UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour à 68, par Gérard Leclerc.

© Espencat / CC by-sa

Suite au dernier scandale qui affecte une personnalité de gauche et son entourage on met souvent en cause les suites de mai 68. Mais que veut-il signifier par là ? Un changement des mœurs ? Sans doute mais aussi un changement d’esprit qui va jusqu’à une révolution culturelle.

gerard leclerc.jpgC’est plutôt en général à droite que l’on attribue aux événements de Mai 68 la responsabilité d’un dérèglement des mœurs. Au moment de sa campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait même prononcé tout un discours, au palais des sports de Bercy, sur le sujet. Il est vrai que lui-même avait apprécié curieusement son discours, sans doute écrit par Henri Guaino, en disant que c’était « limite mauvaise foi ». Il n’empêche qu’en se réclamant du principe cardinal, « il est interdit d’interdire », Mai 68 a réellement marqué une étape dans l’évolution des mentalités, qui lui confère une solide réputation de révolution culturelle. Cette révolution peut se réclamer d’inspirateurs ou de cautions intellectuelles peut-être un peu oubliés aujourd’hui ; mais il s’agit de références indispensables pour comprendre ce dont il s’agit.

Deux noms se distinguent alors, ceux de Wilhelm Reich et d’Herbert Marcuse, l’un et l’autre se réclamant de l’héritage de Freud, mais lui apportant une critique fondamentale qui déstabilise l’équilibre de sa pensée. L’organisation entière de la société, pour Freud, reposait sur le renoncement aux instincts, l’acceptation d’obligations mutuelles et l’établissement de certaines institutions déclarées inviolables, sacrées, bref le début de la morale et du droit. Je cite Freud dans le texte, qui fait d’ailleurs référence explicitement à Moïse et à la Loi.

Reich et Marcuse critiquèrent cette importance donnée à la répression des instincts et prônèrent, même s’ils ne sont pas vraiment d’accord entre eux, une libération qui donnerait la primauté au principe de plaisir. Il s’agit, selon Marcuse, de diminuer l’emprise du péché originel et de refonder une autre anthropologie alternative à la conception théologique du monde. Sommes-nous vraiment sortis de ce héritage de 68 ?

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 7 janvier 2021.

Sources : https://www.france-catholique.fr/

https://radionotredame.net/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel