UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et si on supprimait la Halde, tout simplement ?.....(2/2).

          Prenons maintenant un peu de recul. Et arrêtons-nous quelques instants sur quelque chose d'assez ahurissant, qui s'est passé il y a peu de temps. Ahurissant mais aussi -pour rester dans les doux euphémismes- très surprenant, tout simplement.....

            Et qui, de toute évidence, non seulement doit achever de dé-crédibiliser la Halde (en réalité, de notre point de vue, c'est déjà fait...) mais encore devrait aboutir -pourquoi pas ?...- à des sanctions très dures, étant donnée la gravité de la chose. Et aller selon nous jusqu'à sa suppression pure et simple...

            Mais d'abord, petit retour en arrière....

            La Halde s'est cru finaude d'organiser un premier testing d’envergure sur les discriminations à l’embauche (mené dans 15 entreprises du CAC 40 et 5 cabinets de recrutement)

            Testing, car on a -semble-t-il- du mal à parler français à la Halde, contredisant ainsi directement l'article 2 de la Constitution stipulant que "le français est la langue officielle de la république". Moyennant quoi, après, cet organisme qui n'a pas respecté la loi lui-même, ou si mal, fait la chasse à ceux qui -selon lui- ne la respectent pas. Allez comprendre la logique !.....

Problème, Problèmes....  D'abord, l’enquête a été vivement critiquée à cause de l'attribution du marché du testing (plus de 500 000 euros, tout de même...) à une PME liée à Jean-François Amadieu, membre du conseil consultatif de la Halde. C'est beau l'amitié ! On n'oublie pas ses copains (pardon: ses potes !) à la Halde. Comme dirait Orgon, dans Le Tartuffe: " : "...le pauvre homme !...")

Ensuite, aucun chiffre précis n’a été rendu public. Seules deux entreprises du CAC ont été épinglées, mais sans chiffres.

Enfin, la rigueur de l’enquête laisse à désirer : plusieurs des faux CV ne correspondaient pas, selon les entreprises, au profil du poste proposé. Ces faits, révélés par Le Canard enchaîné en avril, ont conduit la Halde à repousser la publication des résultats et à écarter près de 20 % des CV de l’enquête. Mais la polémique s'est poursuivie. Début juin, une réunion entre des responsables des entreprises concernées et la Halde a failli tourner au pugilat. Toutes les entreprises ont contesté les données.

           Pour conclure ce rappel d'un fait vraiment peu reluisant, qu'on n'aille pas imaginer que nous serions seuls à ne pas apprécier (encore un doux euphémisme !...) ce que fait la Halde. Nous avons gardé en quelque sorte le meilleur pour la fin. Ne dit-on pas "In cauda venenum" ? Voici le coup de pied de l'âne, ou la Halde critiquée à gauche, et y compris par des personnes desquelles on n'aurait pas forcément attendu cette estocade.

          Malek Boutih, secrétaire national du PS chargé des questions de société, ancien de SOS Racisme, a en effet déclaré, sitôt cette vilaine affaire connue:

     "Je trouve surprenant qu'une institution, une haute autorité administrative, ne fasse pas mieux que ce que je faisais à SOS racisme pour 50 fois ou 100 fois moins cher qu'eux. Je trouve que la Halde aurait besoin d'un petit coup d'impulsion(traduction, SVP ! ndlr). Il y a un problème de ligne, un problème de volonté, un problème d'objectif. Il y a un peu d'amateurisme"....! 

     Pauvre Schweitzer, pauvre Halde ! Si même le PS et SOS Racisme s'y mettent !.....

Les commentaires sont fermés.