UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur le site officiel de l'Action française : De Dreux à la France, l’éditorial de François Marcilhac.

L’important entretien que le comte de Paris a accordé à Frédéric de Natal pour le mensuel L’Incorrect [1] du mois de février est, par la teneur de ses propos, un acte politique fort, qui s’inscrit dans la suite d’un premier acte, majeur celui-là, à la fois religieux et politique, qui fut la demande de pardon du Prince, le matin du 21 janvier dernier, au début de la messe pour Louis XVI, des fautes commises par ses ancêtres, notamment par Philippe-Égalité.

françois marcilhac.jpgToutes choses étant égales par ailleurs, c’est immédiatement à la décision de Jeanne d’Arc d’aller sacrer le «  gentil Dauphin  », pourtant déjà Charles VII de jure, que fait penser cette décision de Jean IV de demander pardon : la politique de Jeanne d’Arc eut pour fondement le sacre, sans lequel Charles VII n’était pas totalement établi dans ses droits, et le premier de celui-ci : servir le pays. De même, la politique de Jean IV aura désormais pour fondement cette demande de pardon  : «  Le décès de mon père l’année dernière, le jour même, quasiment à l’heure même, de celui du roi Louis XVI, a signifié pour moi que la boucle devait être bouclée.  » « Je souhaitais clore tout cela  » — «  une trace et un reproche  », même infondé — «  pour me tourner vers l’avenir.  » 

Hier, le chemin, de Chinon à Reims  ; demain, celui, déjà commencé, de Dreux aux Français  ? La nécropole de la maison de France, sur cette vieille terre royale qui, dans sa réalité quotidienne, incarne la France d’aujourd’hui au milieu de laquelle vit la famille royale, est bien, pour le prince, le point de départ de la reconquête du cœur et de l’esprit des Français. «  La terre de France, souligne le prince, détermine la façon de vivre, c’est le cœur et l’esprit de notre nation. Elle vous fait prendre conscience que vous dépendez de quelque chose d’autre que vos propres désirs. C’est pour cela que Paris n’a pas compris le mouvement des Gilets jaunes  », lesquels « se sont rendu compte que la Révolution devait lutter contre les inégalités mais que plus de 200 après la situation est pire.  »

Oui, la situation est bien pire, mais notre chance est ce prince décidé à peser sur l’avenir du pays, pour ne pas laisser les élites en place continuer de le laisser partir à vau-l’eau, voire de trahir ses intérêts, comme Macron, encore récemment, qui veut livrer notre force de frappe à l’aventure européenne, à laquelle seul il croit. Comme le prince le souligne avec une grande sévérité, « la difficulté de la France, souvent  » — il parle de ses dirigeants — «  c’est de chercher l’intérêt de l’Europe avant ses propres intérêts  ». Or, «  il faut que le gouvernement regarde l’intérêt de notre nation avant tout. C’est sa première responsabilité pour moi  », regrettant au passage, s’agissant de Macron, son «  décalage par rapport à la réalité du pays  », un décalage entretenu par son entourage.

C’est que le Prince est non pas un homme de parti mais «  un homme de conviction par nature  », appelé de ce fait à expliquer ses convictions sur des sujets «  comme la bioéthique, les Gilets jaunes, les grèves  ». «  C’est mon rôle de donner ma vision de la France  ». Ainsi, son devoir est de rappeler aux Français, par exemple sur les lois de bioéthique, que le désir ne saurait devenir la source de la norme et du droit, au risque de détruire les fondements de la société. Aussi, est-ce «  sans aucune hésitation  » qu’il envisage d’aller de nouveau manifester. Non pas homme de parti, en effet, alors que, souligne-t-il, le quinquennat soumet encore davantage le chef de l’Etat à leur loi. Au contraire : « La logique d’un monarque est complètement différente de celle d’un président de la République. Il se soucie seulement du bien du pays.  »

Il est dès lors très intéressant qu’il prenne pour modèle de monarchie contemporaine une monarchie non pas symbolique mais active, à savoir le Liechtenstein, qui connaît «  un équilibre entre les trois pouvoirs — celui du prince, celui du parlement et celui du peuple avec les votations. J’insiste sur le fait qu’on ne parle pas de partage du pouvoir mais d’équilibre.  » Et il est revigorant de l’entendre souhaiter exprimer «  des prises de position un peu plus politiques  » et organiser «  des déplacements qui vont aussi dans ce sens-là  ».

Fédérer les Français autour de sa personne ? « Je le fais tous les jours  », rappelle-t-il, même s’il regrette le manque de moyens. Qu’il sache que l’Action française n’existe que pour le servir : elle n’a d’autre justification. Les royalistes n’aspirent qu’à lui apporter leur aide, dans la mesure où il le souhaite, et sans autre dessein que de ramener l’héritier. De Dreux, aux Français, oui, la route est déjà commencée.

François Marcilhac

Commentaires

  • Bonjour,

    je suis enchanté de voir que le Comte de Paris se détourne des valeurs de la révolution française qui ont fait plus de mal à notre pays que mêmes les hordes des migrations germaniques lesquelles ont finalement fondées notre civilisation avec Clovis comme premier Roi des Francs. Aujourd'hui, les inégalités sont plus éclatantes qu'il y a 200 ans. Cela serait en tout logique du fait que la pensée libérale mise en place par les lois LeChapelier puis par la mise en place d'un capitalisme petit bourgeois axé sur la propriété individuelle sans égard à l'intérêt collectif ne peut qu'induire ce genre d'inégalité à se creuser. Aujourd'hui, alors que la république creuse sa propre tombe de par son incapacité à résoudre les contradictions dichotomiques, voire schizophréniques de l' idéologie républicaine partagée entre le besoin d'égalité contraignante dans un esprit de liberté individuelle qui laisse libre court aux intérêts particuliers et par définition divergents, tout cela tombe en désuétude dans un monde globalisé qui a perdu tout sens des vertus et des valeurs. L'homme en devenant une machine qui agit pour le bien du système et non l'inverse a également détruit son environnement. Voilà qui est enfin le moment de réagir.. Merci Monseigneur!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL