Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enfin ! des gens qui ne "servent" à rien, et qui font quelque chose qui ne "sert" à rien !...

                                                  On l'auradom-philippe-dupont.jpg compris: s'agissant des moines -en l'occurrence ceux de Solesmes- nous employons à dessein une boutade, contre le productivisme effréné, sot et stérile de ce monde et de cette société, obsédés par le rentable et par le matériel, par le fric; ce monde et cette société dont Boutang disait qu'ils n'avaient que des banques pour cathédrales, et qu'il n'y avait d'eux, à proprement parler, rien à conserver...

          Les propos qui s'opposent directement à cette vision réductrice de l'homme, et qui l'ampute radicalement de ce qui fait sa grandeur -à savoir, l'ouverture au spirituel...- se trouvent dans L'Homme nouveau, et ils sont de Dom Philippe Dupont, père abbé de Solesmes depuis 1992 (extrait):

          "Les moines ne servent à rien mais ils servent Dieu ; ils ne sont pas efficaces mais féconds. On entre ici parce que l’on cherche Dieu ; on y trouve les défauts de ses frères et les siens, et c’est à travers cela qu’on trouve Dieu..."

          Pas efficaces, mais féconds: c'est pourquoi nous avons employé le mot de stérile pour parler de cette société folle qui, croyant faire toujours plus, toujours mieux, épuise au sens propre l'Homme et la planète, c'est-à-dire la Création. Et pour quel(s) résultat(s) ? La crise ?.....

          Des propos du Père abbé qui renvoient, évidemment, au discours de Benoît XVI aux Bernardins, et à ce passage plus particulièrement où il posait la question: mais ces moines, que cherchaient-ils ? Ils cherchaient Dieu, tout simplement, mais -au passage pourrait-on dire...- ils ont, en le louant, inventé la musique; ils ont aussi, en travaillant (Ora et Labora...), jeté les bases du développement des sociétés, mais un développement durable, respectueux de la Nature et de l'Homme, et non courbé devant le Fric, ou la soi-disant croissance (!) comme aujourd'hui...

          Oui, il y a bien deux modèles: l'un fécond, et l'autre stérile; l'un à jeter, l'autre à garder (ou à retrouver): Benoît XVI et Dom Philippe nous le rappellent...

P.S. : Voici le texte intégral du discours de Benoît XVI aux Bernardins, que vous trouvez également dans notre Catégorie Grands Textes (Grands textes XIII) : GRANDS TEXTES XIII BENOIT XVI AUX BERNARDINS.pdf

SOLESMES 3.jpg

Les commentaires sont fermés.