Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toujours la Catalogne

 

par Gérard Leclerc

 

2435494823.jpgIl y a huit jours, j’abordais – dirais-je imprudemment ? – la question du referendum en Catalogne, en vue de l’indépendance de cette région.

Je dis imprudemment, parce que, n’ayant pas une connaissance directe du problème, j’en étais réduit à des considérations un peu générales. Depuis lors, nous nous sommes aperçus que l’éventuelle indépendance de la Catalogne nous entraînait vers des conséquences très graves. Les indépendantistes ont donné le sentiment de dominer la situation, avec une adhésion populaire massive, mais la réplique est venue hier avec la contre-manifestation de Barcelone. Il y avait eu, entretemps, la très ferme déclaration du roi d’Espagne, qui montrait bien comment le pays était touché dans sa chair vive. Et nous sommes, de toute évidence, à la veille d’une épreuve de force.

Si les séparatistes prononcent, dans les jours qui viennent, une déclaration d’indépendance unilatérale, la réaction de Madrid sera immédiate. Le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a déclaré que la constitution l’autorisait à suspendre l’autonomie de la Catalogne. Le pouvoir central pourrait ainsi administrer directement la région, abolissant l’autorité locale. On peut craindre alors des affrontements directs, et certains évoquent même le précédent de la guerre civile. Dès lors, on ne peut que formuler tous les vœux pour un règlement pacifique du conflit. C’est ce que réclamaient, ces jours-ci, beaucoup de manifestants, qui suppliaient que l’on se parle entre parties adverses.

Un ami rencontré hier matin, originaire de la Catalogne, me donnait une idée de l’état de tension où vivent les habitants, dans un climat souvent très idéologique, et même sous la menace de représailles pour qui n’accepte pas la ligne séparatiste. Un tel témoignage direct n’a fait qu’accroître ma perplexité et ma crainte. C’est une grande erreur de croire que les cadres nationaux sont dépassés à l’heure de l’Europe et de la mondialisation. Notre équilibre politique est à la merci d’une crise qui peut ébranler toutes les structures de notre continent.  

Gérard Leclerc

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 9 octobre 2017

Commentaires

  • Quand on s'y connaît pas, c'est une chance de rencontrer queiqu'un qui connaît.

  • Ce qui est extraordinaire c'est de reconnaitre en toute simplicité son ignorance sur un sujet aussi complexe ! Gérard Leclerc prouve une nouvelle fois par cet aveu à la fois son intelligence et son humilité. Il en faudrait bien d'autres des philosophes de cette trempe. Merci Gérard Leclerc !

  • La longueur (28mm!) et et les circonvolutions curieuses , et souvent contradictoires, du trop long discours du Sieur Puigdémon.. semblent démontrer que l' ex-future président de la république catalane a compris ou plutôt , senti, le parfum putride, d' une utopie d' un autre siècle ! .... Même les vieux romantiques se voilent la face ! ... L' acte d' avènement d' un Roi d' Espagne ne dure que 5 minute : un acte aussi historique , que celui de la proclamation de l' indépendance et de la république catalane , devait être , clair, simple, et précis ... et ne s' effectuer qu' en quelques mots ... Au lieu de cela, les pauvres catalans ont eu droit à la longue et pitoyable prose d' un petit bourgeois sans panache ... on aurait dit du Valls dépité !!!

Écrire un commentaire

Optionnel