UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Affaire d'Outreau: les loups ne se mangent pas entre eux !...

2008072902239993171887.jpg

          ... Ou: chronique de la solidarité catégorielle entre privilégiés, dans la caste des magistrats...

          On a appris, fin juillet, que le procureur Lesigne avait été prié de quitter ses fonctions par le Garde des Sceaux.

          Tollé chez les privilégiés de la caste des Intouchables ! (en France, bien sûr, rien à voir avec celle de l'Inde: c'est même tout l'inverse !...) ...

          Imbu de lui-même et figé dans son corporatisme de mauvais aloi - et dans le cas précis de l'affaire d'Outreau parfaitement répugnant… - le petit monde de la magistrature a, en grande partie, pris fait et cause pour un homme (Gérard Lesigne) dont il est clair, même si on veut bien ne pas le rendre responsable de tout, qu'il est l'un des principaux responsables du "désastre judiciaire" d'Outreau. 

          L’Union Syndicale des Magistrats, forteresse et citadelle des privilèges de la caste des juges, s’oppose depuis le début à toute sanction contre Gérard Lesigne (on croit rêver...mais on ne rêve pas !). Elle a reçu, le 18 juillet, l'appui du CSM (Conseil Supérieur de la Magistrature), lequel a carrèment estimé qu'il n'y avait "pas lieu" (sic !) de sanctionner M. Lesigne. Et voilà donc tout ce beau monde qui s'oppose maintenant à la simple mutation du procureur !

          Encore n’est-ce pas cher payé, pour la catastrophe humaine qu’il a contribué à provoquer: une simple mutation, même pas de sanctions, là où tant de vies ont été brisées et broyées.... Non ! c’est encore trop pour les privilégiés et les défenseurs bornés des intérêts catégoriels…

          Et dire que l'histoire officielle voudrait nous faire croire qu'on a aboli les privilèges en 1789 !...

Commentaires

  • Non, je ne souscris pas à votre conclusion. Nous sommes dans une situation pire que celle de 1789. A cette époque là, le "privilège" n'était pas considéré comme une rente de situation. Il pouvait, contrairement à aujourd'hui, être immédiatement rétiré et son ex bénéficiaire "embastillé". Ce qui n'arrivera jamais, hélas, à cet individu.

Les commentaires sont fermés.