Just, mais celui qui permet l'harmonie du corps social et des citoyens avec le monde environnant, ce bonheur qui se conjugue au pluriel...  

    Peut-on oublier, aussi, que les institutions de l'Union européenne elle-même sont fautives puisqu'elles savaient qu'il y avait, au moment de l'entrée dans la zone euro, tricherie de la part du gouvernement grec d'alors, une tricherie facilitée par les banques dont la fameuse Goldman Sachs ? Mais il fallait alors que l'euro fasse rêver, car cette monnaie unique avait été présentée aux peuples comme cette solution-miracle qui allait, c'était certain, écarter tout risque de crise et assurer le plein-emploi et la prospérité au continent tout entier : on sait désormais que, s'il y avait tricherie, c'est d'abord et surtout de la part d'une Union européenne qui a menti pour faire avancer ses projets sans possibilité future de recours pour les États qui s'étaient engagés dans ce que l'on peut nommer l'aventure, sans que celle-ci soit vraiment assurée d'être heureuse... L'Europe a construit, par idéologie, son malheur et celui de ses peuples : que le peuple grec, abusé à la fois par sa classe politicienne indigne et par une Union européenne arrogante, décide désormais de « changer la donne » en rejetant bruyamment ses anciens partis dominants et en brandissant le poing devant le nez de « l'Europe », n'a rien, en définitive, de surprenant. Je ne suis pas certain que l'on puisse, malgré les errements anciens, l'en blâmer... Mais il est fort possible qu'il donne des idées à d'autres peuples d'Europe, ceux-là qui, d'ordinaire, désertent les urnes européennes pour mieux maugréer en vain contre un système qui leur échappe ou qui, déjà, s'en servent comme pavés pour se rappeler au bon souvenir des classes dirigeantes, nationales comme bruxelloises. En ce sens, la Grèce fait peur aux oligarchies qui, trop longtemps, ont cru qu'elles pourraient éternellement imposer leurs vues aux électeurs, au nom et par le moyen d'une démocratie représentative qui n'est pas celle que les Athéniens de Clisthène et de Périclès pratiquaient... Quand le royaliste Bernanos dénonçait la démocratie libérale comme le moyen politique du capitalisme de manœuvrer et dominer les foules, il visait juste ! Que, brusquement, ce système électoral se retourne contre ceux qui en vivaient et s'en servaient cyniquement pour légaliser leur domination, et voila que les masques tombent et que l'Union européenne s'inquiète ! Quoi ? Un peuple en dissidence ? Si ce n'est pas encore une révolution, c'est, assurément, une révolte... Où mènera-t-elle ? Nous verrons bien, et nous nous gardons, prudemment, d'en faire un modèle : regardons-la comme une expérience intéressante et, à coup sûr, instructive quelle que soit sa destinée. Mais, à défaut d'être nôtre, elle nous est un rappel que, en politique, rien, jamais, n'est impossible : une leçon que, en bons empiristes organisateurs, les royalistes ont retenu et ont bien l'intention, à leur tour et pour notre pays, de mettre en pratique...   

    Le blog de Jean-Philippe CHAVIN

  • Michel Houellebecq à Ruth Elkrief : "On ne peut pas être optimiste à l'heure actuelle"

    michel-houellebecq-l-invite-de-ruth-elkrief-17-04-x240-NNQ (1).jpg

    Michel Houellebecq a dit des choses importantes à Ruth Elkrief, hier soir, sur BFM TV.

    Nous y reviendrons demain, vendredi et mettrons en ligne la vidéo de cet entretien Ruth Elkrief / Michel Houellebecq, dont, plusieurs passages doivent intéresser les royalistes que nous sommes.

    L'on pourra se reporter, d'ores et déjà, à l'excellent article de Léo Pougnet que nous avons publié vendredi dernier, 23 janvier.  • Lafautearousseau

     

  • Actualités du blog • Grands auteurs ou acteurs de l'Histoire : une bibliothèque qui s'enrichit et qui est à la disposition de tous ...

    Trombinoscope grands auteurs.jpg

    Les auteurs présents dans notre bibliothèque 

    Sauf exception, chaque vendredi, nous vous livrons une réflexion, une pensée brève, parfois une analyse plus étoffée, et certaines jours des vers, de l'un de nos grands auteurs français et européens, ou encore de quelques-uns des acteurs qui font ou ont fait l'Histoire, et qui, souvent, furent aussi des écrivains, des scientifiques, ou des artistes.   

