UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Autopsie de la Révolution, de Jacques Ellul, à nouveau disponible...

             Quarante ans après sa parution, L'Autopsie de la Révolution de Jacques Ellul est à nouveau disponible... (1)

             Sous le titre La Révolution nécéssaire, Jérôme Besnard consacre un article fort intéressant à Jacques Ellul dans le numéro 941 de Royaliste (du 9 au 22 février 2009).

             Extraits....

ELLUL.jpg

(1) : Autopsie de la Révolution, Jacques Ellul. La Table Ronde, Collection Petite Vermillon, 356 pages, 11 euros.

            ...L'Autopsie de la Révolution n'est pas seulement une réflexion sur la Révolution, ses caractères. Elle est aussi un appel à une révolution nécessaire, titre du dernier chapitre, emprunté au livre-manifeste du groupe Ordre nouveau(rien à voir avec le groupuscule d'extrême-droite des années 1970) cosigné par Arnaud Dandieu et Robert Aron en 1933...

            ...cette Autopsie de la Révolution s'achève sur un vibrant appel à construire, bâtir une insurrection contre le monde moderne, insurrection rendue nécessaire par la folie d'un monde qui n'a plus que la technique pour seul horizon (1) : "Pour que la révolution soit nécessaire, il faut deux conditions : d'un côté que l'homme ressente une certaine impossibilité de continuer à vivre ainsi, même s'il ne sait pas exactement à quoi attribuer cette impossibilité et, d'autre part, que les structures fondamentales de cette société soient bloquées, c'est-à-dire qu'elles ne puissent pas évoluer dans le sens de la satisfaction des besoins ressentis, dans le sens d'une ouverture vers un possible"...

             ...La révolution qui doit naître doit aller contre le courant prévisible de l'histoire, contre les valeurs du libéralisme marchand et contre ses structures actuellement dominantes..."

(1) on croirait lire et entendre Boutang ("Notre société n'a que des banques pour cathédrales ; elle n'a rien à transmettre qui justifie un nouvel « appel aux conservateurs » ; il n'y a, d'elle proprement dite, rien à conserver. Aussi sommes-nous libres de rêver que le premier rebelle, et serviteur de la légitimité révolutionnaire, sera le Prince chrétien.")... ou Jean-François Mattéi ("l'immonde moderne")...

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL