Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gilets jaunes : Les hommes et les idées de demain seront sans-doute à rechercher hors du Système

Publié le 7.12.2018 - Actualisé le 11.12.2018 

580234331.2.jpg

Voici que la crise des Gilets jaunes, soudaine et pourtant venue de très loin, peu à peu gonflée jusqu'à l'éclatement par une extraordinaire accumulation d'infidélités à l'être de la France, à sa souveraineté, aux conditions de sa puissance, de laxisme, d'abus, de mépris, d'injustices et d'excessives ponctions sur le fruit du travail des Français, sur leur patrimoine, petit ou grand, voici donc que cette crise plonge les observateurs les plus avisés de la vie politique française et même ses acteurs les plus désintéressés et les plus clairvoyants dans un océan de perplexité. 

On chercherait en vain, à cette heure, dans la presse et les médias, l'article, la réflexion, qui entreverrait une solution concrète à cette crise, ni, globalement, les remèdes à apporter aux problèmes de fond qu'elle pose. Car par-delà leurs soucis terre-à-terre, c'est un autre système économique, politique, et social, que postulent plus ou moins consciemment le mouvement de fond des gilets jaunes et le sentiment des quelque 70 ou 80% de Français qui les approuvent.  Un modèle plus « conservateur » que révolutionnaire, plus traditionnel que « progressiste » - au sens revendiqué d'Emmanuel Macron. 

L'épuisement du Système dont Macron est apparu tour à tour comme l’adversaire et comme le continuateur ultime, semble désormais complet, sans rémission. Et, secondairement, l'autorité du président de la République apparaît ruinée. Radicalement. Le charisme a fait long feu. Le temps du Kairos est clos. Le quinquennat, dit-on parfois, est terminé. Mais de quelque côté qu'on tourne son regard, on ne voit pas à ce jour qui ou quoi pourrait émerger de cette crise. 

Gaulle00210.jpgOn a dit aussi, il nous semble à juste titre, que les événements auxquels nous assistons s'apparentent davantage à mai 1958 qu'à mai 1968, c'est à dire que nous assistons, certes à une contestation globale du Système dans toutes ses dimensions, mais aussi à la fin d'un régime politique qui s'effondre sur lui-même, sans homme de rechange crédible et sans recours évident comme ce fut le cas en 1958, qui rappela De Gaulle (photo, en mai 58), de même que, incapable face au désastre, le parlement de Vichy en 1940 s'en était remis à Pétain. La France d'aujourd'hui ne dispose pas de tels recours. 

1173130-manifestation-des-gilets-jaunes-a-la-tour-du-pin-38.jpgLa mondialisation a détruit les enracinements traditionnels, tué les métiers, anéanti notre agriculture, dépeuplé la France profonde, vidé les villes petites et moyennes de leurs habitants et de leurs commerces ; l'envahissement migratoire a créé une inquiétude identitaire sans précédent et un sentiment profond d'insupportable désappropriation ; des inégalités d'ampleur sans égale dans notre histoire ont creusé un fossé infranchissable entre l'ensemble des Français et quelques très riches sans légitimité parce que déconnectés d'un quelconque souci du bien commun ;  la financiarisation sans frein de la société moderne a dévalorisé le travail et réduit le citoyen à la condition de consommateur réifié, sans qualité et au bout du compte sans argent ; sans compter les fantaisies sociétales qui ont fini d'atomiser le corps social et choqué le bon-sens de nombre de Français :  mariage homo, négation des sexes, des peuples, des races, féminisme totalitaire, négation de l'autorité des parents sur leurs propres enfants etc. Tout ce qui vient d'être dit, à des titres divers, a séparé les Français quelconques de la minorité des « modernes ». D'où la révolte des premiers. 

Qu'elle soit objet de tentatives de récupération - notamment des mélenchoniens - ou que vienne s'y greffer la violence extrême des casseurs de l'ultragauche et le surgissement des racailles de banlieue qui sont de simples pillards - choque naturellement une large majorité de Français, qui ont toujours fini par rejeter la chienlit. De sorte que si cette dernière devait s'installer, s'aggraver encore, le besoin d'un retour à l'ordre, comme toujours, ne manquerait pas de monter des profondeurs du peuple français. 

Remise en cause et remise en ordre, là encore comme toujours, doivent aller de pair. Encore faut-il que la remise en cause soit cohérente et structurée. Et que la remise en ordre trouve à s'incarner dans des principes, des institutions et, finalement, dans des hommes, dont un prééminent, un chef digne de ce nom, qui conduisent la France à se retrouver elle-même. Il ne nous semble pas qu'elle les trouvera au sein des partis, décrédibilisés et méprisés comme jamais, ni dans les appareils syndicaux par manque absolu de représentativité, donc faiblesse extrême, ni, bien-sûr, parmi les hommes de communication et de médias, en qui toute confiance a disparu. Les hommes et les idées de demain seront sans-doute à rechercher hors du Système.  ■ 

Retrouvez l'ensemble des chroniques En deux mots (108 à ce jour) en cliquant sur le lien suivant ... 

En deux mots, réflexion sur l'actualité

Commentaires

  • Un bien bel article, qui fait chaud au cœur. On a l'impression de voir naître une révolte du peuple français contre quarante ans de politique néo-libérale et libertaire qui détricote la civilisation, promeut le remplacement de ce peuple français par l'immigration musulmane courtisée par les hommes politiques de gauche et de droite ou d'extrême-gauche et multiplie les provocations contre la décence ordinaire, pour reprendre le mot d'Orwell, comme le mariage pour tous, la PMA, GPA, la lutte contre les discriminations, la promotion de la diversité, des LBGT et autres fariboles. Macron incarne la morgue de cette hyper-classe déracinée, furieusement progressiste, aussi labile que la circulation des flux financiers, son mépris de classe pour les gueux. Des hommes politiques de gauche et de droite qui depuis des décennies s'entendent comme larrons en foire pour appliquer la même politique de démantèlement de la France, ,de soumission à la bureaucratie de Bruxelles, à l'invasion migratoire, hommes politiques qui ne représentent plus rien, sinon eux-mêmes et la défense de leurs prébendes.

  • Mille fois bravo pour cet article lumineux, ainsi que pour l'excellente conclusion qu'y a apportée Jean de Maistre !

  • Ah, si seulement un des brillants journalistes qui commentent la crise à longueur de journée sur toutes les chaînes de télévision avait livré la plus petite esquisse d'ébauche de cette réflexion remarquable !!

  • Après le rétablissement d'hier , cette analyse reste aussi juste que profonde ; c'est qu'en effet ce mouvement paradoxal ( peu de manifestants mais soutien des trois quart de la population ) , échappant à toute récupération du " vieux système " et cependant rétif au " Macronisme " vient de loin , point survenu comme un " coup de tonnerre dans un ciel serein " mais aussi ne semblant pouvoir se résoudre par des " gestes " si nécessaires soient ils . Crise sociale ? crise de régime ?
    En tout cas bravo à LFAR pour l'analyse d'une situation fort complexe ..
    Le dernier paragraphe exprime bien ce que l'on peut ressentir ; à souhaiter trouver de plus en plus prise de conscience et adhésion du peuple Français .
    " Remise en cause et remise en ordre " vont en effet de pair au point où nous sommes rendus .

  • Merci à vous, Messieurs, de votre approbation et bravo pour la qualité de vos commentaires.

Écrire un commentaire

Optionnel