Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le politiquement correct vire à la maladie mentale

 

Par  Mathieu Bock-Côté

TRAVAUX DIVERS - Largeur +.jpgDans cette tribune du Journal de Montréal [6.01] Mathieu Bock-Côté pointe la pure et simple folie à quoi conduit le politiquement correct. En l'espèce, en s'en prenant aux oeuvres d'art. Faudra-t-il brûler les livres comme aux pires époques, dénaturer les oeuvres de l'esprit les plus pures, pour satisfaire stupidement à l'air du temps ? Allons ! Mathieu Bock-Côté a raison.  LFAR  

 

501680460.5.jpg

Le politiquement correct fait des ravages partout en Occident. Il nous pousse à la folie collective. Et ces jours-ci, c’est à Florence, en Italie, qu’il vient de frapper. Leo Muscato, chargé de mettre en scène l’opéra Carmen, trouvait insupportable sa scène finale, quand Carmen est assassinée par un homme fou de jalousie.

Folie

L’argument mis de l’avant : on ne saurait, dans un monde comme le nôtre, banaliser la violence faite aux femmes. Alors maintenant, si on comprend bien, c’est elle qui tue son agresseur en se défendant contre lui. Ouf ! Immense soulagement ! C’est ce qu’on appelle réécrire un chef-d’œuvre de l’histoire de l’opéra.

Comment ne pas être fasciné par tant de bêtise et de rectitude politique ? Faut-il désormais comprendre que nous pourrons non seulement réinterpréter, mais même réécrire les opéras, les pièces de théâtre, les romans ou les films dont la finale nous heurte aujourd’hui ?

Est-ce que je peux réécrire la fin de Madame Bovary ? Est-ce que je peux réécrire la conclusion des pièces de Molière ? Est-ce que je peux même changer La Guerre des tuques ?

Sommes-nous désormais autorisés à mutiler les œuvres en fonction de nos obsessions idéologiques ? Faut-il soumettre l’art à un nouveau catéchisme moralisateur et interdire la représentation de ce qui entre en contradiction avec lui ? Combien de livres devrons-nous censurer ?

Catéchisme féministe

On le sait, certains militants antiracistes et féministes le demandent explicitement­­­. Ils signent des tribunes dans les journaux pour dire que la culture doit se soumettre aux bonnes valeurs : les leurs. Au Québec, ils sont de plus en plus présents.

Une œuvre artistique peut-elle encore représenter la réalité humaine, ses désirs avouables et inavouables, ses beautés, mais aussi sa part horrible ? Ou devrons-nous, comme au temps des curés, passer devant un comité d’idéologues qui nous soumettra la création à sa conception de la vertu ?    

Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) de La dénationalisation tranquille (Boréal, 2007), de Le multiculturalisme comme religion politique (éd. du Cerf, 2016) et de Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).

Commentaires

  • Dans la série bruler les livres professant la guerre, le meurtre, la discrimination, la haine, le mensonge, la traitrise, l'esclavage et l'oppression des femmes, ne faudrait-il pas selon ces nouvelles tendances recommander de bruler le Coran ?

  • Ce ne sont pas des musulmans qui , dans charlie , salissent ou qui profanent dans les églises ( les femens ) ou blasphèment dans des films : nos pires ennemis ne sont pas ou l'on pourrait croire .

Écrire un commentaire

Optionnel