    Notre galaxie personnelle et collective ne se limite pas, bien-sûr, aux quelques noms, aux quelques maîtres, pour ainsi dire, directs, à qui l'on voudrait nous limiter, ou auxquels, nous-mêmes, par facilité, pourrions être tentés de nous limiter. Ce genre de - d'ailleurs fausse - fidélité n'est pas fécond. Nos vraies références sont riches et multiples, dans l'espace et dans le temps. Il nous importe de nous y référer. Et lorsque on s'y attache, l'idée, la crainte, l'impression de notre isolement se dissipent, se relativisent et se métamorphosent en une forte impression de solidarité, de filiation heureuse avec tout un univers constitué de quelques-uns des esprits les plus marquants de notre culture, française et européenne.   

    Tel est l'esprit et l'objet de cette bibliothèque de textes et d'auteurs que nous constituons peu à peu, chaque vendredi. • 

    Déjà présents :

    •  Edgar Poe   •  le Dalaï Lama  •  Goethe   

    •  Tocqueville   •  Baudelaire  •  Anouilh

    •  Vaclav Havel   •  Claude Lévy-Strauss

    •  Charles Péguy   •  Dostoïevski  •  Racine     

    •  Malraux   •  Unamuno   Frédéric II

    •  La Satire Ménippée   •  George Steiner  

    •  Shakespeare  •  Balzac •  Auguste Comte 

    •  Jacques Perret   •  Paul Verlaine •  Louis XIV   

    •  Georges Bernanos   •  Anatole France  

     •  Pierre Manent •  Charles Maurras

    •  Alexandre Soljenitsyne •  Winston Churchill

    •  Le Pape François  •  Alfred de Musset 

    Une majorité de Français et de grands esprits européens (anglais, allemand, espagnol, tchèque et russe). Plus le Dalaï Lama ...

    Bien d'autres auteurs éclectiques et profonds sont à venir. « Du bonheur d'être réac ? » C'est, à des titres divers, ce qui les rassemble. Lecteurs, étudiants, universitaires, n'hésitez pas à consulter cette bibliothèque. Elle est faite pour vous; elle est à votre disposition !

    Icône en page d'accueil, colonne de gauche, partie haute.  

  • LE MOT DU PRÉSIDENT DE LA RESTAURATION NATIONALE : Un nouveau départ

    2920517656.jpgLe compte à rebours à commencé. Celui des "présidentielles" bien-sûr. Dans tous les camps, c’est presque devenu un boulot à plein temps. Sarkozy rebondit. "Ressuscite", disent même certains sans peur du ridicule. Juppé, le vieux qui veut jouer au jeune, déclare ne pas sentir la naphtaline et le prouve en se disant favorable à tout ce qu’il y a de plus avancé en matière sociétale. Comme Giscard le disait naguère de son libéralisme… Comme Raymond Barre, « le meilleur économiste de France », tentait en 1981 de refaire surface après une longue plongée, Juppé, « le meilleur d’entre nous », montre qu’il n’a rien perdu de sa superbe… mais beaucoup de ses certitudes. « Les partis politiques ne meurent jamais du trop plein de débats, du trop plein d’idées, du trop plein de personnalités fortes », minimise Sarkozy. Il verra bien ! Les Dati, Guaino, Wauquiez, Peltier rentreront sans doute dans le rang et continueront à faire matelas commun à l’UMP, mais rêveront à part d’une « droite des valeurs ». Que fera Mariton ? Ou Jean-Frédéric Poisson, du Parti Chrétien Démocrate, lequel doit penser tous les matins en se rasant qu’il pourrait bien participer à la primaire à droite ? Alors que la maison brûle, que s’accentue la déconstruction de nos forces vives et que se multiplient les plus folles dispositions gouvernementales, voilà à quel jeu, imposé par le système, joue la nouvelle opposition, à vrai dire pas si nouvelle, ni novatrice. On se borne à tabler sur le bilan désastreux de la gauche au pouvoir et à chercher qui sera la vedette principale. Mais pour faire quoi après ? A gauche on mise sur la déstabilisation de la droite, en faisant raisonner le bruit de toutes les casseroles possibles, réelles ou imaginaires. On - c’est-à dire Valls - songe aussi à la rénovation, exercice imposé par le délabrement de la popularité du président et du PS. Rude tâche à vrai dire que de dissiper une mélancolie de plus en plus chiffonnée par les ans. Des deux côtés de notre système hémiplégique on s’émeut de voir Marine Le Pen promise au second tour de la présidentielle. Cela pourrait bien être pourtant la planche de salut : celui qui arrivera au second tour face au FN n’aurait plus qu’à souffler dans la trompe du sursaut républicain pour emporter la mise. Ces grandes manoeuvres et petits calculs, ces ambitions personnelles et ce mépris du peuple réel ne sont pas une plongée dans les eaux profondes du dévoiement politicien. Ils ne sont qu’une nouvelle oscillation de cet éternel mouvement de fébrilité consubstantiel à nos institutions électives. Ils sont moins d’ordre anecdotique et conjoncturel que le corollaire de nos pratiques constitutionnelles. Le mal est donc plus profond que celui qu’on pourrait attribuer à la seule perversité de quelques hommes ou femmes.  

