UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi et raison - fides et ratio - selon Jean-Luc Marion, le nouvel académicien "catholique"...

jean-luc marion.jpg
            Jean-Luc Marion a été élu à l'Académie française au premier tour par 11 voix sur 22 votants au siège du cardinal Lustiger, dont il était un proche.
 
            Il a accordé un intéressant entretien au Pélerin (n° 6638, du 18 février), dont nous extrayons les deux questions/réponses suivantes:

          Une grande partie de votre oeuvre de philosophe est de penser le lien entre foi et raison. Or, dans l'opinion commune, foi et raison au mieux s'ignorent, au pire s'opposent. 

          Eh bien ! l'opinion commune a tort. On imagine souvent que la raison se réduit au démontrable et que la foi consiste à penser ce que l'on veut, ou éventuellement n'importe quoi. J'essaie, au contraire, de montrer que la foi et la raison sont deux formes de pensée humaine qui se nourrissent l'une l'autre. Qu'il y a une composante de croyance dans la rationnalité et que croire, à moins d'être fou, n'est jamais l'absence de raison.

           Quel serait le danger à penser l'une sans l'autre ?

          Si vous pensez la foi sans la rationnalité alors toutes les religions se valent et puisqu'on ne peut plus argumenter, c'est celui qui criera le plus fort qui aura gagné. Cela s'appelle le choc des civilisations. De l'autre côté, si n'est vrai que ce qui est absolument démontrable, quantifiable, on s'expose à vivre dans un monde réduit à l'économie et à la technologie, donc désertique en humanité. En clair, quand on oppose foi et raison, on crée de la violence contre l'homme. Quand on essaie de les penser ensemble, on a des effets de civilisation....

Les commentaires sont fermés.