Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

montebourg

  • "Le changement c'est maintenant" : l'exquis "Je vous emmerde" d'Audrey Pulvar, sur Twitter...

            ...en réponse à quelqu'un qui lui avait fait une réflexion sur ses vacances de luxe, tout à fait conformes au style gauche caviar : "je suis pour les immigrés mais de loin et dès que j'ai fini mon numéro de "pub pour moi" devant les caméras je retourne vite fait à mon-caviar/foie gras à la louche..."

            Il a bonne mine, François "le normal", avec son "le changement, c'est maintenant", car si un "casse-toi, alors, pauvre con" n'était franchement pas terrible, on voit mal en quoi un "je vous emmerde" marque un réel progrès...

            Ah, au fait, celle qui "emmerde" avec tant de classe, de distinction et d'élégance est, accessoirement, la compagne du ministre du redressement productif.

            Pour l'instant, c'est plutôt "l'effondrement chômageux", mais bon...

  • Montebourg condamné... : où est le "vrai" problème ?...

    montebourg.jpg        En réalité, le "problème Montebourg" n'est pas le problème d'Arnaud Montebourg mais un problème pour François Hollande et la démagogie simpliste, mais obligée, du Système.

            Car, enfin, soyons sérieux : Montebourg est condamné à l'euro symbolique, soit, mais nous ne donnons pas dans l'anti-socialisme primaire. Il a raison sur le fond, et nous partageons son sentiment - sinon tout à fait ses propos... - un sentiment qui est juste, lorsqu'il traite d'escrocs des patrons voyous qui pillent des entreprises (que ce soit pour leur propre bénéfice ou pour celui de la finance...). Et, pour ce qui est de ne pas sombrer dans l'anti socialisme primaire, rappelons que nous écrivions ici-même, avant-hier, qu'Hubert Védrine ferait un excellent ministre des Affaires étrangères du Roi de France...

            Le problème, il est pour Hollande, "Monsieur Tiers", qui a trop parlé : avec sa "république exemplaire" et son "tout ministre condamné devra démissionner", il a cédé à la démagogie obligée de toute élection, qui pousse forcément les candidats à trop dire de choses, à trop promettre, même et surtout l'impossible, à trop "bonimenter"...

            Que va-t-il faire, maintenant : être logique et fidèle à sa promesse, et donc renvoyer Montebourg pour un propos qui, en soi, est "juste", du moins sur le fond ? Ou se mettre en porte à faux, s'il ne tient pas sa promesse évidemment bassement démagogique et - horresco referens... - populiste (ce qui est un comble, pour quelqu'un qui se veut de gauche....) ?

            Petit exemple, mais exemple quand même, de la faiblesse d'un Système qui pousse et incite, qui oblige même à la démagogie....

  • Frédéric Mitterand, Arnaud Montebourg et un des aspects les plus scandaleux de l'exception française...

                 Se voulant blessant, ou moqueur ou méprisant (c'est son problème...), Arnaud Montebourg a déclaré: "...un journaliste/présentateur de télé est au Ministère... ". Et alors ? Quand cela serait - mais Frédéric Mitterrand ne se réduit de toutes façons pas à ce rôle qu'il a, effectivement, tenu.. - ) est-il honteux d'être journaliste/présentateur télé ? Bien sûr que non.

    frederic mitterand.jpg

    Lire la suite