Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mondialisation

  • A propos du sujet crucial, aujourd'hui : Mondialisation, démondialisation....

            Les échanges économiques internationaux existent depuis la nuit des temps. Ils existaient depuis quelques millénaires lorsque  la « mondialisation » a été mise en place. Qu’y avait-il de neuf ? Simplement, l’abolition des droits de douane, l’abandon des protections dont chaque pays se dotait pour réguler ses échanges de sorte que ses intérêts soient préservés.

             L’idée générale était aussi très simple : c’était que la suppression de toute protection, assurant la totale liberté des échanges, finirait par uniformiser les niveaux de vie, les systèmes sociaux, les règles imposées à la production et qu’une fois passée la période d’ajustement et d’uniformisation des économies du monde entier, la libre concurrence deviendrait « loyale »  et paisible à l’échelle de la planète.  

            Ce que l’on a oublié de se demander c’est seulement combien de temps cela prendrait; ce qui se passerait dans l’entre-deux; et quelle en serait l’addition pour les peuples les plus riches et les plus puissants. On a oublié de s’interroger sur le transfert de croissance, donc de richesses de tous ordres qu’il faudrait consentir pour que sortent de leur misère plurimillénaire des peuples et des masses dont l’importance numérique représente plusieurs fois les nôtres … On a, sans-doute, la réponse, aujourd’hui, à cette question. Et c’est pourquoi tant de voix autorisées s’élèvent dans nos pays, et sur divers continents, pour qu’un processus inverse soit au plus tôt entamé, un processus de démondialisation, de relocalisation et d’un retour, évidemment mesuré, à un certain protectionnisme.

            On vient de se rendre compte qu’avant que le processus d’uniformisation des économies du monde soit réalisé, si tant est qu’il le puisse, ce qui est, évidemment, hautement improbable, nous risquions simplement d’y être ruinés. Ainsi en est-il des idéologies utopistes : elle produisent le contraire de ce qu’elles avaient prévu. Et l’on doit se presser de les abandonner, si l’on peut, s’il est encore temps, tout simplement pour ne pas en mourir.

  • Mondialisation ?

           (En 2008, les jeudi 21 et vendredi 22 février, nous avions rendu compte du reportage de Vincent Hervouët qui, sur LCI, s'était arrêté, dans sa toujours très intéressante chronique Ainsi va le monde, sur la situation à Cuba et sur la contestation du régime par la jeunesse... : CUBA CASTRO.pdf ) 

            A quoi rêve maintenant le jeune Cubain, opposant du castrisme, qui n’avait d’autre revendication que de pouvoir enfin prendre autant d’avions qu’il le voudrait pour parcourir le monde ? Mais où en sont les possibilités du voyage, du simple tourisme, aujourd’hui, dans notre monde prétendument globalisé ? Regardons un planisphère. Quelles sont les régions du monde où l’on peut encore aller sans risque d’être pris en otage, tué, ou détroussé ? Si l’on jette un regard rapide sur les différents continents, l’on s’apercevra assez vite que, malgré la mondialisation, la globalisation, ces zones se sont singulièrement réduites ces cinquante dernières années et qu’en gros le monde est devenu, au contraire de ce qui était prévu, plus hostile, plus dangereux au cours de ce demi-siècle.

    Lire la suite

  • Lire Jean-Pierre Dupuy: de "leur" côté sont les conservateurs, du nôtre, les (alter)révolutionnaires...

                "...Notre société n'a que des banques pour cathédrales ; elle n'a rien à transmettre qui justifie un nouvel « appel aux conservateurs » ; il n'y a, d'elle proprement dite, rien à conserver. Aussi sommes-nous libres de rêver que le premier rebelle, et serviteur de la légitimité révolutionnaire, sera le Prince chrétien." (Pierre Boutang, Reprendre le pouvoir, Sagittaire, Postface Vers la légitimité révolutionnaire, page 243 et dernière)

               Les deux prochains Cafés Actualité de lafautearousseau (à Marseille), les samedi 9 avril et 21 mai, porteront sur La mondialisation, Babel effondrée.

               Voici une excellente façon d'introduire ce sujet que traitera Antoine de Crémiers, et de s'y préparer un peu :

               Jean-Pierre Dupuy.pdf

    DUPUY JEAN PIERRE.jpg
    Jean-Pierre Dupuy (capture d'écran You tube)
    et Pierre Boutang....
    BOUTANG.JPG
  • Bernard Pascaud a lu l'Eloge des frontières, de Régis Debray, et dit pourquoi "il a aimé"...

    RESTAURATION NATIONALE DEC 2010.jpg

     

    debray eloge de sfrontieres.jpg

    97 pages, 7,90 euros

  • Pensée unique, vieilles nuées à la vie dure (la mondialisation...) : regardons ce qui vient de Chine....

                Dans le genre "unité du genre humain", Le Figaro Economique du 5 juillet rapporte que les entreprises étrangères installées en Chine se plaignent, avec une insistance, une inquiétude grandissantes, des conditions de travail de plus en plus discriminatoires qui leur sont imposées par l'administration et les autorités chinoises.

                A tel point que celles-ci s'en sont dites agacées et qu'un des organes de presse officiels à écrit, à leur intention, des paroles aimables, leur signifiant surtout que, si elles ne sont pas contentes, elles n'ont qu'à aller ailleurs.

                On ne saurait être plus clair, de sorte qu'à ce qu'il paraît, l'état de tension est sinon déclaré, du moins latent, entre la Chine et les entreprises étrangères installées sur son sol. Il n'est, de fait, plus très sûr qu'elles y soient les bienvenues.

    chine 2.jpg

    Pour la Chine, il s'agit, sans-doute, d'être l'atelier du monde, mais en vue de devenir ou redevenir une puissance, une puissance mondiale.

    Lire la suite