    RN89.jpg

    C’est pourquoi une réflexion profonde est nécessaire sur la question de l’État. C’est l’honneur de l’Action française d’y avoir incité tous ceux que préoccupe l’avenir de la France. Cette tâche est toujours la nôtre. Le colloque Vauban qui s’est tenu le 6 décembre à Paris doit être regardé comme un nouveau départ, presque comme un acte fondateur. De l’écho que nous donnerons à ce qui est entrepris ici, dépendra la renaissance d’une espérance. La situation de la France est d’une telle gravité, et les Français traînent une telle mélancolie en matière politique, qu’il est à la fois urgent et porteur de faire entendre la solution du projet royal. Chacun comprend de façon de plus en plus patente qu’attendre le salut public des tribulations politico-partisanes n’est pas ce qui est le plus rationnel. En 1958 De Gaulle écrivait : « Vais-je saisir l’occasion historique que m’offre la déconfiture des partis pour doter l'État d’institutions qui lui rendent, dans une forme appropriée aux temps modernes, la stabilité et la continuité dont il est privé depuis 169 ans ? Sans nul doute voilà le but que je poursuis et que je dois atteindre ». Peu importe ce que l’on pense de De Gaulle. L’important est que l’enjeu soit formulé et serve de ligne d’action. Le but n’a pas été atteint, car l’histoire est souvent faite d’occasions manquées. Il arrive aussi, heureusement, qu’il y en ait de réussies, même parmi les plus ambitieuses. Encore faut-il y travailler ! La déconfiture des partis est, comme en 1958, une réalité. Devenus des émigrés de l’intérieur, ils n’ont rien appris puisqu’ils ont tout oublié. Nous nous souvenons, nous, de ce qui peut être ferment d’avenir.

    Bernard Pascaud

  • Messe du 21 janvier à Marseille : Le reportage de la Fédération Royaliste Provençale

    ob_27d515_sam-0409-jpg.jpg

    Mgr Jean-Pierre ELLUL et le Père Xavier MANZANO 

    La messe à la mémoire du roi Louis XVI et des victimes de la Révolution, célébrée le 21 janvier 2015 à Marseille, a été enregistrée. Voici le reportage vidéo réalisé par la FRP.

    On en retiendra notamment l'homélie du Père Xavier Manzano et la lecture du texte d'Albert Camus. A regarder et à méditer. 

     

    Peut être regardé en plein écran

     

  • Aymeric Chauprade : « Vous pensez que c'est vous qui désignez l'ennemi, mais c'est l'ennemi qui vous désigne »

    sans-titre.pngNous mettons en ligne, aujourd'hui, la vidéo dans laquelle Aymeric Chauprade donne son analyse de l’Islam comme problème intérieur majeur et comme problème géopolitique pour la France.  

    Ce qui nous intéresse, dans ce cas, ce ne sont évidemment pas les remous que la diffusion de cette vidéo peut produire au sein du Front National, sujet dont on sait qu'il n'est pas le nôtre, bien qu'il soit le seul - non son fond (!) - qui a retenu l'attention des médias ... Sur ce plan là, il nous paraît évident que le Front National est, au moins dans son fonctionnement, un parti comme les autres et que plus il grandira, plus il en sera ainsi. Nous dirons simplement que l'engagement d'Aymeric Chauprade au Front National n'est pas notre souci.   

    En revanche, son analyse des deux Islams, sa vision géostratégique, nous intéressent en tant que telles. Elles nous paraissent pertinentes. De même que ses propositions en matière de diplomatie. Voilà qui est plus important. 

    Ces réflexions ont aussi le mérite de rester dans les sujets évoqués ici-même par Louis-Joseph Delanglade, dans son lundi d'hier.  Lafautearousseau   

     

     Peut être regardé en plein écran