Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La vie qui baisse...

            Il ne faut pas trop dramatiser. On parle toujours de la hausse des prix, de la vie chère etc... Mais c'est oublier qu'il y a quand même des choses qui baissent. Tenez, prenez par exemple le prix de la vie.

            Oui, oui, le prix de la vie. Il est en baisse, et très fortement.....

            C'est France Info qui l'annonçait le jeudi 25, au matin. Florence Rey, co-auteur avec son compagnon Audry Maupin d'une équipée meurtrière en octobre 1994, a été remise en liberté le 2 mai dernier, après 15 ans passés en prison.

florence rey.jpg

             Rappel des faits : A 19 ans, Florence Rey, accompagnée de son compagnon Audry Maupin, tire sur des policiers le 4 octobre 1994, place de la Nation, à Paris. Une spectaculaire fusillade s'en suit dans laquelle trois policiers et un chauffeur de taxi seront tués, ainsi qu'Audry Maupin. En 1998, Florence Rey, alors âgée de 23 ans, est condamnée par la Cour d'assises à 20 ans de réclusion criminelle. Le procureur en avait requis 30.

             Florence Rey a suivi des études au cours de son incarcération. Elle avait également retrouvé un emploi avant même sa sortie de prison. Deux éléments qui expliquent sa libération après 15 ans de réclusion.

             Bon, d'accord; mais n'est-ce pas malgré tout un message dangereux envoyé aux gens (et aux jeunes en particulier): vous vous déclarez en rupture de ban avec la société -mais à gauche, sinon, si vous allez à la messe en latin, ça ne marche pas; là, à tous les coups, c'est le trou à perpét, et à la vraie perpét, pour une fois ....- vous tuez quatre personnes, on vous condamne à vingt ans -pas cher pour quatre morts... merci pour eux !), vous en faites quinze et vous sortez, avec un boulot.

              C'est bien un signal fort, dans le mauvais sens, que les voyous/loubards/délinquants etc... de tout poil vont très vite comprendre; qu'ils ont déjà compris et assimilé: la vie est en baisse, elle ne vaut plus grand chose... On n'empêchera jamais un esprit tordu de faire le calcul: vingt ans pour quatre vies, égale cinq ans la vie; comme en en fait que quinze, trois ans neuf mois !

              Evidemment, on serait en Chine ou en Arabie saoudite.....

              La seule solution, pour les actes de terrorisme sanglant, comme ici, c'est d'instaurer, comme ailleurs en Europe, la perpétuité vraie.

Commentaires

  • c'est vrai que participer aux meurtres de quatre personnes est difficilement pardonnable, mais ne faut-il pas envisager aussi l'amendement possible de certains individus criminels ? Une faute n'est-elle jamais pardonnée ? Autant de questions que je me pose pour m'aider à me faire une opinion sur sa libération, j'ai beaucoup de doutes et aucune certitude. Bonne journée, un peu grise par chez-moi, amitiés, Isabelle.

Les commentaires sont fermés.