UA-147560259-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Documents pour servir à illustrer une histoire de l'URP (25)...

(Documents pour servir à illustrer une histoire de l'URP : contribution, commentaires, informations, renseignements, prêt de photos etc... bienvenus; retrouvez l'ensemble de ces documents dans notre Catégorie : Documents pour servir à illustrer une histoire de l'URP)

25 : 11 septembre 1989, le lamentable article qui ne fait pas honneur au Provençal, le quotidien socialiste local !...

En 1989, nous fêtions notre vingtième Rassemblement royaliste (dont vous avez un Album récapitulatif ici). Et c'était la huitième fois que je prononçais un discours à la Tribune, puisque Chauvet et Lavo me l'avaient demandé à partir de 1981...

1A.jpg

Comme je l'ai rappelé précédemment, c'était toujours Gustave Thibon qui "ouvrait" les discours - histoire de "placer la barre" le plus haut possible !... - et Guber (Gérard de Gubernatis, voir notre livraison n° 18) qui terminait, pour soulever l'auditoire, avant La Royale. Et moi, je "passais" juste avant Guber.

Après La Royale, en quittant donc la Tribune, je vois venir deux personnes vers moi, dont l'un se présente comme étant Robert Bouvier, journaliste au Provençal (l'autre étant son photographe) et me demande si j'accepte de répondre à ses questions pour "présenter" notre mouvement à ses lecteurs; Chauvet et Lavo, étant tout près, me font un signe d'acquiescement, et une bonne discussion s'engage : nous parlâmes plus d'une demi-heure, car le journaliste, sur le coup, était sympathique. Il me vint alors une idée : je lui proposai d'attendre un peu, et de revenir en septembre chez Maurras, à Martigues, pour notre Réunion de rentrée (qui devait avoir lieu cette année-là, le samedi 9 septembre, dans le Jardin de la Maison du Chemin de Paradis. Il aurait ainsi, lui dis-je, encore plus d'éléments pour parler de nous à ses lecteurs.

Il accepta, et j'étais tout content de la tournure que prenait la chose : "Méfie-toi ! - me dirent Chauvet et Lavo - tu es content de ce que tu leur as dit mais, les journalistes, on leur dit ce qu'on veut, et puis ils écrivent au final ce que, eux, ils veulent..." Je dois avouer que je les trouvais un peu pessimistes : la suite des évènements me donna, hélas, tort...

Bouvier revint donc le 9 septembre, me ré-interrogea sur plusieurs points, écouta les interventions - toujours flanqué de son photographe, que je reconnus, évidemment - et nous pondit le lamentable article que je vous communique ici.

Juste quelques remarques concernant les deux articles :

SCAN_ACCEUIL_001.jpeg

• la première concerne les deux photos : je ne sais pas comment s'est débrouillé ce pauvre Camoin, ni s'il l'a fait exprès, ou s'il a trafiqué quoi que ce soit, mais heureusement que j'ai passé d'autres photos me concernant dans ces Documents. Sinon, comme disait Coluche, je lui aurais fait un procès et je l'aurais gagné du premier coup !!!! Et pour ce qui est de la seconde, Camoin a fait exprès de prendre sa photo avant que l'ensemble du public ne soit là. Chauvet - qui voulait toujours presser les choses - commençait à peine à appeler les gens à se réunir, et je me trouvais, avec plusieurs autres, de l'autre côté du jardin, devant la vasque antique, que je montrais à des amis qui ne connaissaient pas le lieu; d'autres étaient en bas, dans les deux "allées des philosophes"; d'autres encore éparpillés de ci, de là... En fait nous étions toujours une petite centaine, pour ces réunions de rentrée, ce qui n'était ni triomphal, ni "malingre", comme l'écrit Bouvier (qui avait, manifestement, changé d'état d'esprit entre nos deux rencontres...) pour une réunion "habituelle" et de ce type...

1A.jpg

Se promenant un jour avec le Directeur des Salins du Midi, sur l'une des vastes propriétés de cette Entreprise, qui englobaient plusieurs sites archéologiques, Maurras tomba en admiration devant cette vasque antique.
Quelques jours après, un camion se présentait au portail de la maison : le Directeur des Salins faisait installer dans le jardin de Maurras - mais dans sa partie droite, en entrant - cette magnifique fontaine, d'où coulent deux jets d'eau pure, fraîche et potable....

 

• la deuxième concerne les cinq colonnes de l'article de droite : je n'essaierai pas de tout reprendre point par point, afin de corriger ce qui doit l'être, car il y a trop à dire - et à redire... - sur ce tissus de fiel, de poncifs, de mauvaise foi hargneuse et méchante; de contre-vérités dont l'évidence dispense d'y répondre... Un mot - quand même !... - des "toujours possibles accidents de parcours" de la Révolution : un accident de parcours, par exemple, le Génocide vendéen ? Et dire que Bouvier conclut son article par ce dernier mot : "scélératesse" ! Comme disait ma mère, il vaut mieux lire "ça" que d'être aveugle !

2.jpg

 

• par contre, je dois corriger plusieurs choses à propos des trois colonnes de gauche, dans lesquelles Bouvier me fait dire des choses que je n'ai pas dites, et/ou en déforme d'autres, presque jusqu'à la caricature...

- Commençons par la plus simple, puisqu'il intitule son article "Bizzarerie" : Bouvier me présente comme "responsable avec d'autres de l'Union Royaliste de Provence". Notre titre traditionnel et officiel a toujours été "Union Royaliste Provençale", même si, pendant un temps relativement court, finalement, nous nous sommes appelés FRP (Fédération Royaliste Provençale) : mais ce fut pour des raisons strictement techniques, et internes, et cela ne dura que peu. Je ne vois donc pas où Bouvier est allé pêcher cette "Union Royaliste de Provence", mais bon : s'il n'y avait que cela !...

- J'ai, certes, dit à Bouvier que Mitterrand était plus cultivé que Chirac (on sortait de la première cohabitation, de mars 1986 à mai 1988), mais de là à dire "il pense que François Mitterrand c'est mieux", il me semble qu'il y a une très légère nuance, non ?... 

1.jpgLa photo !!!!!!!!!!!!

 

- J'ai du le désarçonner par mon rejet clair et net, sans appel, de l'anti-sémitisme et par le rappel de cette vérité plus qu'archi-évidente : les premiers résistants furent majoritairement issus des rangs du royalisme et de l'Action française, alors que l'Humanité fut du côté de Hitler pendant de très nombreux mois. Le choc a du être trop violent pour ses certitudes, basées sur une fausse histoire apprise dès l'enfance : sa réaction allergique à mes propos explique donc, me semble-t-il, son premier paragraphe "Une ambiguïté certaine" !...

- Passons au paragraphe suivant, "Le modèle espagnol" : je me suis demandé, dès la lecture de l'article - et je me le demande encore aujourd'hui - ce que signifie "nous nous retrouvons dans la déclaration des droits de l'homme, dans le nécessité d'une évolution de la société". Ceux qui comprennent, s'il-vous-plaît, écrivez-moi : vous mettrez fin à une angoisse métaphisico-existentielle de près de trente-cinq ans !!!!!

1AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.gif

- Enfin, pour le dernier paragraphe, c'est comme lorsque je corrigeais de trop mauvaises copies de certains élèves : que faire, et que dire ? "A touché le fond, mais creuse encore" ?...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel