Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Massacre à la tronçonneuse

 

par Louis-Joseph Delanglade
 

sinistra-italiana_una-nuova-proposta-il-documento_sfondo-rosso-170204 - Copie.jpg

Rejeton d’une richissime famille d’origine ottomane, très proche dans un passé récent des services secrets séoudiens, des Frères musulmans et même de son compatriote Ben Laden, M. Khashoggi s’était exilé au Etats-Unis pour pouvoir mieux critiquer le régime de Riyad.

Ce 2 octobre à Istanbul, il s’agissait donc somme toute d’un banal règlement de comptes. Or, l’élimination physique de M. Khashoggi par une équipe de barbouzes séoudiens a pris une dimension médiatique et internationale disproportionnée. Il faut dire que les pieds nickelés venus de Riyad n’ont pas fait preuve de discrétion ; ils auraient même démembré, certains ont dit et écrit « tronçonné », leur victime. Il faut dire surtout que M. Khashoggi était journaliste au Washington Post et que les journalistes, on le sait bien, constituent une corporation redoutable. 

On a donc assassiné un journaliste et voilà les chefs d’Etat et de gouvernement des pays « occidentaux » sommés de prendre position contre un pouvoir décidément moyenâgeux. En Europe, comme lors de l’invasion migratoire, comme après l’accident de Fukushima, c’est encore l’Allemagne qui a pris les devants, unilatéralement (mais où est l’ « union » tant vantée par les européistes ?), en demandant la cessation de toute vente d’armes à l’Arabie séoudite : les « humanistes » niais feront valoir que Mme Merkel est décidément une bonne fille de pasteur, les économistes conséquents que l’Allemagne est moins bien positionnée sur le créneau des armes que sur d’autres, les analystes politiques que les relations de Berlin sont bien meilleures avec l’Iran qu’avec l’Arabie séoudite. L’initiative allemande agace et embarrasse la France. M. Macron semble vouloir gagner du temps et on peut le comprendre : l’Allemagne vend quatre fois moins d’armes à l’Arabie séoudite que la France et dispose d’un excédent commercial proche de deux cent cinquante milliards d’euros, excédent qui ferait rêver du côté de Bercy et qui, en tout cas, permet bien des choses. Donc, Paris s’est pour l’instant contenté d’un simulacre de boycott du « Davos du désert », M. Le Maire s’abstenant d’y participer.

M. Trump, quant à lui, n’a pas ces états d’âme. Sans nier aucunement qu’il a bien dû se passer quelque chose de peu recommandable, il réaffirme son alliance avec Riyad, partenaire pétrolier et militaire incontournable pour les Etats-Unis, et exhibe fièrement les fabuleux contrats passés avec son allié séoudien (plusieurs centaines de milliards de dollars, paraît-il). Comment ne pas lui donner raison ? D’ailleurs on voit bien que tous ceux qui, de près ou de loin, ont quelque intérêt dans la région, entendent profiter au mieux de la situation. C’est le cas, à des degrés divers de l’Iran, de la Turquie et même de la Russie. Le discrédit jeté sur Riyad ne peut que profiter d’une façon ou d’une autre à Téhéran l’ennemi juré. Ankara, maître du jeu dans cette affaire Khashoggi, a un cruel besoin d’argent frais et de pétrole, besoin Affaire-Khashoggi-l-Arabie-saoudite-cede-a-la-pression-et-reconnait-le-meurtre-premedite-du-journaliste.jpgque l’Arabie séoudite pourrait aider à satisfaire. Moscou, enfin, qui s’est bien gardé de boycotter le tout récent « Davos du désert » (photo), a au contraire profité de l’occasion pour signer contrats (exemple : grand projet gazier dans l'Arctique russe pour cinq milliards de dollars) mais aussi accords y compris d’ordre culturel (exemple : ouverture d’une annexe du musée de l’Hermitage à Riyad). 

Rééquilibrer et étendre sa présence dans la région comme le fait la Russie, voilà de la bonne politique. M. Macron devrait y réfléchir, plutôt que d’obéir aux injonctions de Mme Merkel ou de céder à la pression médiatique.   

Commentaires

  • Voilà une démonstration de "realpolitik" de grande classe. C'est par là que Lafautearousseau nous intéresse. Et compte.

  • Je remarque que LJD écrit "séoudien" et non "saoudien". Comme Péroncel-Hugoz. Ce ne sont pas des détails sans importance.

  • Superbe démonstration de véritable politique. Il convient de condamner l'assassinat de ce journaliste, pas trop, mais surtout ne pas oublier nos intérêts. Les armes que nous ne vendrions point, seront vendues par d'autres: Russes, Américains……..

  • Est ce que Berlin a suspendu ses livraisons d'armes à TelAviv après les tirs sur les manifestants palestiniens?
    Fauderches!

  • LJD a seulement démêlé l'idéologie et le réalisme. Mais il l'a fait remarquablement. Ce n'est pas sorcier. C'est ce que fait Trump avec ses gros sabots d'ours mal léché. Il le fait pour son pays. Personne ne le fait pour le nôtre. C'est ce qui ressort.

Écrire un commentaire

Optionnel