UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quelle chance il a eu, Tony Blair!....

          Invité vedette du Congrès de l'UMP, au cours duquel il a prononcé l'intégralité de son discours en français, Tony Blair a insisté entre autres choses sur le point suivant: "Les différences entre la Gauche et la Droite sont réelles et elles le resteront. Et pourtant, aujourd'hui, une chose est aussi importante que la distinction entre la Gauche et la Droite, et c'est la différence entre une politique qui se tourne vers l'avenir et une autre qui s'accroche au passé."

         On peut, certes, faire une lecture distraite ou superficielle de cette phrase, et n'y voir qu'une formule heureuse, un bon mot bien trouvé, bien dit, mais sans plus....On peut aussi creuser un peu. Tony Blair reste un socialiste affirmé, même si -nous l'avons vu (1)- il a su s'adapter au cadre monarchique dans lequel il a exercé ses fonctions, jusqu'à, sinon l'accepter tout à fait, du moins lui trouver des avantages non négligeables. Là est, précisément, le secret de cette "sagesse" dont il a fait preuve au Congrès de l'UMP, et qui a tant plu à son public d'un jour, au point même de l'enthousiasmer.

         En effet Tony Blair, Premier ministre, n'était pas Roi. Il y avait "quelque chose" et "quelqu'un" au-dessus de lui. Il était élu, certes, comme Nicolas Sarkozy, mais comparé à celui-ci sa situation était plus enviable, et son rôle rendu plus facile. Par la simple présence, à côté de lui et au-dessus de lui, d'une Autorité stable et millénaire, qui incarnait la Nation dans la durée, dans le "temps long". Il pouvait, du coup, se consacrer pleinement à sa tâche, sans s'épuiser, sans disperser ses forces. Il n'avait pas besoin d'occuper tout l'espace. De prouver quoi que ce soit. Il y avait une répartition des rôles, et c'était beaucoup plus commode pour lui que pour nos Présidents tournants. On peut d'ailleurs, évidemment, étendre cette réflexion à l'ensemble des pays d'Europe qui ont la chance de vivre en Royauté, l'Espagne étant pour l'instant (soyons résolument optimistes...) la dernière à avoir rejoint ce club, en 1975.

          Il n'est pas étonnant, donc, qu'un Premier Ministre ainsi libéré de plusieurs contraintes qui pèsent chez nous sur le Président ait l'esprit plus libre pour prendre et du recul et de la hauteur. Et ne s'enferme pas dans une idéologie stérilisante, un archaïsme desséchant. En Grande Bretagne (mais aussi en Espagne, en Suède, en Norvège etc...) les élections sont moins "dramatiques" et moins "dramatisées" que chez nous parce que, quel que soit le vainqueur des élections, la Nation continue.

          On a eu une bonne illustration de cette idée dimanche dernier sur FR3. Christine Ockrent recevait Charles Bremmer, correspondant du "Times"à Paris (2). On se met à parler de communication, et des chefs de gouvernements qui se sur-exposent médiatiquement. Christine Ockrent demande à Charles Brenner: "Avez-vous un conseil à donner à Henri Guaino pour les quatre années à venir?..."Charles Bremmer répond: "..Oui, vous avez un petit problème là... car le Président de la République n'est pas le Premier Ministre...". Et Christine Ockrent de rebondir, avec beaucoup d'à propos: "Oui...vous, vous avez la chance d'avoir la Reine d'Angleterre. Ce n'est pas notre cas...".

          Tout est dit: Tony Blair n'avait pas la "fonction de majesté"; la médiatisation le gênait, c'était un problème pour lui comme pour tout le monde; mais moins que Sarkozy, pourtant, car les problèmes qui pouvaient affecter Tony Blair n'affectaient pas la "fonction de majesté", dont il n'avait pas à s'occuper; ils n'affectaient que la "fonction de gouvernement" au quotidien; ils étaient donc moins graves, moins dramatiques et plus faciles à gérer; sa position, personnelle et politique, n'en était que plus aisée. Alors que pour notre Président, toute perte de prestige rejaillit sur les deux fonctions, tout affaiblissement du Président les affaiblissant l'une et l'autre.....

          Il y a des émissions, comme celle-là, que l'on ne regrette pas d'avoir écouté! dommage qu'elles passent si tard! On se souviendra de cette sorte de "cri du coeur", de cette spontanéité de Christine Ockrent....

(1): voir la note "La double mutation de Tony Blair" dans la Catégorie "Religion".

(2): "Duel sur la 3" du dimanche 13 Janvier. Malheureusement à 23 heures!.....

Les commentaires sont fermés.